Jérémy Sorbon : « Je ne me prends pas la tête »

Envoyer Imprimer PDF

Jérémy Sorbon a la particularité d'avoir évolué à tous les postes de la défense cette saison : dans l'axe, à droite et à gauche, lors de ses deux dernières sorties face à Lyon et Evian Thonon Gaillard. Plus à l'aise dans l'axe, le Martiniquais sait que sa polyvalence est un atout de taille pour gagner du temps de jeu. « On a besoin de tout le monde dans cette équipe », souligne-t-il.


Jérémy, à quel type de confrontation vous attendez-vous contre Nice ?

Ce sera une confrontation plutôt compliquée. Même s'ils n'ont pas fait un début de saison génial, ça reste une très belle équipe. Il y a de très bons joueurs sur le papier. Ça peut faire mal à tout moment. Il ne faut vraiment pas se laisser avoir par ce classement. On va voir avec le staff de quelle manière les prendre, mais on sait comment on doit jouer, on a fait de bons matchs dernièrement et il faut s'en souvenir.


Vous êtes sur une dynamique positive : y a-t-il un regain de confiance par rapport à la série connue fin-août ?

Forcément, après trois défaites d'affilée ça fait toujours mal au moral. On avait envie de rebondir. Le match nul à Auxerre nous a fait du bien. Derrière, on a gagné les deux matchs suivants. On a pris pas mal de confiance par rapport à ça. On sait de quoi on est capables. À nous de continuer. Contre Nice, on aura un adversaire direct au maintien. C'est le genre d'équipe contre qui on se doit de faire un résultat, surtout chez nous.


Êtes-vous pressé de prendre les points et peut-on s'attendre à un premier quart-d'heure où vous allez essayer d'asphyxier Nice ?

On verra ça avec le staff technique, il décidera de la manière dont on débutera le match. Être pressés de prendre les points, non. Chaque chose en son temps. On a 13 points, c'est très bien pour nous. Il faut savoir se remettre dedans et penser à autre chose. C'est très bien ce qu'on a pu faire mais ça ne s'arrête pas là. Il y a une remise en question quotidienne. Le but est de poursuivre notre série et de ne pas retomber dans nos travers. On sait ce qu'il faut faire pour ça. On sait ce qui n'a pas été lors des trois matchs perdus. On a retravaillé sur l'aspect défensif. Il faut se fier aux derniers résultats.


Sur les trois derniers matchs, le contenu a été différent mais le résultat satisfaisant : y a-t-il une faculté d'adaptation cette année contrairement aux années précédentes ?

Je pense qu'on a une petite expérience de ce niveau-là, de ce qu'il faut faire et ne pas faire. On se souvient surtout des matchs réalisés contre les concurrents directs la saison dernière, où on n'avait pas forcément de bons résultats. On sait qu'il faut faire des résultats contre les équipes qui se battent pour le maintien, ne pas se jeter à l’abordage comme on a pu le faire sur certains matchs, ce qui nous a justement privés de point. On sait comment aborder ces matchs-là, le staff aussi a cette petite expérience supplémentaire.


Vous êtes également plus performants contre les adversaires directs : pourquoi ?

Il y a pas mal d'expérience dans cette équipe, on a connu des hauts, des bas, des montées, des descentes, des maintiens... On sait comment aborder ces matchs-là. Il y avait des erreurs de jeunesse lors des années précédentes, on partait un peu à l'abordage au détriment de l'aspect défensif. C'est arrivé l'année dernière, on essaie de ne pas le reproduire. Il y a encore plus de communication qu'avant, avant, pendant et après le match.


Est-ce qu'il y a aussi davantage de rigueur défensive, notamment sur les coups de pied arrêtés ?

On essaye d'être le plus concentré possible lors des phases arrêtées. On a pris pas mal de buts dans ce domaine les saisons passées. On se sert de ça pour être encore plus concentrés, être au marquage, être beaucoup plus proche de l'adversaire. Par rapport aux trois matchs qu'on a perdus, on a vu l'importance d'être bien en bloc, de défendre ensemble, d'avoir une équipe qui se déplace ensemble.


Personnellement, est-ce que vous vous considérez comme le couteau suisse de la défense ?

Non, mais il n'y a que moi qui ai cette polyvalence derrière. On ne va pas demander à Greg Leca d'aller jouer arrière gauche ou arrière droit ! Moi, je suis apte à le faire, donc je le fais. Sur les derniers matchs, j'ai joué à gauche parce qu'Alex Raineau avait besoin de souffler un petit peu alors que j'étais plutôt frais puisque je revenais de blessure. Je suis rentré pour faire mon devoir et je pense que je l'ai plutôt bien fait. Après, on verra, on ne sait pas ce qui peut se passer. J'ai joué autant de match dans l'axe que latéral. On a besoin de tout le monde dans cette équipe.


Est-ce vous avez toujours envie de vous réimposer dans l'axe ?

Mon poste, je le dis et je ne changerai pas, c'est axial. Maintenant, si ça se passe bien dans l'axe avec les deux défenseurs actuels, on ne va pas changer une équipe qui gagne. J'ai joué à gauche, on a gagné contre Lyon, dans la foulée j'ai continué à ce poste et on a gagné encore. On a encore un autre match, le coach décidera.


Avoir du temps de jeu, c'est déjà une bonne chose puisque vous avez commencé la saison sur le banc...

Oui, mais j'ai joué dès le deuxième match parce qu'il y avait des blessés. J'ai enchaîné parce que j'avais fait une bonne prestation, et derrière je me suis blessé. C'est aussi ça le football. Je suis ressorti surtout à cause d'une blessure, même si on ne sait pas comment ça se serait passé sinon. Je ne me prends pas la tête. Si je dois rentrer à droite, je rentrerai à droite et je donnerai le meilleur de moi-même pour faire un bon match.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr