À l'assaut du Challenge de France

Envoyer Imprimer PDF

Trois équipes calvadosiennes – les trois dernières représentantes de la région bas-normande – disputeront dimanche le premier tour fédéral du Challenge de France de football, l'équivalent féminin de la Coupe de France. Condé et Cormelles, pensionnaires de Deuxième Division, feront leur entrée en lice à cette occasion et affronteront respectivement Saint-Malo (DH) et Rennes (D2). L'AG Caen (DH) se déplacera quant elle à Laval (DH) après s'être qualifiée via les tours régionaux. Les coachs des trois formations expriment leur point de vue à J-2 du rendez-vous.

 

Avec quels objectifs attaquez-vous le premier tour fédéral du Challenge de France ?

Olivier Cahoreau (Cormelles) : Je n'ai pas fixé d'objectif. Le seul objectif que nous avons est de se maintenir en D2. La coupe, ce n'est que du bonus. Elle permet de jouer des matchs intercalés dans le calendrier et donc d'éviter des coupures. Ça donne du volume de jeu à certaines filles, du temps de jeu à d'autres et ce sont de bons matchs de préparation.


Pascal Grosbois (Condé) : On n'a pas d'objectif précis, on va prendre les matchs les uns après les autres. On souhaite évidemment aller le plus loin possible. Le Challenge doit permettre d'entretenir notre dynamique de victoires. On est en train de développer notre esprit de compétition. On joue chaque match pour le gagner.


Damien Della Santa (AG Caen) : Notre objectif, qui était déjà ambitieux compte tenu du fait qu'il s'agit de notre première participation, était d'atteindre le premier tour fédéral. C'est une bonne récompense et l'occasion pour les joueuses de découvrir un autre football. Désormais, notre ambition est d'aller le plus loin possible. Si on se fait battre dimanche par un adversaire qui nous aura été supérieur, on pourra sortir la tête haute. Je suis conscient du niveau auquel on va devoir faire face pour un jeune club comme le nôtre, mais on ne se met pas de barrière. Tout est possible sur un match.


Cette compétition représente-t-elle un attrait particulier pour vos joueuses ?

Olivier Cahoreau : Tout à fait, c'est quelque chose de très attendu dans l'équipe. Quand on commence à passer un ou deux tours, le tirage est attendu avec impatience. La nouvelle formule de cette compétition la rend d'autant plus attrayante. Avant, on savait qui on allait rencontrer dans les premiers tours, ce n'est plus le cas maintenant. Les équipes de D1 rentrent au tour prochain, mais je pense qu'il y aura un découpage en quatre zones géographiques pour éviter de trop longs déplacements.


Damien Della Santa : Évidemment, elle représente un attrait fort pour nous, même si on a aussi des objectifs en championnat. C'est une expérience différente, avec des matchs à élimination directe. C'est une compétition prestigieuse, qui permet aussi de rencontrer de nouvelles équipes, un football différent. En tant que coach, le Challenge me permet de gagner du temps car le groupe est encore plus à l'écoute, encore plus motivé. C'est idéal pour notre progression.


Dans quel état de forme se présente votre équipe ?

Olivier Cahoreau : Je n'en ai aucune idée ! On a coupé une semaine pendant les vacances. On a ensuite repris par des footings à l'extérieur et du travail en salle. L'entraînement normal a débuté lundi. Ce que je sais, en revanche, c'est que l'état d'esprit est très bon puisque les filles sont nombreuses à l'entraînement depuis la reprise. On a discuté, on a reprécisé les objectifs, elles sont prêtes.


Pascal Grosbois : Les filles sont en forme, elles ont respecté dans l'ensemble le programme d'entretien que je leur avais donné avant les vacances. Physiquement, on est bien. La coupure a été bénéfique pour la fraîcheur. Il y avait un peu de fatigue puisque l'équipe était sur le pont depuis septembre. C'était important de bien couper.


Damien Della Santa : L'équipe est en très bonne forme, les filles ont bien suivi le programme de travail individuel demandé pendant les vacances. Physiquement, on est au point. Tactiquement, on commence à bien connaître le projet de jeu qu'on va suivre. Les joueuses n'ont pas de pression. Il n'y a pas non plus de blessées. C'est une forme optimale.


Comment abordez-vous votre match de dimanche ?

Olivier Cahoreau : On ne joue pas dans la même poule que Rennes (D2 aussi) mais on les a affrontées en match de préparation. On avait gagné 2-1 en faisant un très bon match, hormis dans la dernière demi-heure de jeu où on avait craqué physiquement. C'est une équipe de bas de tableau, comme nous, qui cherche des joueuses pour être plus compétitive. C'est un niveau à peu près équivalent.


Pascal Grosbois : On prend ce match très au sérieux. Saint-Malo est leader de DH (niveau sous la D2, ndlr) et vise clairement la montée en deuxième division. Étant donnée la division d'écart, c'est un match particulier. Il ne faudra surtout pas faire d'erreur car Saint-Malo va chercher à retarder l'échéance au maximum. C'est à nous d'imposer notre jeu, de ne pas tomber dans leur piège. Le moindre relâchement pourrait se payer cash. En tout cas, c'est un bon match de reprise.


Damien Della Santa : On n'a rien changé à nos habitudes dans la préparation du match mais on a fait le choix de partir sur deux jours. On a voulu faire les choses en grand. C'est un match de coupe, la division ou le classement en championnat ne veulent rien dire. Laval descend de D3. C'est une équipe qui joue bien au ballon, qui a de l'expérience, du vécu commun. Il faudra s'adapter à leur niveau, elles sont favorites. Ce match n'est que du bonus pour nous, mais on n'y va pas en touristes. On se déplace pour gagner et profiter un maximum.


Où en êtes-vous en championnat ?

Olivier Cahoreau : (Cormelles est dixième sur douze dans le groupe A de D2 avec deux victoires et sept défaites) On n'est pas en difficulté sur le plan comptable, puisque nous ne sommes pas relégables, ni sur le plan du jeu. Notre problème, c'est qu'on est naïf. On croit qu'on peut facilement remonter un but de retard comme on le faisait en D3. On n'a pas encore intégré que le niveau D2 demande énormément d'efforts d'un point de vue mental. On ne s'est pas mis à la hauteur sur la première partie de saison. Mais il n'y a que trois matchs où nous sommes passées complètement au travers. Les autres défaites ont été concédées d'un but. C'est frustrant, mais ça montre qu'il ne manque pas grand chose. Après la coupe, on recevra Rouen, avant-dernier. Ce sera un match capital tant pour le classement que pour les têtes.


Pascal Grosbois : (Condé est premier du groupe B de D2 avec huit victoires et deux nuls) On est sur la bonne voie mais l'équilibre reste fragile. Il faut garder notre dynamique positive et jouer avec nos qualités. Tous les matchs qui nous attendent seront difficiles, tous les adversaires seront extrêmement motivés à l'idée d'être les premiers à battre le leader. La phase retour sera incontestablement plus dure que la phase aller. On n'a pas intérêt à louper la moindre marche.


Damien Della Santa : (Caen est cinquième sur sept de DH avec deux victoires, un nul et trois défaites) Après un début de saison un peu difficile, on s'est vraiment relancé à la suite de deux bons résultats, un match nul à Saint-Lô et une victoire à Flers, qui était alors invaincu. Depuis, on n'a joué que deux matchs de Challenge. Les victoires acquises contre Soliers puis Flers une deuxième fois ont confirmé nos progrès. On attend impatiemment la phase retour avec l'objectif de nous qualifier pour le Challenge Maine-Normand (ce qui implique de rester parmi les cinq premiers, ndlr).

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr