Dominique Barthélémy : « On ne peut pas envisager la descente »

Envoyer Imprimer PDF
Le Stade Caennais a signé seulement sa deuxième victoire de la saison, dimanche dernier face à Evreux (12-10). Dernier de sa poule en Fédérale 3, il compte six longueurs de retard sur le premier non-relégable. Dominique Barthélémy, vice-président du club, reste confiant et combatif. Caen n'a pas dit son dernier mot.


On vous imagine soulagé d'avoir vu votre club renouer avec la victoire en Fédérale 3 contre Evreux...
Tout à fait. La victoire était impérative pour la suite de la saison. Mais on est vraiment dans une spirale négative actuellement. On prend encore un essai dans la dernière minute de jeu qui donne le point de bonus défensif à l'équipe adverse alors qu'elle n'aurait pas dû l'avoir. On joue de malchance cette saison, donc on se serre les coudes. On va aller jusqu'au bout. Il est hors de question de baisser les bras.

La victoire a-t-elle remis un peu de baume au coeur quand même ?
Obligatoirement, ça a mis du baume au coeur, même si on sait que ce n'était pas une belle victoire. Il n'y a pas eu de jeu, on n'a pas été en situation de marquer, mais ce qu'il fallait c'était gagner. La manière n'y était certainement pas. Les joueurs étaient crispés par l'enjeu. Dimanche prochain, on joue contre le deuxième du classement, il faut qu'ils se lâchent et qu'ils n'aient aucun regret en sortant du terrain. Moi, j'y crois encore et toute l'équipe aussi.

Comment expliquez-vous les difficultés rencontrées cette saison ?
Sur les trois dernières saisons, on a à peu près 25 joueurs qui sont partis, dont des joueurs clés. On renouvelle constamment mais aucun joueur cadre n'a pris la relève. On n'a pas les moyens de recruter des joueurs d'un niveau supérieur. Fred (Cournarie, l'entraîneur) n'a jamais pu aligner deux dimanches de suite la même équipe. Si tout le monde était là en même temps depuis le début de la saison, on serait en milieu de tableau.

En l'état actuel des choses, cette équipe ne peut pas viser plus haut que le maintien ?
Tous les dimanches, les joueurs sortent du terrain après s'être donnés à 100 %. Je ne peux rien leur reprocher sur l'envie. Sauf que quand ils rentrent sur le terrain, ils regardent leur vis-à-vis et ils s'aperçoivent qu'ils lui rendent quinze kilos. On n'a pas les structures pour pouvoir faire de la musculation. On est dans le pur amateurisme alors que la Fédérale 3 est entre les deux. 70 % des équipes ont des joueurs rémunérés. Ce n'est pas le cas chez nous. On le ressent.

Comment une ville comme Caen, capitale régionale, peut-elle ne pas avoir d'équipe compétitive dans un sport majeur en France, même s'il ne fait pas partie de la culture locale ?
C'est une question piège ! Il faut respecter la politique de la ville, qui donne à tous les sports et à toutes les associations. On accepte tout à fait la politique de la municipalité. C'est à nous d'aller chercher du privé. Mais c'est vrai qu'une ville comme Caen mériterait un club en Fédérale 1.

Il y a quelques années, vous vous battiez pour monter en Fédérale 2. Le club peut-il rebondir et redevenir ambitieux ?
Oui ! C'est vraiment la politique du club. Si on a perdu des joueurs, c'est qu'il y a des raisons. Elles sont surtout financières. Ceux qui sont partis, en dehors des départs à la retraite et des mutations professionnelles, ce sont ceux qui ne jouaient pas pour le maillot. Nous, on veut que tout le monde joue pour le maillot et non pour autre chose. On renouvelle un groupe. Quinze juniors monteront l'année prochaine. On travaille sur la formation. J'y crois complètement. Un petit coup de pouce avec un lieu de vie destiné au rugby à Caen nous aiderait à avancer très rapidement. On fait avec ce qu'on a, c'est déjà pas mal. On ne va pas pleurer. C'est à nous de montrer nos ambitions.

Qu'est-ce qui vous rend assez optimiste ?
Le club est sain. Il a connu quelques difficultés financières dans le passé. Il est maintenant très sain financièrement. Après, même si l'équipe sénior n'a pas les résultats que l'on souhaite, on a de plus en plus de licenciés et les juniors comme les cadets font une très bonne saison. Toutes les équipes nous montrent que le club fonctionne bien, sauf que l'équipe vitrine n'amène pas les résultats que l'on voudrait avoir. Mais là où j'ai de l'espoir, c'est que les clubs qui ont des moyens financiers qui ne sont pas à la hauteur de leurs ambitions ne peuvent plus payer leurs joueurs en milieu de saison. Les joueurs ne jouent plus et les équipes se renouvellent à leur niveau. C'est là qu'on peut prendre des points. Je compte beaucoup sur ça, car je sais que d'autres clubs n'ont pas notre gestion financière rigoureuse. Ce ne sont plus les mêmes équipes au match retour qu'au match aller.

Est-ce que ce serait dramatique pour le club que l'équipe fanion descende ?
Bien sûr que ça serait dramatique, il ne faut même pas y penser. On n'a pas le droit de descendre. On ne peut pas l'envisager. Il est hors de question qu'on fasse une réunion pour préparer l'avenir avec le club à l'étage inférieur.
Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr