Franck Dumas : « Il faut beaucoup plus de vie »

Envoyer Imprimer PDF

Après quatre défaites consécutives de son équipe, Franck Dumas a décidé de prendre le problème à bras le corps en promettant du changement dans l'équipe de départ comme dans le jeu produit, demain en clôture de la phase aller contre Lorient. L'entraîneur caennais attend beaucoup plus de son équipe, contaminée par le doute.


Nancy, « du grand n'importe quoi ». Franck Dumas n'avait pas souhaité réagir à chaud après la défaite contre Nancy, samedi soir. Il n'est revenu dessus que cet après-midi. « On tombe tous seuls contre Nancy. Ce n'est pas Nancy qui nous a mis en difficulté, nous nous sommes mis en difficulté tout seuls. C'est répétitif. On est en situation difficile, il y a trop de manques. Individuellement, les joueurs ne sont pas assez à leur niveau. Il y a des choses qui ne vont pas. On a des solutions contre eux, mais on ne centre pas en première intention quand il le faut, on perd trop de ballons au milieu de terrain alors que personne ne nous dérange... C'est un grand n'importe quoi. Quand je pense au premier but... Tu te retrouves à cinq derrière, et même à cinq tu arrives à prendre un but de 80 mètres. Il n'y a pas de stratégie, c'est une mentalité. On se fait découper dès qu'on avance de dix mètres, mais nous on est des anges. »


Des changements : « on va trancher ». L'entraîneur caennais a prévu des changements contre Lorient dans la composition d'équipe comme dans le jeu. Il a d'ailleurs commencé par déroger à ses propres habitudes en annonçant les onze titulaires, parmi lesquels ne figurent pas Jerry Van Dam, Benjamin Nivet, Romain Hamouma, M'Baye Niang et Pierre-Alain Frau. Il attend de ceux qui les remplaceront, et des autres, « beaucoup plus de vie, beaucoup plus de folie, et non pas des choses stéréotypées ». Il a néanmoins sous-entendu que Caen se déplacerait avec des ambitions d'abord défensives. « On va y aller pour ne pas perdre. On va essayer d'être beaucoup plus costauds. Au moins, si on est moyen il faut avoir cette sensation de révolte. Je n'ai pas ça. S'il faut déjouer et renier nos qualité, on va le faire.  » Franck Dumas a gardé un peu de mystère, mais il a « garanti » une chose : « même le jeu va changer. Comment ? Vous verrez bien, je ne vais pas tout balancer ! »


La série noire : « inattendue ». Franck Dumas ne cache pas qu'il ne « s'attendai[t] pas du tout » à connaître ce passage à vide. Alors que l'aspect physique est souvent évoqué, il chasse l'excuse de la fatigue. « S'ils sont fatigués, il faut me le dire et on les met sur le banc ! C'est facile de ne rien dire avant et puis de dire après "on est fatigués". » Pour lui, le problème est dans les têtes. « Mentalement il y en a qui ne sont pas à 100 %. On doute, donc au lieu de se projeter vers l'avant on fait des passes en retrait. On ne fait pas la passe en première intention, on la garde, on se fait contrer. Ce n'est pas forcément celui qui a le ballon qui est fautif, c'est aussi autour. » Le constat vaut notamment pour un milieu de terrain "mangé" lors de ses dernières prestations. « On n'est plus dans l'impact, on ne recherche plus les duels, on vient s'appuyer sur la défense pour prendre un minimum de risques, mais plus tu recules et plus tu es en danger. Aujourd'hui, on rechigne à faire les efforts défensifs et on manque d'ambition offensive. »


La solution « viendra de l'intérieur ». Le Stade Malherbe recrutera au mercato, l'arrivée du latéral gauche Aurélien Montaroup (formé à Rennes, actuellement en Biélorussie) étant acquise. Mais ce n'est pas par là que passera son salut. « J'avais dit l'année dernière que les choses changeraient de l'intérieur, et ça va être pareil cette année, indique Franck Dumas. N'en déplaise à certains, ça va changer de l'intérieur. On a tout pour s'extraire de cette série. » L'entraîneur caennais sait que ce sont ses joueurs qui détiennent la clé du problème. Quand on lui demande s'il est fâché contre eux, il retourne la question en s'interrogeant sur ses propres choix (« je peux aussi me demander : est-ce que je fais la bonne équipe ? ») mais revient à ce constat : « on a fait des résultats avec les mêmes joueurs ». La différence est dans « l'implication et l'application » qu'ils mettent. « On n'a pas les qualités pour se contenter du minimum. Faire le maximum, pour nous c'est le minimum. »

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr