Youssef El Arabi parle de son exil doré

Envoyer Imprimer PDF

Youssef El Arabi, l'ancien attaquant prolifique du Stade Malherbe, s'est confié au journal L'Equipe, dans l'édition datée de ce jour. Auteur d'un triplé le week-end dernier et troisième meilleur buteur du championnat, l'Hérouvillais revient sur son départ et son quotidien en Arabie Saoudite, un pays qu'il a rejoint à l'intersaison.


Le contraire aurait été étonnant, au vu du niveau de football pratiqué sur place, mais Youssef El Arabi n'a rien perdu de ses qualités de buteur en Arabie Saoudite. L'international marocain, qui évolue à Al-Hilal, a signé un triplé lors de son dernier match. Parti dans la capitale saoudienne en échange de 7 millions d'euros (l'indemnité de transfert que Caen a récupérée) et d'un salaire sur quatre ans de 13 millions d'euros, il trouve ses marques petit à petit. « J'ai un peu ramé au début, mais je commence à trouver ma place. » L'ancien buteur du Stade Malherbe, son club formateur, s''exprime ainsi dans les colonnes du quotidien L'Equipe, avec qui il revient également sur son transfert.


« Ma priorité était de refaire une année en France pour confirmer, dit-il. Arrivé en mai, je pensais que les offres allaient venir, mais rien de concret n'est apparu. » Déçu par ce manque d'attention, alors qu'il avait fini troisième au classement des buteurs, l'Hérouvillais pensait rejoindre l'Italie. Le Genoa était intéressé mais avait besoin de liquidités, donc de temps. Le Stade Malherbe n'en avait pas (Pierre-Alain Frau l'avait rejoint mais ne pouvait pas signer), et Youssef El Arabi commençait à s'impatienter. « Quand Al-Hilal m'a appelé, j'ai écouté le projet et j'ai dit oui. » Entre temps, le jeune homme (24 ans) a pris soin de se renseigner auprès de son compatriote Adil Hermach, qui venait de s'engager là-bas, mais également d'Eric Gerets, ancien entraîneur d'Ali-Hilal. « Il m'a rassuré et m'a dit que c'était le meilleur championnat des Emirats. »


Car si Youssef El Arabi ne cache pas que l'aspect financier « a compté », ayant eu « la possibilité de mettre vraiment ta famille à l'abri », il assure que sa décision ne repose pas uniquement dessus. « J'ai eu une proposition deux fois plus élevée du Qatar. Mais ça ne m'intéressait pas, c'est un petit championnat. Je ne suis pas parti en retraite ! Je suis encore jeune, j'ai envie de de jouer, de gagner des titres, en club et en sélection. » C'est ce qui l'a poussé à demander un programme individuel pour travailler davantage que ce qui lui était imposé à l'entraînement, où le confort semble primer, comme pour le rester : déplacements en jets privés, primes doublées ou triplées lors des gros matchs... Youssef El Arabi, qui escompte bien retrouver les joutes européennes, fait peut-être des envieux. « J'ai souvent des joueurs (de Caen) au téléphone, il y en a même qui m'ont dit "Fais-moi venir l'année prochaine !" »

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr