Le Stade Malherbe s'est réveillé trop tard

Envoyer Imprimer PDF

Football. Rennes 3 – 2 Caen, 4ème journée de Ligue 1. Les Malherbistes ont marqué deux buts en deuxième période (par Heurtaux et Bulot) sans en encaisser un seul. Mais le retard concédé lors des 45 premières minutes a rendu ce retour vain. Dominés par Rennes pendant près d'une heure, ils se sont inclinés assez logiquement mais peuvent nourrir des regrets, entre un pénalty manqué et un but consécutif à une main imaginaire.

 

« On part déçus mais fiers de cette deuxième mi-temps. » Les mots de Nicolas Seube au micro de Foot + résumaient l'état d'esprit caennais au sortir d'une défaite laissant un sentiment mitigé. Caen a payé chèrement ses erreurs en première période mais a bien redressé la barre par la suite. Sans succès, cependant.


Contre Rennes et son attaque de feu, les Caennais avaient prévenu qu'ils devraient d'abord s'attacher à bien défendre. Ils ont échoué dans leur quête en première mi-temps, encaissant deux buts sur coup-franc et un à la suite d'une passe imprécise dans leur propre camp. Abdoulrazac Boukari a été le premier à marquer, crucifiant Alexis Thébaux de la tête (5'). Jirès Kembo lui a emboité le pas. À la réception d'une mauvaise passe caennaise, Jonathan Petroïpa avait accéléré avant de servir son coéquipier, seul au point de penalty, en retrait (39'). Dans une fin de première période assez cauchemardesque, Kader Mangane a enfoncé le clou. Un coup-franc sifflé à la suite d'une main inexistante de Van Dam a offert une deuxième passe décisive à Julien Féret. Le ballon de Mangane, repris du pied devant le but caennais, a heurté la barre transversale avant de rebondir derrière la ligne (45').


Après 45 minutes de jeu, Malherbe était mené 3-0. Pas spécialement ridicules, les Caennais avaient toutefois été bousculés par leurs adversaires, plus présents dans les duels et dominateurs au milieu de terrain. Le Stade Rennais s'était procuré d'autres occasions d'accentuer leur avance dans une rencontre rythmée et animée. Sauf que le match aurait pu prendre une toute autre allure quand, alors mené 1-0, le Stade Malherbe obtint un pénalty consécutif à une faute sur Alexandre Raineau. Benjamin Nivet laissa le ballon à M'Baye Niang, dont la frappe trop peu appuyée fut joliment détournée par Benoît Costil (12'). Le Franco-Sénégalais confirma dans cette première période (il fut remplacé à la mi-temps par Kandia Traoré) son début de saison très laborieux. Il obligea pourtant Benoît Costil, très bon pour ses premières retrouvailles en Ligue 1 avec son club formateur, à une nouvelle parade, du pied cette fois (36').


La deuxième mi-temps repartait sur d'excellentes bases pour Rennes, sans doute persuadé d'avoir match gagné mais visiblement pas décidé à desserrer l'étreinte. Il suffit pourtant de trois petites minutes pour relancer le suspense. Le centre de Fayçal Fajr, peu à l'aise en première période, beaucoup plus dans la suivante, trouva la tête de Kandia Traoré. Benoît Costil repoussa le ballon, qui revint sur le crâne de Thomas Heurtaux. Le défenseur central, d'une balle smashée, inscrivait-là son premier but en professionnel (58'). Deux minutes après, Jerry Van Dam débordait également sur la droite et adressait un centre au sol vers Romain Hamouma. Le milieu droit manquait son contrôle dans l'axe, servant involontairement Frédéric Bulot. Largement hors-jeu (non signalé), celui-ci reprenait d'une volée en pivot, ne laissant aucune chance au gardien rennais (60').


Le match était relancé et Caen s'employa à le confirmer. Mais Benjamin Nivet (73') puis Romain Hamouma (77') n'accrochèrent pas le cadre, quand Ibrahima Tandia fut un peu trop culotté de tenter le lob alors qu'il se présentait face à Benoît Costil, tranquille (81'). Kandia Traoré s'emmêla ensuite les pinceaux dans une excellente position (84') et Romain Hamouma ne cadra pas sa tête (89'). Caen a poussé sans connaître de réussite. Les Rennais ont toutefois continué à mettre régulièrement leurs hôtes en danger, par Mangane ou Dalmat, notamment. Ils n'ont pas volé leur victoire, même si le Stade Malherbe s'est bien révolté. « On a su relever la tête, preuve que cette équipe a de l'orgueil, a salué Nicolas Seube. Beaucoup d'équipes menées 3-0 à la mi-temps n'auraient pas fait ce match-là. » Reste que pour renouer avec la victoire, après deux revers consécutifs, il va falloir jouer 90 minutes...

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr