La Ligue 1, c'est demain !

Envoyer Imprimer PDF
Le Stade Malherbe va retrouver dès demain une Ligue 1 peu chamboulée par rapport à la saison dernière. Le contexte économique a rendu tous les clubs particulièrement sages dans leurs transactions jusqu'à présent. Conséquence immédiate, les favoris au titre sont ceux qui ont lutté pour la saison dernière – Lyon et Marseille – tandis que les candidats au maintien, toujours nombreux sont, en plus des promus, les mal-classés du dernier exercice. Tour d'horizon à J-1.


Un mercato bien sage

Crise économique, suppression du droit à l'image... le contexte a rendu les clubs de Ligue 1 particulièrement regardants sur leurs dépenses. Le plus gros transfert de l'intersaison s'élève pour l'instant à 7 millions d'euros (César Azpilicueta, d'Osasuna à Marseille). Suivent Jimmy Briand (de Rennes à Lyon) et Victor Hugo Montano (de Montpellier à Rennes) pour une somme évaluée à 6 millions d'euros. Ces trois mouvements additionnés sont moins onéreux que le seul transfert de Lisandro Lopez à Lyon il y a un an (24 millions d'euros). Le changement ne se perçoit pas seulement du côté des clubs les plus riches. De manière générale, les mouvements en Ligue 1 se sont faits rares. En faisant signer quatre joueurs préposés à un poste de titulaire, le Stade Malherbe s'est ainsi révélé relativement actif sur le marché des transferts. Damien Marcq (3 millions d'euros de Boulogne à Caen) entre même dans le Top 10 des transferts les plus coûteux en Ligue 1... Rennes (Montano, Apam) et le Paris-Saint-Germain (Nenê, Bodmer) semblent s'être bien renforcés également. Le mercato fermera ses portes le 31 août.


Qui pour déloger Marseille ?

Étant donné la stabilité des effectifs, le titre devrait à nouveau se jouer entre vieilles connaissances. Marseille, surtout s'il conserve son capitaine Mamadou Niang (ce qui est probable) a les armes pour doubler la mise. Lyon sera probablement son principal adversaire. Il est en tout cas le favori des bookmakers, devant l'OM. Bordeaux apparaît comme la seule équipe à être capable de priver les deux Olympiques du titre. Les Girondins devront rebondir après la déception de la saison passée (sixièmes). Sans pouvoir prétendre à la plus haute marche du podium, cinq ou six écuries (Lille, Paris, Rennes, Auxerre, Monaco...) peuvent espérer se frayer un chemin vers les sommets.


Qui pour la Ligue 2 ?

Si quelques équipes visent une place européenne, la plupart cherchera surtout à se maintenir ! Les trois promus sont les premiers concernés par la lutte pour le maintien. De ce trio, Caen apparaît le mieux armé. France Football estime même dans sa présentation de la saison qu'il pourrait être l'une des surprises de l'année. En revanche, Brest et, surtout, Arles-Avignon, ont toutes les raisons de trembler. Ces deux équipes, que personne n'imaginait monter la saison dernière, se sont peu renforcées cet été. Brest, dont les joueurs ont très peu d'expérience en Ligue 1, a toutefois une belle ossature et a montré un très bon niveau de jeu la saison dernière. Il faudrait par contre un petit miracle pour qu'Arles se maintienne, d'autant plus qu'il a été secoué par une sérieuse crise interne dernièrement. Mais qui avait parié sur un maintien de Grenoble il y a deux ans ?

Quand il s'agit de répertorier les candidats au maintien, on regarde aussi ceux qui ont échappé de peu à la relégation la saison précédente. Et comme pour les ténors, le calme du marché des transferts laisse penser que les mal classés de mai 2010 le seront encore en 2011. D'accord, la glorieuse-incertitude-du-sport rend les choses un peu plus complexes, mais tout de même, il est difficile d'imaginer Sochaux (16ème la saison dernière), amputé de Stéphane Dalmat et régulièrement corrigé lors de ses matchs amicaux, camper ailleurs que dans la deuxième moitié du tableau ou son troisième tiers... Idem pour Nice (15ème la saison dernière), surtout si les Aiglons venaient à perdre Loïc Rémy... Lens ou Valenciennes, dans une moindre mesure, suscitent aussi quelques interrogations. Quant à Saint-Etienne, premier non-relégable en 2009 et 2010, il a chamboulé sa défense, semble s'être renforcé, a gagné tous ses matchs de préparation, mais reste fragile. Gageons qu'au côté de toutes ces équipes, d'autres viendront se causer quelques frayeurs, voire plus, comme ce fut le cas de Toulouse la saison dernière.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr