Grégory Proment : « Atteindre quelque chose d'intéressant »

Envoyer Imprimer PDF

Après une mini-trêve internationale, comblée par un match amical face à Amiens (1-1), le Stade Malherbe retrouvera la Ligue 1 par un déplacement à Brest. Grégory Proment s'attend à affronter une « bonne équipe » pourvue de « quelques individualités intéressantes ». Le Stade Brestois, 17ème du classement sans la moindre victoire au compteur est « difficile à manœuvrer ».


Grégory, comment avez-vous occupé cette trêve ?

On a pu travailler avec un peu moins de pression par rapport au fait qu'il n'y avait pas de match de championnat le week-end suivant. On a bien travaillé, on a bien rigolé, c'est bien. On continue notre petit bonhomme de chemin tranquillement.


Cette trêve est arrivée au bon moment ?

Elle nous fait du bien dans la tête, car on a pu souffler un peu, mais on aurait peut-être aimé continuer sur notre lancée. On ne sait pas si elle nous a fait du mal ou du bien, on verra ça ce week-end. On va se remettre vite dans le bain, ce n'est pas un souci.


Que pensez-vous de cette équipe brestoise ?

C'est une bonne équipe, il y a quelques individualités intéressantes. C'est une équipe très difficile à manœuvrer. Ils ont fait beaucoup de matchs nuls depuis le début de la saison. On a trouvé la faille chez nous, on a réussi à faire un match intéressant en coupe, et on avait fait une bonne prestation chez eux la saison dernière. On va essayer de reproduire ce type de match, maintenant un match n'est jamais pareil qu'un autre.


Vous vous souvenez du match de la saison dernière ?

Oui, je m'en souviens, c'était mon premier match après mon retour. On n'était pas spécialement bien au classement mais on avait réussi à faire une bonne prestation là-bas. Ce n'était pas simple mais on était sortis vainqueurs (1-3).


Voilà quasiment un an que vous êtes revenu. Quel bilan vous en tirez ?

Je suis content d'être revenu. L'année dernière, on a atteint les objectifs qu'on nous avait fixés, c'est positif. Cette année, on n'est pas trop mal pour l'instant. Dans l'ensemble, c'est intéressant.


« Laisser passer l'orage et planter des banderilles ensuite »


Est-ce que vous signeriez pour un match nul à Brest ?

On a toujours envie de gagner, forcément. Après, il faut voir la physionomie du match. Quand on ne peut pas gagner, il faut maintenir le nul. Si on fait un nul là-bas, ce ne sera pas non plus un mauvais résultat. Mais on va là-bas pour prendre des points, c'est sûr.


Avec Montpellier et Paris derrière, on ne se dit pas qu'il est important de prendre les trois points à Brest ?

Non, ce n'est pas parce que c'est Montpellier et Paris qu'on prendra zéro point. On peut prendre pas mal de points aussi contre ces équipes-là. Il n'y a rien à calculer pour l'instant.


Peut-on s'attendre à une opposition avec un peu hésitante de leur part, au vu de leur classement ?

Non, pas au début en tout cas. Ils vont essayer de mettre de la vie dans ce match, en tout cas c'est ce qu'on ferait. Si ça ne marche pas rapidement pour eux, ça peut devenir compliqué dans la tête. Peut-être qu'on devra faire le dos rond de notre côté, laisser passer l'orage, et essayer de planter les banderilles ensuite.


Est-ce que vous trouvez plus de solutions de relance à l'extérieur ?

Oui, c'est possible. Je ne pense pas que ça soit dû à nous. Toutes les équipes qui se déplacent sont un peu plus prudentes. À domicile, c'est donc plus compliqué alors qu'à l'extérieur on peut avoir des espaces. L'équipe adverse a envie de faire du jeu, de mettre un peu plus de pression. On arrive mieux à se trouver.


C'est important de prendre des points contre un adversaire direct ?

Oui, c'est important contre toutes les équipes, mais si on peut les laisser loin de nous, ça peut être intéressant pour la suite si jamais on a un problème à un moment donné comme ça arrive tous les ans.


« Tous les matchs sont très difficiles dans ce championnat »


Vous le redoutez, ce problème ?

Non, on sait que ça arrive tous les ans. C'est arrivé très tôt l'année dernière, ce n'était pas plus mal car on a pu gérer derrière. Ça arrive à un certain nombre d'équipes. Tenir toute une saison au même rythme, c'est compliqué. Il faut réussir à prévoir ça.


Le président Fortin a indiqué qu'il aimerait que le Stade Malherbe termine à une place proche de celle qu'il occupe actuellement. Ça vous paraît possible ?

Oui, on peut le faire et on aimerait bien le faire, maintenant on ne peut pas prédire l'avenir, on ne sait pas ce qu'il peut y avoir. Il peut y avoir des pépins physiques, etc. Il y a pas mal de choses qui rentrent en ligne de compte. Mais si on a tout le monde, on peut atteindre quelque chose d'intéressant cette année.


Le Stade Malherbe est-il à sa place dans la première moitié de tableau ?

Au niveau des qualités, oui. Après, c'est très difficile à dire, car c'est compliqué contre les premiers comme contre les derniers. Tous les matchs sont très difficiles dans ce championnat, ça se tient à peu de choses. Au niveau des qualités pures, qu'elles soient individuelles ou collectives, on peut le faire. Maintenant, il y a des aléas qui peuvent entrer en ligne de compte et qu'on ne maîtrise pas forcément.


Est-ce qu'il y a un palier qui a été franchi par rapport à la saison dernière ?

C'est peut-être un peu trop tôt pour en parler, on verra bien. On pourra en reparler dans quatre mois.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr