Caen signe la bonne opération

Envoyer Imprimer PDF

Football. Caen 2 – 0 Arles-Avignon, 28ème journée de Ligue 1. Le Stade Malherbe a souffert pour venir à bout d'Arles-Avignon, mais sa victoire 2-0 lui permet de prendre un immense bol d'air au classement de Ligue 1. Longtemps privés de solutions contre une formation certes pas brillante mais relativement solide, les Caennais ont trouvé la faille sur un coup-franc direct de Yohan Mollo à l'entrée du dernier quart-d'heure de jeu avant de se mettre à l'abri par Youssef El Arabi.

 

Ce ne sont pas toujours les plus belles victoires qui procurent le plus de satisfaction. En cette fin d'après-midi ensoleillée, le Stade Malherbe devait vaincre la lanterne rouge, quel qu'en fût le prix. Il a rempli sa mission, dans la difficulté, mais de manière logique.


Le début de match, laissant percevoir la fébrilité des visiteurs, était favorable aux Caennais sans que ceux-ci ne parviennent à se mettre en situation de frappe. La première action de la rencontre était même à mettre au crédit des Arlésiens, sur un coup-franc capté en deux temps par Thomas Bosmel (6'). Si Arles s'enhardissait quelque peu, montrant par a coups de beaux mouvements offensifs, les Caennais restaient maîtres de la situation. Ils se rapprochaient petit à petit de la cage adverse. Romain Hamouma éliminait deux défenseurs mais se faisait reprendre à l'entrée de la surface (13') tandis que Thibault Moulin ne parvenait pas à couper totalement le centre de Yohan Mollo (15'). Au milieu de la première période, M. Piccirilo refusait un penalty pourtant évident à Youssef El Arabi. Caen peinait à se montrer véritablement dangereux. Il échappait même au pire quand Romain Rocchi frappait la barre transversale à la demi-heure de jeu (32'). Dans le temps additionnel de la première période, les Malherbistes faisaient de bonnes frayeurs à leurs adversaires, mais toujours sans accrocher le cadre.


Sitôt la deuxième mi-temps sifflée, Deme N'Diaye se trouait dans une position pourtant favorable (47'). Son équipe affichait une bonne dose de combativité, si bien que le match était haché par de nombreuses petites fautes. Pauvre techniquement, le spectacle était peu palpitant. Les occasions, pourtant, n'étaient pas totalement absentes. À l'approche de l'heure de jeu, Caen se procurait sa plus grosse occasion sur corner. Le ballon était renvoyé sur sa ligne par un défenseur (55'). Les Malherbistes essayaient alors d'accroître le rythme, à l'image de Yohan Mollo. Débordant le long de la ligne de but, il servait Benjamin Nivet, lequel voyait sa reprise contrée dès le départ (56'). Youssef El Arabi s'illustrait à son tour, mais toujours en-dehors du cadre (63', 64'). Dans leur volonté de faire la différence, conscients que la victoire était de l'ordre du capital, les Caennais n'assuraient pas toujours leurs arrières. Heureusement, Thomas Heurtaux était là pour s'opposait à un N'Diaye peu adroit dans la finition (65', 66').


Malgré un jeu parfois terne, manquant trop souvent de fluidité et de mouvement, Caen accentuait sa pression devant le but adverse. C'est finalement sur coup-franc que la délivrance intervint. Légèrement excentré sur la gauche, Yohan Mollo délivrait une frappe en pleine lucarne que Vincent Planté ne pouvait qu'accompagner (1-0, 79'). Le plus dur était fait. Youssef El Arabi, servi par Benjamin Nivet, mettait son équipe à l'abri peu après. Sa feinte de frappe lui laissait le but grand ouvert : quatorzième réalisation de l'international marocain en L1 (2-0, 85'). Caen était tranquille, son succès lui offre la treizième place de Ligue 1, à égalité de points avec Sochaux, onzième.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr