La Maladrerie se met en difficulté

Envoyer Imprimer PDF

Football. La Maladrerie 0 – 3 Mondeville B, 25ème journée de Division d'Honneur. Mondeville a fait respecter son rang cet après-midi au stade Joseph-Déterville. L'équipe réserve de l'USONM, cinquième de DH, s'est défaite de la MOS, désormais onzième. La Maladrerie, qui confirme son coup d'arrêt, jouera son maintien à Vire dimanche prochain. Elle garde les cartes en main mais n'aura pas la tâche facile.


Le match était à peine terminé que Thierry Moreau, à l'affût des résultats de ses adversaires, se penchait sur le prochain, le dernier. « Tout se jouera à Vire », constatait l'entraîneur de la MOS. En perdant lourdement contre l'équipe réserve de Mondeville, ses hommes ont réalisé une bien mauvaise opération. Cette deuxième défaite consécutive, qui succède à une série inattendue de quatre victoires (sur les six obtenues par la MOS depuis le début de la saison), les ramène à un point de la zone de relégation. Pendant que les Caennais affichaient leur manque d'efficacité redondant devant le but adverse, Ouistreham balayait Vire (5-0) pour passer devant au classement et Pointe-Hague retournait une situation fortement compromise à Avranches (victoire 4-3 après avoir été mené 3-0) pour revenir à une longueur derrière. Seul Cherbourg a fait les affaires du club caennais en s'inclinant à domicile contre Lisieux, dernier (1-0).


Pour ne pas dépendre du match entre Ouistreham et Pointe-Hague dimanche prochain, La Maladrerie devra battre Vire. La problématique est simple, la réalisation le sera sans doute moins. « Il faut préparer les joueurs, indique Thierry Moreau. On vient de laisser passer deux occasions de se mettre à l'abri. Maintenant, il s'agit de relancer la machine. »


Les Caennais vont devoir digérer rapidement la déception du match contre Mondeville. Si le score est sans appel, il est « un peu sévère par rapport au contenu », juge le coach local. L'USONM, qui alignait quelques joueurs de A accompagnés de jeunes talentueux, a affiché son réalisme. Tout le contraire de la MOS. « On a six ou sept occasions mais on est défaillants dans le dernier geste et la détermination, regrette Thierry Moreau. C'est dommage, parce qu'il y a des choses intéressantes dans le jeu. À côté de ça, on encaisse trois buts sur des petites erreurs qu'on avait réussi à corriger auparavant et qu'il ne faudra pas renouveler. »


Revenus de nulle part il y a un mois et demi, presque sauvés alors qu'ils étaient condamnés par tous peu avant, les Caennais se sont-ils crus sortis d'affaire un peu trop tôt ? « Je ne pense pas, répond leur entraîneur. Les efforts sont identiques, les joueurs sont concentrés. Mais la saison est usante mentalement. J'ai confiance en mes joueurs, ils peuvent y arriver. » Le verdict sera connu dimanche, lors du dernier match de Thierry Moreau comme entraîneur de la MOS avant son départ pour Flers.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr