La Maladrerie ravive l'espoir

Envoyer Imprimer PDF

Dernière de Division d'Honneur depuis les toutes premières journées de championnat, La Maladrerie OS est mal embarquée dans la course au maintien. Néanmoins, elle affiche depuis plusieurs semaines un net regain de forme, enfin concrétisé par des victoires. Le chemin reste long mais la confiance prévaut chez l'entraîneur caennais, Thierry Moreau.


Il aura fallu attendre le 14ème match, après neuf défaites et quatre nuls, pour que La Maladrerie décroche son premier succès en Division d'Honneur (DH, 6ème division) cette saison. Histoire de donner un peu plus de saveur à ce petit événement, c'est à Saint-Lô que le seul représentant purement caennais du championnat bas-normand est allé décrocher ces quatre points précieux, samedi 19 février (0-2). Puisque la Manche le gagne, il a remis ça deux semaines plus tard, dans le Cotentin cette fois, chez l'équipe réserve de Cherbourg (0-1). « On a plus d'espaces quand on joue à l'extérieur, même si on fait de bons matchs à domicile », explique Thierry Moreau pour justifier ces résultats obtenus en déplacement. En l'espace de trois journées – deux victoires et une défaite – la MOS a comblé une partie de son retard sur les équipes qui la précèdent directement au classement : Lisieux, avant-dernier avec deux points et un match de plus, et Ouistreham, juste au-dessus. Ces trois équipes, avec Pointe Hague et Cherbourg, sont les plus directement concernées par la question du maintien. Deux équipes au minimum seront reléguées en fin de saison, peut-être trois en fonction des descentes de CFA 2.


En dépit d'une première moitié de saison catastrophique, La Maladrerie s'est donc totalement relancée en queue de peloton. À entendre son entraîneur, ce n'est qu'une « juste récompense » du travail accompli. « Cela fait déjà depuis la trêve qu'on perçoit une nette amélioration à tous les niveaux, indique Thierry Moreau. Les résultats ne suivaient pas, mais on perdait de peu à chaque fois. Les joueurs n'ont jamais rien lâché. » C'est cet état d'esprit, pas franchement au-rendez-vous en début de saison (ce qui a pu expliquer les roustes reçues puisque La Maladrerie a encaissé 17 buts lors des six premiers matchs et n'en a inscrit qu'un), constitue la « grande force » de l'équipe caennaise. Vantant la mentalité irréprochable de ses troupes et la solidarité qui les habite, Thierry Moreau partage sa confiance en l'avenir. « Je n'ai jamais douté, affirme-t-il. J'étais seulement déçu pour les joueurs. C'était difficile à accepter pour eux, il y avait beaucoup de frustration. » Un peu plus de réussite, malgré des lacunes offensives criantes (la MOS n'a inscrit que huit buts cette saison !), des apports intéressants parmi les jeunes, pour combler les problèmes d'effectif rencontrés, une combativité sans faille, La Maladrerie a « créé une nouvelle dynamique ». L'objectif est de la pérenniser sur le long terme. « Il y a un peu plus de certitudes chez certains joueurs, témoigne Thierry Moreau. Ils sont rassurés. Mais tout le monde doit encore se mettre dans la tête que c'est jouable. »


Le club du quartier caennais a l'avantage de se battre depuis le début de la saison pour éviter la relégation, à l'inverse d'autres équipes moins prêtes mentalement à batailler de la sorte. Il connaît aussi la marche à suivre pour que les résultats restent positifs. En prenant les matchs comme ils viennent, avec comme seul objectif immédiat de rattraper la formation qui la précède directement, la MOS aspire à avancer sereinement.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr