Mélissa trouve son équilibre dans la fonte

Envoyer Imprimer PDF
À seulement 18 ans, Mélissa Dumarais fait déjà partie des meilleures haltérophiles françaises dans sa catégorie de poids. Depuis ses débuts dans la discipline, il y a six ans, elle multiplie podiums et titres nationaux. Dans un sport qui exige d'abord de grandes qualités mentales, la Caennaise licenciée au Caen CHM peut faire parler son goût de la compétition et de l'effort.


Ne vous fiez pas aux apparences. On peut être une femme, jeune, jolie, mince et pratiquer un sport réputé parmi les plus virils : l'haltérophilie. Besoin d'un exemple ? Prenez Mélissa Dumarais. Bachelière depuis peu, cette élégante caennaise de 18 ans soulève 75 kilos, soit pratiquement 20 kilos de plus que son propre poids, et dispose d'un palmarès à faire pâlir d'envie plus d'un sportif. Championne de France minimes quelques mois après avoir débuté la discipline, elle a multiplié les médailles dans les années suivantes avant de retrouver la première marche du podium en mai dernier, s'octroyant le titre national chez les juniors dans la catégorie des moins de 58 kilos. « Ces résultats sont l'aboutissement du travail que je fournis à l'entraînement, dit-elle. L'haltérophilie, c'est plus un combat avec soi qu'avec l'adversaire. C'est surtout le mental qui compte. S'il n'y a pas le mental, le physique ne suit pas. »


Mélissa Dumarais a débuté l'haltérophilie à 12 ans, un peu par hasard. Elle a immédiatement accroché. « Il y a une très bonne ambiance, et le sport en lui-même m'a plu, explique-t-elle. J'aime d'abord la compétition. J'ai vraiment l'esprit de compétition et il ressort beaucoup dans l'haltérophilie. Après, j'aime aussi le travail sur moi-même qu'implique cette discipline. »


Pour Mélissa Démarais, qui débutera à la rentrée un BTS comptabilité, l'haltérophilie est vite devenue plus qu'un loisir : une nécessité. « Il faut que je le prenne comme un loisir parce qu'on ne peut pas vivre de l'haltérophilie, mais dans le fond c'est quand même quelque chose de très important. J'en ai besoin pour mon équilibre. » Chaque semaine, elle passe huit heures à s'entraîner, entre pratique et musculation. Autant d'efforts qui devraient lui ouvrir d'ici peu les portes de l'équipe de France juniors. C'est en tout cas l'un des objectifs qu'elle s'est fixée pour 2010-2011, qui pourrait la mener vers les championnats d'Europe. « J'espère aussi conserver mon titre national, ce serait une très belle performance », avance-t-elle. La saison s'annonce riche, puisque la jeune licenciée au Caen CHM aura aussi des ambitions dans la catégorie supérieure, chez les seniors. Surclassée la saison dernière, elle a terminé à une prometteuse dixième place. « J'aimerais faire mieux cette saison », annonce-t-elle. Alors qu'il lui reste deux années comme junior, Mélissa Dumarais prend déjà ses marques parmi les grandes. Elles laissent augurer de belles choses.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr