Samir Alla, un Hérouvillais international de futsal

Envoyer Imprimer PDF
Samir Alla a disputé deux matchs amicaux contre la Grèce à Orléans, mardi et mercredi, avec l'équipe de France de futsal. Le natif d'Hérouville, grand ami de Youssef El Arabi, est international depuis le mois d'octobre. Licencié à Douvres, il est le seul joueur de l'équipe à ne pas évoluer dans un club de niveau national. Mais la technique et la vista de celui qui est également meneur de jeu de Mondeville (CFA2) lui ont permis de franchir les étapes une par une jusqu'au sommet.


Ce n'est peut-être pas « le meilleur footballeur du monde » comme l'affirment en choeur ses frères et coéquipiers à Douvres, Abdou et Nabil, mais c'est en tout cas l'un des meilleurs joueurs de futsal de France. Samir Alla, 24 ans, a connu sa première sélection avec les Bleus il y a quelques mois, à l'occasion d'une double confrontation face à l'Irlande. « C'est un plaisir de représenter toute la France, surtout en tant que jeune de quartier, savoure-t-il. Ça permet d'en parler de manière positive. » Pour s'être « bien fondu au collectif », d'après le sélectionneur national, Pierre Jacky, Samir Alla a gardé sa place dans cette équipe. En novembre, il s'est envolé pour le Chili, lui qui quitte rarement les frontières du Calvados. « Ça a été toute une histoire », en sourit Philippe Fourrier, son entraîneur à la JS Douvres.


Cet Hérouvillais pur jus est le seul joueur de la sélection à ne pas évoluer dans un club de niveau national. À l'origine, le futsal est surtout un « bon complément » au foot à onze, qu'il pratique au sein de l'USO Mondeville en CFA2 depuis sept ans. « Ça fait progresser dans plein de domaines, explique-t-il. C'est sûr qu'il faut être bon techniquement car la moindre erreur coûte très cher. Mais si on ne l'est pas au début, on progresse très vite en salle. » La technique, c'est le principal atout de celui qui a ses racines au Maroc. Mais ce n'est pas le seul. « C'est un manieur de ballon qui a une vraie vista, un numéro 10, détaille Philippe Fourrier. C'est un leader par la qualité de son jeu. Il a toutes les qualités pour le futsal, notamment au niveau physique. Ce qui est bien, c'est que ça l'a également relancé dans sa carrière en herbe. »


Le foot à 11 concentre son attention


Samir Alla doit beaucoup à Philippe Fourrier, qu'il a eu comme entraîneur pendant six mois à Mondeville. Quand ce dernier s'est engagé de plein pied dans le futsal à Douvres, il a immédiatement pensé à son ancien meneur de jeu. « Il m'a dit de venir et cela fait maintenant trois ans que je fais du futsal là-bas. » En plus de lui mettre le pied à l'étrier, Philippe Fourrier l'a aussi poussé à s'inscrire aux stages de détection de l'équipe de France. « J'ai d'abord été retenu en pré-sélection, détaille Samir Alla. Sur les quarante joueurs présents, six étaient conservés en sélection. J'ai eu la chance d'en faire partie. »


A 24 ans, Samir Alla joue « pour [se] faire plaisir » mais n'a pas perdu espoir d'évoluer à un niveau plus élevé, en foot à onze. « Mon objectif est de me maintenir en équipe de France de futsal et de jouer en CFA voire en National en herbe », déclare-t-il. Philippe Fourrier est sceptique. « Il lui manque des arguments pour viser haut, estime-t-il. Il a eu beaucoup d'opportunités dans le passé, mais il a fait le choix de rester chez lui, avec sa famille. Maintenant, je pense que c'est trop tard même si rien n'est impossible. »

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr