Mondeville, un virage dans la carrière d'Aija Brumermane

Envoyer Imprimer PDF
Aija Brumernane fait partie des trois joueuses à avoir rejoint les rangs mondevillais à l'intersaison. Cette internationale lettone de bientôt 24 ans s'est rapidement fondue dans le collectif bas-normand. En rejoignant l'USO Mondeville, elle donne un virage important à sa carrière. Il s'agit en effet de la première expérience professionnelle à l'étranger de cette sympathique intérieure.


La mer qu'elle apprécie, la campagne où elle aime se promener, le soleil – parfois –, la France dont elle parle si bien la langue, un peu de temps pour assouvir sa passion du dessin... Aija Brumermane (prononcez Brumermané) a trouvé son bonheur à Mondeville. Arrivée début septembre en provenance de sa Lettonie natale, le pivot d'1m91 se sent déjà à son aise dans sa nouvelle formation. « Tout le monde est très sympa. Pour le moment, mon intégration se passe super bien », sourit-elle. Il ne faut passer beaucoup de temps à ses côtés pour s'apercevoir qu'Aija Brumermane n'est, de toute façon, pas le genre de personne à poser problème dans un groupe. « Je suis quelqu'un d'ouvert, j'aime bien communiquer », confie-t-elle. « Les joueuses lettones ne sont pas difficiles à vivre, confirme Hervé Coudray. C'est une donnée importante dans le recrutement. »


À bientôt 24 ans, Aija Brumermane, fille d'une basketteuse plusieurs fois championne d'Europe et d'un passionné de sports mécaniques débute une nouvelle aventure en Basse-Normandie. Après trois ans passés au TTT Riga, et autant de titres nationaux en poche, elle aspirait au changement. « Pour ma progression, je devais partir à l'étranger car le niveau du championnat letton n'est pas très élevé, reconnaît-elle. Mondeville m'a fait une bonne proposition et je n'ai entendu que du bien de cette équipe et de son coach. Ça n'a pas été difficile de choisir. »


Les Jeux Olympiques, une expérience « inoubliable »


A Mondeville, Aija Brumermane apportera « son expérience de l'Euroligue, sa taille, sa capacité à jouer dos au cercle, ses qualités défensives et sa connaissance de la France », indique Hervé Coudray. Aija Brumermane, qui s'exprime couramment dans quatre langues, a vécu deux ans à Toulouse pendant son adolescence, quand sa grande sœur Dace évoluait en Ligue féminine avec le club de la Ville rose. À son retour au pays, elle a intégré l'équipe nationale des moins de 18 ans avant de connaître sa première expérience avec les A en 2005. Toujours convoquée depuis, la souriante jeune femme a notamment participé aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008. Une expérience « inoubliable ». « C'était quelque chose de grand pour un petit pays comme la Lettonie. C'est la première fois qu'une équipe lettone participait aux Jeux Olympiques d'été dans un sport collectif ! Je suis très fière d'en avoir fait partie. » C'est aussi à cette époque que son temps de jeu est devenu conséquent en sélection comme en club, où elle a disputé l'Euroligue ces trois dernières années.


Une joueuse d'équipe


En France, dans un championnat qu'elle estime « relevé », Aija Brumermane cherchera à « montrer à [elle]-même et aux autres qu'[elle est] une joueuse de bon niveau ». Elle espère aussi concrétiser ses progrès dans le secteur offensif, elle qui s'estime « à l'aise en défense » mais pas assez confiante en attaque. Son intention prioritaire se situe toutefois dans un autre registre. « J'aimerais pouvoir aider l'équipe à atteindre ses objectifs. » En attendant de la voir à l'œuvre, l'USO Mondeville a déjà l'assurance de pouvoir compter sur une « joueuse d'équipe » pour qui le collectif prime sur le reste. Un bon point, assurément.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr