Le Stade Malherbe impressionne à Marseille

Envoyer Imprimer PDF
Le Stade Malherbe a fait forte impression samedi soir en battant en déplacement le champion de France en titre et favori à sa succession, l'Olympique de Marseille. Ce succès 2-1, en ouverture du championnat, est d'autant plus appréciable qu'il a été décroché avec la manière et s'est même révélé logique. Face à un adversaire à la peine, pas encore prêt et tourmenté par les incertitudes autour du mercato, Caen a fait souffler un vent de fraîcheur sur la Ligue 1.


Un exploit. Le mot n'est pas trop fort pour qualifier la performance du Stade Malherbe à Marseille. C'est d'ailleurs le qualificatif employé par Franck Dumas. « C'est un exploit pour nous, les joueurs sont comme des gamins dans le vestiaire... » Caen, discret promu, modeste promu, arrivé au Vélodrome avec 15 joueurs professionnels, la faute aux blessures et suspensions, n'était pas attendu à pareille fête. Lui-même abordait son déplacement dans les Bouches-du-Rhône avec quelques incertitudes. « On n'est pas prêt », affirmait Nicolas Seube dans les colonnes de Ouest-France. « La probabilité d'avoir zéro point au 15 août est forte », ajoutait le capitaine malherbiste.


Vrai que le Stade Malherbe n'avait aucune raison de fanfaronner avant cette première journée. Ses matchs amicaux avaient laissé relativement perplexe, même si la solidité défensive apparue contre Rennes lors du dernier test s'était révélée être un signal positif, et Marseille apparaissait évidemment comme l'un des plus redoutables concurrents de Ligue 1.


Et pourtant, entre le champion de Ligue 2 et le champion de France, il n'y a presque pas eu photo, samedi soir. Ne l'omettons pas, la possession de balle a été favorable aux Olympiens. Sur l'ensemble de la rencontre, elle s'établit à 64,4 % en leur faveur. Par contre, les occasions ont été majoritairement caennaises. Et ce sont bien les petits normands qui ont fourni la plus belle impression devant les 56 000 spectateurs phocéens.


Didier Deschamps : « J'ai découvert des joueurs de qualité ce soir »


Pendant un quart d'heure, on aurait eu peine à envisager un tel scénario. Caen ne voyait pas le jour mais avait le mérite de tenir sans se mettre en danger, hormis sur l'occasion de Lucho Gonzalez... la seule du côté de l'OM en première période (15'). « On a réalisé un bon début de match, témoigne Didier Deschamps sur OMtv. Cependant, c'était difficile car Caen était bien regroupé et laissait peu d'espaces. » Après s'être rassurés défensivement, les Caennais ont commencé à afficher leurs prétentions offensives, emmenés par deux hommes intenables sur les ailes : Yohan Mollo et Youssef El Arabi. « On s'est libéré », explique Damien Marcq sur le site officiel du SMC.


Le Stade Malherbe a joué une partition « presque parfaite », reconnaît l'ancien capitaine boulonnais. En faisant bloc, en pressant haut, en privant les Marseillais d'espaces, ils ont laissé les Phocéens loin de la cage d'Alexis Thébaux, par ailleurs rassurant dans ses interventions. « On est un peu sur la trajectoire de l'année dernière où j'avais accentué la performance sur la défense », juge Franck Dumas sur le site officiel malherbiste. Une fois le ballon récupéré, ils ont su remonter le terrain à grande vitesse en limitant les touches de balle. « Le mérite revient aussi à Caen, qui a fait un bon match, solidairement, avec des joueurs de qualité que j'ai découvert ce soir, reconnaît Didier Deschamps. Nous, nous avons affiché des insuffisances individuelles, collectives, techniques et mentales. Caen a profité des espaces. Peut-être à cause de notre manque d'agressivité. »


Une bonne base de travail


Après l'ouverture du score méritée de Nicolas Seube, bien aidé par l'apathie marseillaise et un rebond favorable devant Steve Mandanda, le SM Caen n'a pas modifié sa ligne de conduite. Et alors que l'égalisation heureuse des Marseillais aurait pu inverser la tendance, il n'en a rien été. Le Stade Malherbe est même reparti gonflé à bloc pour aller inscrire un deuxième but synonyme de victoire. Une victoire de prestige, inattendue, mais totalement méritée. « Nous sommes montés en puissance et nous devons continuer à avoir envie, ne pas avoir peur, insiste Franck Dumas. Ce qui m'intéressait, ce n'était pas tant le résultat que le contenu. Je ne voulais pas repartir d'ici avec plein d'interrogations. Je l'aurais eu mauvaise en cas de défaite, mais cela m'aurait quand même servi comme base de travail pour la suite. »


C'est une jolie base sur laquelle peut s'appuyer le coach caennais. Contre Lyon, il bénéficiera en plus du retour de Romain Hamouma, en attendant ceux de Branko Lazarevic et Grégory Leca en défense. En revanche, l'effet de surprise aura plus de mal à jouer. Mais cette équipe-là, si séduisante contre l'OM, n'en a peut-être pas besoin pour jouer les troubles-fêtes cette saison en Ligue 1.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr