Caen souffre mais brise la malédiction

Envoyer Imprimer PDF

Dix-sept ans après son dernier succès à la reprise du championnat en janvier, le Stade Malherbe a battu Bastia, ce vendredi soir (1-0). Mais les Caennais ont à nouveau souffert pour venir à bout de la vaillante lanterne rouge. En difficulté dans le jeu, ils s'en sont remis à un but de Benjamin Nivet, bien servi par Youssef El Arabi au milieu de la deuxième mi-temps, pour prendre trois points très précieux. Ils leur permettent de compter provisoirement onze unités d'avance sur le quatrième, Arles.

 

Le coup de sifflet final n'a pas retenti qu'ils sont déjà par terre, dépités. La réussite sourit rarement aux derniers. Les Bastiais ont tenu tête à celle que beaucoup considèrent comme la meilleure équipe de Ligue 2, l'ont mis en danger à plusieurs reprises tout en l'empêchant de s'exprimer. Alors cette belle occasion manquée, ce centre coupé qui passe du mauvais côté du poteau, est dure à digérer. Bastia, par Niangbo, a laissé passer sa dernière chance d'égaliser juste avant d'entrer dans le temps additionnel. Sans avoir grand chose à se reprocher, il quitte le stade d'Ornano sur une neuvième défaite en dix déplacements. La dix-septième place est désormais à neuf points des Corses.


Les Caennais sans solution


Ils auraient peut-être mérité mieux. Entre le premier et le dernier du classement, que 25 points séparaient au départ du match, la différence de niveau n'a pas été criante. La possession du ballon a certes été à l'avantage des Caennais, mais ceux-ci ont eu du mal à la bonifier. Après dix grosses minutes d'observation passées principalement au milieu de terrain, Caen a toutefois tiré le premier. Une reprise de demi-volée de Nivet obligeait Novaes à la vigilance (12'). Mais les Rouge et Bleu ne trouvaient pas les solutions face à la défense regroupée des Bastiais et leur jeu manquait de mouvement dans un froid vif. La première véritable occasion était même à mettre au crédit des visiteurs. La reprise d'André face au but terminait cependant en six mètres (15'). Le match était peu rythmé et ne réchauffait pas un public venu en nombre limité. El Arabi rapprochait quelque peu le danger, d'abord sur une frappe puissante non cadrée (17'), puis sur une tentative bien sortie par le portier adverse dans un angle fermé (37'). Entre temps, Seube s'était procuré une belle occasion de but. Mais, en déséquilibre devant la cage, il n'avait pas réussi à cadrer (23'). Les imprécisions, le manque de fluidité offensive et d'actions franches, n'étaient pas du goût du public, qui le faisait savoir quand l'arbitre sifflait la mi-temps. Thébaux n'avait pourtant pas eu le moindre arrêt à effectuer, n'ayant été inquiété qu'une seule fois après le danger apporté par André au quart d'heure de jeu. Périatambée, tentant de profiter d'une passe en retrait mal négociée, n'avait pas cadré sa tentative (37').


El Arabi – Nivet : le duo frappe encore


La deuxième période repartait sans Langil, très peu en vue auparavant et remplacé par Toudic. Le Sporting était le premier à se montrer dans la surface adverse (49') mais Caen semblait être revenu avec de meilleures intentions. En mettant plus de vitesse dans son jeu, il ne tardait pas à se montrer à son avantage. Toudic frôlait l'ouverture du score en décochant une frappe lointaine qui laissait Novaes de marbre. Le ballon redescendait heurter la transversale (50'). Dans la continuité de l'action, l'attaquant caennais tentait sa chance une deuxième fois et trouvait cette fois le Brésilien sur la trajectoire de la balle. La domination caennaise était plus franche mais elle était fragile, fébrile. Les opportunités restaient peu nombreuses. À la réception d'un petit cafouillage consécutif à un corner, Nivet se retrouvait pourtant idéalement placé balle au pied dans la surface mais ne pouvait armer une frappe (53'). Pour le meneur de jeu caennais, qui a encore eu droit à un traitement de faveur de la part de ses adversaires directs, ce n'était que partie remise. Un quart d'heure plus tard, Deroin servait El Arabi sur le côté gauche. Ce dernier éliminait son adversaire et usait de l'arme fatale, le centre en retrait. Nivet assurait le plat du pied et donnait l'avantage à son équipe (1-0, 69').


La physionomie de la rencontre ne se trouvait pas bouleversée par cette ouverture du score. Bastia se montrait tout de même plus pressant alors que Caen se découvrait parfois un peu trop. La maîtrise des débats était cependant à son avantage, d'autant plus que les insulaires manquaient de réalisme. Harek puis André ne parvenaient pas à accrocher le cadre (72' et 86'), comme Niangbo, sur la plus franche occasion de son équipe, à quelques minutes du coup de sifflet final. L'essentiel est en poche pour le Stade Malherbe, renouant avec la victoire après une défaite et un nul en championnat.

 

 

Photos à venir
Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr