Steeve Elana et les Brestois sont sereins

Envoyer Imprimer PDF

Trois anciens joueurs du Stade Malherbe, au parcours compliqué à Caen, s'épanouissent à Brest cette saison. Dans les buts, Steeve Elana en est l'exemple le plus frappant. Présent dans la pointe finistérienne depuis 2005 et son départ de Normandie, il a largement contribué à l'excellente première moitié de saison réalisée par son équipe, promue en Ligue 1. Le Martiniquais est même devenu le cinquième gardien de Ligue 1 à préserver son but inviolé pendant huit matchs de suite. Au moment d'accueillir Caen, il revient sur l'actualité de son club.


Steeve, comment se porte le Stade Brestois en ce début d'année ?

Eh bien le Stade Brestois se porte bien ! Nous sortons d'un match éprouvant (contre Issy-les-Moulineaux, DH, ndlr) mais lors duquel nous avons réalisé la prestation que nous souhaitions malgré le but tardif. Sur le terrain, nous avons appliqué ce que le coach nous avait demandé, notre seul défaut a été de ne pas marquer plus tôt.


Vous avez ralenti le rythme en décembre (une défaite puis ytois matchs nuls contre Nice, Marseille et Montpellier) : est-ce dû à votre propre fait ou du fait la qualité des adversaires rencontrés ?

On a eu un peu moins de réussite offensive en décembre, notamment à domicile on nous n'avons pas réussi à marquer. À l'extérieur, ce n'était pas évident, il a fallu s'accrocher. Contre le PSG, l'adversaire était meilleur que nous. On a fait jeu égal avec Nice. Au final, les seuls regrets que nous avons sont les deux points perdus contre Montpellier. Mais la qualité de jeu produite durant ce mois de décembre ne nous a pas inquiétés.


Comment expliquez-vous votre excellent classement ?

Il est lié à la politique de recrutement du club, qui a joué sur la continuité et ne s'est pas enflammé sur le marché des transferts. C'est important de sentir cette confiance. Ensuite, on reproduit exactement les mêmes choses en Ligue 1 qu'en Ligue 2, mais il y a une surmotivation qui vient s'ajouter. On a envie de bien figurer là où pas mal de personnes estiment qu'on n'a pas le niveau d'être. On a tout à prouver, c'est ce qui explique l'état d'esprit du groupe.


Comment avez-vous vécu les performances réalisées pendant la phase aller, notamment ces huit matchs sans but encaissé et la première place que vous avez obtenue par deux fois ?

On ne s'attendait évidemment pas à être premiers, mais cela ne nous a pas dépassés. On s'est rendu compte qu'on pouvait réellement faire quelque chose. On l'a accueilli avec beaucoup de joie. On a su faire preuve d'humilité pour continuer à bosser. Avec notre entraîneur, on n'a pas trop le choix que de garder les pieds sur terre ! La grosse tête, ça n'existe pas chez nous.


« Je ne retiens que le positif de mon expérience à Caen »


Personnellement, vous avez été mis en lumière par vos prestations...

La grosse différence entre la Ligue 2 et la Ligue 1, c'est la médiatisation. La série des huit matchs sans but encaissé nous a mis en lumière, moi particulièrement, mais je suis bien conscient que sans les joueurs qui sont devant moi, je ne suis rien. Je l'ai accueilli sans me prendre la tête. C'est un plaisir pour nous cette médiatisation, ça a permis de faire parler de nous et de nos parcours qui ne sont pas rectilignes. Cela dit, ça n'a rien d'une fin en soi. Les objectifs sont collectifs, pas individuels.


Est-ce que votre place actuelle vous permet de revoir vos objectifs à la hausse ?

On ne vise rien de plus que le maintien. J'ai le souvenir de Caen qui était quatrième à la trêve et était pourtant descendu ensuite (en fait, les Caennais avaient relevé la barre après une très longue série sans victoire et s'étaient maintenus, ndlr). Le jour où on aura 42 points, on pourra se projeter sur des objectifs plus élevés.


Sans aller jusqu'à parler de petite revanche personnelle, ça doit faire plaisir à vous et aux autres anciens caennais d'accueillir le Stade Malherbe dans cette position.

Quelque soit la place occupée, c'est toujours un plaisir de revoir les joueurs car j'ai encore des amis à Caen. De plus, je suis quelqu'un qui a tendance à occulter le négatif. Je n'ai aucune amertume. Je ne retiens que le positif de mon expérience à Caen. Je souhaite de tout coeur que le club s'en sorte. Je sais que Caen est loin d'être mort. Tout est ouvert pour eux.


Comment abordez-vous cette rencontre face à Caen ?

On l'aborde sereinement. Notre seule préoccupation est de savoir dans quel état sera notre terrain, car cela joue en notre défaveur. On est parti une semaine en stage à Clairefontaine, on a bien bossé physiquement. Caen va venir avec un petit sentiment de revanche. On sait à quoi s'en tenir. On va jouer ce match pour la gagner, après on aura ce qu'on méritera.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr