Karim Bouaziz : « Restons sereins »

Envoyer Imprimer PDF

Quatre défaites consécutives en championnat entrecoupées d'une élimination en Coupe de France : les footballeurs de Mondeville traversent une période noire depuis la mi-novembre. Quatorzièmes de CFA 2 avec un match en retard sur leurs adversaires, ils restent sur un lourd revers à Flers (4-0). Pour Karim Bouaziz, président du club, l'heure n'est pas à l'inquiétude mais une réaction s'impose. Objectif immédiat : ne pas perdre contre Brest, samedi prochain.

 


Mondeville a perdu 4-0 à Flers le week-end dernier. Cette défaite est-elle d'autant plus dure à encaisser qu'il s'agissait d'un derby ?
Elle est un petit peu plus dure à digérer. On a bien démarré mais on s'est écroulé au bout de quinzième minute, mentalement je pense. Flers a fait le nécessaire pour nous "marcher dessus". Nous, on n'a pas répondu à cette envie. On a eu un manque d'envie. Honnêtement, je préfère qu'on prenne 4-0 une fois que de perdre quatre fois 1-0. J'espère que mes dires seront suivis d'effets et qu'on redressera la barre ce week-end. Flers reste une bonne équipe, avec des anciens mondevillais bien sûr. Je crois que quelques uns avaient un esprit revanchard. Mais j'ai été un petit peu embêté de lire dans les journaux* qu'on avait dit à un de ces joueurs qu'il n'avait pas sa place en CFA 2 à Mondeville. Quand on demande de l'argent, il y a des moments où on a le droit de dire "non". C'est ce qui s'est passé. Je voulais simplement mettre ça au point.
 
Comment expliquez-vous la série négative de votre équipe ?
Je n'ai pas d'explication précise. Le souci qu'on peut avoir aujourd'hui est plus psychologique que physique. On est un peu dans le même état d'esprit que les saisons précédentes. On avait fait un bon début de saison et puis on a subi quatre revers de suite. Psychologiquement, on est un peu à côté de la plaque. Il n'y a pas péril en la demeure, le championnat est très serré. Vous gagnez un match, vous êtes septièmes. Vous perdez, vous êtes quatorzièmes. On ne va pas non plus sortir toutes les fusées pour signaler que ça ne va plus. On va prendre le temps. On a un match important à jouer ce week-end, il faut rester serein.
 
Jean-François Péron estimait que quelque chose avait changé cette saison et que l'équipe était à l'abri. Or la machine s'est enrayée…
Je crois que le souci est plus personnel, c'est dans les têtes de nos joueurs. Il n'y a pas plus de pression que ça à Mondeville, en tout cas ce n'est pas l'image que l'on donne. En-dehors de ça, je pense que dans toute équipe amateur il y a des hauts et des bas. On réitère souvent la même chose à la même période, c'est ce qui me dépasse un petit peu. Cette année, c'est plus difficile parce qu'il y a quatre descentes assurées et une cinquième potentielle. Il ne faudra pas être dans les six plus mauvais douzièmes de CFA 2. Attention à nous.
 
Y a-t-il une certaine inquiétude par rapport à votre situation actuelle ?
Non, non. Il faut qu'on soit sereins. Ça ne reste que du sport, il y a des choses plus graves. L'idéal pour Mondeville est de rester en CFA 2 et de maintenir ses autres équipes, bien sûr. On va se donner tous les moyens possibles. Je parle au niveau technique seulement, parce que je n'irai pas chercher des joueurs à droite et à gauche. Ça n'a jamais été la politique de Mondeville. Les techniciens qui sont en place ont fait du très bon travail et vont continuer à en faire. Il ne faut pas être alarmiste.
 
Le match en retard qui se profile contre Brest est-il charnière ?
C'est un match important parce que derrière on recevra Sablé/Sarthe (douzième), qui va jouer un match extraordinaire contre le PSG ce week-end, et on enchaînera avec Deauville (dernier). On avait dit contre Flers qu'on pouvait basculer dans le haut du tableau, on a basculé vers le bas. Mais ça se tient vraiment. Si on gagne notre match en retard, on sera septièmes. On ne sera pas à l'abri, c'est sûr. Les trois matchs qui arrivent sont très importants. Ce sera à nous de faire très attention et d'avoir une équipe psychologiquement remise à niveau. Honnêtement, je ne suis pas soucieux. Je considère la défaite de ce week-end comme un accident.
 
Les joueurs ne sont pas atteints, moralement ?
Non. Peut-être que certains jeunes joueurs ont plus mal vécu cette défaite à Flers, mais les cadres étaient tournés vers Brest dès dimanche. Ce ne sera pas un match facile, on le sait. Sachant que l'équipe pro de jouera pas, on ne sait pas quels joueurs ils vont amener. Il faut absolument ne pas perdre.
 
A l'heure actuelle, votre objectif se limite-t-il au maintien ou conservez-vous l'ambition de finir dans le haut de tableau ?
Je reste persuadé qu'on a une équipe capable de jouer dans les cinq-six premiers rôles. Il y a un deal au club. Les deux prochaines années, celle-ci comprise, sont déterminantes pour Mondeville, d'une part en raison de la refonte des championnats, d'autre part parce que nous avons beaucoup de jeunes dans nos équipes. Il ne faut pas oublier qu'on avait une moyenne d'âge de 23 ou 24 ans à Flers. Notre B, qui est en DH, avait à peine 20 ans à Ouistreham ce week-end, et notre C, qui est en DHR, avait une moyenne de 19 ans. L'ambition, on l'a. Il faut tenir, maintenir notre équipe sénior en CFA 2 et je peux vous dire que dans deux ou trois ans on récoltera les fruits de ce qu'on a semé depuis pas mal d'années en formation. C'est ce qui fera la force de Mondeville. Il peut y avoir des impondérables, ça fait partie de la vie, mais je reste positif et persuadé qu'on va maintenir nos trois équipes. Il y a de la qualité parmi les purs produits mondevillais.

* L'ancien mondevillais Teddy Gervais, buteur, a déclaré dans Ouest-France : « C'est vrai, c'est une petite revanche personnelle par rapport à un club qui ne voulait pas me garder. Je prouve que je peux jouer en CFA 2. »

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr