Le Stade Malherbe préfère positiver

Envoyer Imprimer PDF

Être éliminé de la Coupe de la Ligue par Marseille, même sur un score large (3-0), est visiblement plus facile à digérer que de subir la même sentence contre Troyes en Coupe de France. Battus par beaucoup plus forts, les Malherbistes ont cherché à positiver après leur défaite contre Marseille en quart de finale, mardi soir. Sur le terrain, ils n'ont pas ménagé leurs efforts, cette fois, mais sont tout de même apparus loin du compte.

 


Le Stade Malherbe n'a eu besoin que de trois jours pour rayer son nom de deux compétitions. Son manque d'implication, donc de professionnalisme, en Coupe de France n'a pu être rattrapé en Coupe de la Ligue. En pleine bourre, et malgré l'absence de quatre internationaux africains, l'OM n'a pas laissé la moindre chance à des Caennais fortement affaiblis. Il y avait une classe d'écart entre les deux formations, en ce quart de finale. De l'aveu de tous les acteurs malherbistes, le but encaissé dès la septième minute sur coup-franc y est pour beaucoup. « On s'est tiré une balle dans le pied », déplore Romain Hamouma. Caen, qui avait fait de la préservation de sa cage la priorité absolue, a dû courir après le score. La nouvelle donne n'a pas posé de soucis aux Marseillais, tranquilles et sereins, tout en maîtrise. Écarté définitivement après le deuxième but rapide de ses hôtes, le SMC n'a jamais semblé en mesure d'inquiéter les hommes de Didier Deschamps. « On est récompensés du bon match qu'on a fait, estime l'entraîneur olympien. On a fait de bonnes choses face à cette équipe de Caen qui était quand même diminuée. Mais il ne faut pas s'enflammer, dimanche, on aura un adversaire largement supérieur (Lille, ndlr). »



Certes, le Stade Malherbe a eu une possession de balle convenable. Il s'est aussi procuré quelques occasions, en première mi-temps sur des rushs de Romain Hamouma, et en deuxième période, quand le match était plié. Franck Dumas a vu « beaucoup de mieux », Jean-François Fortin « une belle réaction » et « de l'envie ». L'ensemble est néanmoins apparu terne et pauvre. Une fois l'écart creusé, Marseille s'est contenté du minimum et n'a été que peu inquiété par les tentatives caennaises. Concentré dans l'axe en raison d'un schéma tactique original, certainement la conséquence du forfait de Frédéric Bulot sur le côté gauche, le jeu caennais a manqué de vitesse et de liant. Face à une belle équipe marseillaise, Caen n'a pas trouvé de solutions offensives. Mais c'est surtout en défense, de nouveau, qu'il a peiné. On pensait le mal récurrent de la fin d'année 2011 corrigé à Lorient, ce n'était en fait qu'une parenthèse. Les Caennais, privés de Thomas Heurtaux puis de Jerry Van Dam et Aurélien Montaroup, ont encaissé sept buts en deux matchs. « Il y a beaucoup de largesses en défense, constate Franck Dumas. On a tendance à trop vite reculer. On fuit les duels. » Romain Hamouma abonde dans le même sens en parlant de « passivité ». Pour le Stade Malherbe, la défense est le chantier principal.



Le constat des carences a de quoi préoccuper dans les rangs caennais, mais il ne suscite pas d'affolement. « Ça devient compliqué, concède tout juste Franck Dumas. C'est mon rôle de trouver les solutions. Je vais les trouver, ne vous inquiétez pas. » Le coach malherbiste prévoit des changements dans ses compositions d'équipe, pour « mettre des joueurs plus aptes à aller au duel ». Sauf que les blessures réduisent son champ d'action. Mardi soir, il n'a pu coucher que seize noms sur la feuille de match. Longtemps épargné cette saison, Caen subit ces absences au plus mauvais moment. Elles n'augurent rien de bon avant un troisième match à domicile en une semaine, samedi soir contre Rennes. Cette fois, la sanction, positive ou négative, sera comptable.



Source des réactions : France Bleu Basse-Normandie

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr