Caen rajeuni mais ambitieux

Envoyer Imprimer PDF

Football. Caen – Brest, 16ème de finale de la Coupe de la Ligue (ce soir, 20h). Par contrainte plus encore que par choix, le Stade Malherbe laissera la jeunesse s'exprimer ce soir contre Brest en Coupe de la Ligue. Pour son entrée en matière, Caen sera opposé à une formation guère plus amie que la sienne avec cette compétition. Les coupes sont traditionnellement une parenthèse sans véritable enjeu pour les Caennais, qui abordent le rendez-vous sans pression mais avec l'envie de bien faire.


Toutes proportions gardées, un petit événement se produira ce soir au stade Michel-d'Ornano. Pour la première fois depuis quatre ans, Caen va accueillir un match de Coupe de la Ligue. Les coupes auraient-elles décidé de refaire un tour dans la capitale bas-normande ? En janvier dernier, cela n'avait pas suffi face à Lyon en 32ème de finale de la Coupe de France. Aujourd'hui, les Malherbistes reçoivent Brest avec plus d'atouts en poche, en particulier parce que Brest joue dans la même cour qu'eux et porte un intérêt semblable aux coupes. Les Brestois n'ont qu'une priorité cette saison : le maintien en Ligue 1. D'ailleurs, la Coupe de la Ligue n'a jamais été leur amie. En sept participations (dix de moins que Caen), Brest n'y a gagné que deux matchs : en 2004 (contre Wasquehal) et en 2007 (contre Sète). Caen, qui n'a passé qu'une fois le cap des huitièmes de finale (pour atteindre la finale, en 2005), n'est pas non plus un modèle dans cette compétition. Il cache mal le peu d'attachement qu'il a pour les coupes, quand bien même celle de la Ligue rapporte des gros sous et peut vite conduire vers le Stade de France.


Franck Dumas absent, son adjoint Patrice Garande a tenté de faire passer un tout autre message au point presse d'avant-match, hier. « C'est une compétition qu'on va jouer en espérant aller le plus loin possible, voire au bout, a-t-il confié dans des propos diffusés sur le site officiel du club. On l'a préparée comme ça, c'est une compétition en tant que telle. » Pourtant, le Stade Malherbe ne ressemblera pas à celui qui a défié Rennes dimanche dernier. Pas d'Alexis Thébaux dans les buts (et une incertitude autour du titulaire, Damien Perquis ou Thomas Bosmel ?), pas de M'Baye Niang ni Frédéric Bulot, retenus en sélection, pas non plus de Jérémy Sorbon ni Pierre-Alain Frau, blessés. Si le groupe caennais comporte des nouveaux venus, comme les jeunes Yannick M'Boné et Lenny Nangis, accompagnés du beaucoup plus expérimenté Anthony Deroin, « ce n'est pas par volonté de faire tourner, indique Patrice Garande. On a formé un groupe avec l'effectif qu'on avait à notre disposition. »


Les concernés (on pense aussi à Molla Wague et Ibrahima Tandia) devront saisir leur chance dans une configuration nécessairement différente du championnat. Brest, qui a fait tourner quelque peu son effectif la saison dernière lors de son seul match de Coupe de la Ligue, est attendu comme un adversaire difficile à battre. Pour cause, aucune équipe n'est parvenue à prendre les trois points contre lui cette saison, les Bretons ayant la particularité de ne pas avoir perdu... ni gagné (quatre matchs nuls). « C'est une équipe combative, valeureuse, très difficile à jouer », détaille Patrice Garande. Cependant, des réglages sont encore à travailler, à l'image des trois buts seulement marqués jusqu'à présent (deux de Benoît Lesoimier et un de Bruno Grougi, deux anciens caennais). Après deux défaites consécutives et avant une petite trêve internationale, Caen serait bien avisé d'en profiter pour faire le plein de confiance et permettre à tous ses joueurs de rester pleinement concernés.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr