Fred Cournarie : « Le danger est de penser que tout va être facile »

Envoyer Imprimer PDF
Frédéric Cournarie entame sa deuxième saison à la tête de l’équipe seniors du Stade Caennais. C’est avec un groupe quelque peu modifié, notamment dans la ligne des trois-quarts, que le technicien a repris les entraînements collectifs, ce mardi. Avec plus de certitudes et une envie d’étoffer davantage le jeu, Fred Cournarie ne se fixe pas d’objectif pour cette saison, si ce n’est celui de voir ses joueurs repartir aussi fort qu’ils n’avaient fini l’exercice précédent. Mais la poule de Fédérale 3 dans laquelle ils sont inscrits s’annonce d’un niveau relevé.

 

Comment s’annonce cette saison ?

Je n’en sais rien, sincèrement. On ne jouera pas contre les mêmes équipes, donc c’est toujours difficile de se situer par rapport à des équipes que l’on ne connaît pas. Ce que je sais c’est que Tours va être comme Poitiers l’année dernière, au-dessus de tout le monde. Après, je pense que la poule sera beaucoup plus difficile que l’année dernière puisqu’on a un ou deux clubs qui descendent de Fédérale 2 et d’autres qui ont déjà un vécu de Fédérale 2. L’avantage cependant cette saison, c’est qu’il ne faut en laisser que deux (cette année 10 équipes et 2 descentes et l’an dernier 12 équipes mais avec 7 descentes).

 

Peut-on dès à présent parler d’un objectif particulier ?

On voit les choses match après match. L’objectif c’est de faire une bonne prestation à Évreux (premier match du championnat, le dimanche 25 septembre) et après on verra ce qu’il y a à améliorer ou pas sur la match suivant. On ne va pas commencer à parler d’objectif sur une poule qu’on ne connaît pas. On va d’abord se focaliser sur ce qu’on veut faire.

 

L’avantage par rapport à la saison dernière c’est que vous avez un an de recul et d’expérience ici, que vous connaissez la plupart des joueurs et surtout que vous avez fait une très bonne deuxième moitié de saison. Vous partez donc sur de bonnes bases, encourageantes….

Oui, à condition qu’ils se remettent en question. Une saison ne vaut pas l’autre et justement le danger serait de penser que comme on a terminé assez fort l’année dernière, tout serait facile. Alors que non, il faut se refaire mal, il faut repartir au plus bas et puis il faut vraiment avoir cet esprit de sacrifice. Ça, c’est évident parce que nous ne sommes pas au-dessus du lot. Maintenant, effectivement, par rapport à l’année dernière, je connais les joueurs, nous avons des acquis. Je pense qu’on doit faire évoluer notre jeu et je pense qu’on a eu un recrutement qui me semble intéressant.

 

Justement, parlons un peu du recrutement. Beaucoup de joueurs sont venu renforcer l’équipe cette saison, n'est-ce pas ?

Oui, mais dans le beaucoup il y a du moyen.. et puis il y a du bon. Benjamin Thorel, qui était en année sabbatique pour ses études, revient chez nous. Lui a une capacité de vitesse dans la zone des 15 mètres qui est intéressante et puis j’ai un petit jeune qui vient de Bernay et qui a des capacités de vitesse pour jouer ailier. Là ça me permet d’avoir de la vitesse dans la zone de finition, donc c’est intéressant. J’attends un centre début octobre, un jeune qui a fait un pôle espoir. Il a dû jouer en Espoirs à l’ASM ou à Aurillac et il jouait en Fédérale 2 l’année dernière. Il a une capacité physique qui peut être intéressante (1,85 pour 92Kg). Ça me permettrait vraiment d’avoir une ligne de trois-quarts assez complémentaire. Côté avants, il y a un deuxième ligne de Versailles que je n’ai pas encore vu, un pilier revient un club, un talonneur arrive de Compiègne et un joueur polyvalent première ligne de Saint-Flour.

 

Et combien avez-vous de départs ?

Nous avons deux arrêts plus un départ qui était prévu de longue date. Paul Gaillard a arrêté pour ses études. Lenny Guéret arrête également et Ludovic Dau qui était là pour un an chez nous, est parti faire ses études au Canada.

 

Vous allez avoir un peu plus de concurrence sur quelques postes avec ces arrivées...

On compense plutôt les départs. Le seul plus qu’on a chez les trois-quarts c’est un ailier. Donc ce sont des joueurs de qualité mais on a compensé et puis pour l’instant je ne vais pas dire que j’ai de la qualité dans le recrutement pour les joueurs de devant.

 

Mais devant c’est le secteur où vous étiez le plus satisfait l’année dernière…

Oui, mais bon, il me manque un à deux deuxièmes lignes, notamment pour les touches. J’ai deux deuxièmes lignes qui étaient plutôt des pousseurs mais je n’ai pas de grand joueur donc sur les touches c’est quand même assez compliqué. Je suis tout de même content de ne pas avoir eu de perte devant, au moins j’ai mon acquis. Ça c’est bien.

 

Quels seront les grands chantiers cette saison, les points les plus importants sur lesquels travailler ?

La touche. Il faut prendre un peu plu de ballons que ce qu’on a fait sur certains matchs. Toute la difficulté après est d’arriver à contrer des équipes avec des joueurs qui font 10 à 15 cm de plus. Sur les touches défensives, c’est très difficile. Je voudrais également qu’on essaye d’améliorer un peu plus la redistribution offensive, notamment dans l’alternance pour voir ce qu’on peut être capable de proposer autrement que sur du défi physique. Tout cela avec une technique individuelle de contact, de passes pour aller jouer sur les extérieurs. Et puis voilà, ce sera déjà bien. Mon gros chantier au départ ce sera : " j’ai le ballon, je le redistribue comment, qu’est-ce que je donne comme sortie dans le jeu autre que ma zone de 15 mètres " et tout cela avec une technique individuelle de contact pour donner l’outil aux joueurs.

 

Aujourd’hui c’était votre premier entraînement. Quel est le programme pour la suite d'ici le début du championnat le 25 septembre ?

Je pense qu’avant de reprendre, ils se sont préparés de leur côté. Je ne suis pas partisan de reprendre trop tôt. Je pense qu’à ce niveau-là, il faut sevrer le joueur de ballons pendant l’été, pour qu’ils arrivent en ayant faim. Puis, dès qu’on y est, on bosse sérieusement. Mais je ne suis pas pour reprendre fin juillet, avec des matchs qui arrivent deux mois après, on risque des blessures, de l’usure. Je pense qu’on est bien. On va faire deux, voire trois entraînements par moment s’il y a besoin. On fera deux matchs amicaux, le premier le 11 septembre contre Paris XV puis le 18 septembre à Flamanville.

 


 

 

 

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr