Les débuts marquants de Molla Wagué

Envoyer Imprimer PDF

Molla Wagué se souviendra longtemps de ses débuts en Ligue 1 comme titulaire. Il a marqué un but lors de son premier match et en a coûté un sur le deuxième. Le solide défenseur central (1,90 m), arrivé au centre de formation du Stade Malherbe à 15 ans, a démontré tout son potentiel en l'absence de Thomas Heurtaux.


Est-ce la marque des futurs grands ? Molla Wagué a inscrit son premier but chez les professionnels dès sa première titularisation. Pour frapper les esprits d'entrée de jeu, on ne fait pas mieux. Surtout quand on est défenseur central et qu'on tient solidement la baraque le reste du temps. Qu'importe si son grand mérite fut surtout d'avoir été au bon endroit au bon moment, Molla Wagué a soigné ses débuts à Ajaccio. « Je ne pouvais pas rêver mieux », convient-il. Titulaire en lieu et place de Thomas Heurtaux, il a convaincu, dans la lignée de sa première apparition sur une pelouse de Ligue 1 deux semaines plus tôt contre Dijon.


Franck Dumas avait donc décidé de le garder dans son onze de départ samedi dernier à Bordeaux Thomas Heurtaux reprenant la compétition en équipe réserve. Un match solide, presque à contre-courant d'une équipe dépassée, puis la boulette. Plein axe, Molla Wagué rate son contrôle et laisse Anthony Modeste filer inscrire le deuxième but de la partie. « J'y ai repensé tout le week-end et même plus tard à l'entraînement. C'est le métier qui rentre, ça montre qu'il faut toujours rester concentré. J'ai voulu contrôler du cou de pied au lieu de jouer la sécurité en contrôlant du plat du pied ou en dégageant au loin. Un week-end on rit, l'autre week-end on pleure. J'ai fait une petite erreur à Bordeaux et tout le monde a oublié le match d'Ajaccio ! »


Le potentiel et l'état d'esprit


Certes, l'impression dégagée par ces débuts s'en est trouvée légèrement ternie. Elle reste néanmoins largement positive. « Je pouvais faire pire », sourit l'intéressé. En l'espace de deux matchs et demi, Molla Wagué a eu le loisir de démontrer ses qualités. « Il a un jeu de tête au-dessus de la moyenne, tant défensivement qu'offensivement, expose Sébastien Bannier, directeur du centre de formation et ancien entraîneur de l'équipe réserve. Il est intelligent dans le jeu mais a encore une grosse marge de progression d'un point de vue tactique. C'est un garçon de un contre un, de duel. Son gros point fort est certainement sa capacité à mettre en avant ses qualités, à s'appuyer dessus. Il est aussi capable de créer le surnombre offensivement. Ça viendra au fil des matchs. » Molla Wagué impose son jeu tout en puissance, conscient toutefois des progrès qu'il doit faire en particulier dans la relance.


L'éclosion du jeune franco-malien (ses parents sont Maliens mais il est né dans l'Eure) est une réussite supplémentaire pour le centre de formation caennais. Molla Wagué l'a rejoint à 15 ans, trois ans après avoir été détecté par Laurent Glaize en Haute-Normandie. Arrivé au football dans le sillage de ses frères et d'une Coupe du Monde gagnée par les Bleus (il avait sept ans en 1998), il était attaquant avant de dépanner – et de s'installer – en défense centrale avec les moins de 14 ans rouennais. Caen a vite perçu en lui un potentiel « indéniable » et bien exploité. « Il a gardé ses valeurs familiales, il a un bon état d'esprit et il est intelligent, souligne Sébastien Bannier. Il a fait beaucoup d'efforts, notamment sur le plan athlétique. »


Un profil à l'anglaise


Molla Wagué, présenté comme « gentil, entier et généreux » par Alexis Thébaux, a gravi rapidement les échelons au centre de formation, au point de compter déjà trois saisons en CFA à son actif. Le capitaine est apparu dans le groupe professionnel en juin dernier et a disputé ses premiers matchs amicaux avec les A en préparation. Déjà à l'aise. « Je ne me mets jamais de pression. À notre poste, si on a de la pression, c'est difficile. » Passé par l'équipe de France U19 et la sélection malienne, sans afficher de préférence (« Si la France m'appelle, j'irai avec la France ; si le Mali m'appelle, j'irai avec le Mali. »), il s'était fixé comme objectifs immédiats « d'apprendre, de travailler et de prouver qu'on peut me faire confiance si on fait appel à moi ».


Le jeune homme, amateur de siestes et de Playstation, est largement dans les temps de passage. Il ne s'enflamme pas pour autant. « Là, je n'ai encore rien fait ! Il ne faut rien lâcher, la route est encore longue. Le plus dur reste à venir. » Molla Wagué a trois ans (la durée de son premier contrat pro) pour se faire une place dans la charnière centrale malherbiste, où il apparaît aujourd'hui comme le troisième homme derrière Grégory Leca et Thomas Heurtaux. À plus long terme, il se verrait bien traverser la Manche, « parce que le championnat anglais correspond à mon profil ». En passionné qu'il est, il « regarde des matchs tout le temps » à la télévision, de tous les championnats majeurs. Son rêve ? Disputer la Ligue des Champions. À 20 ans, il a le droit d'y croire.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr