Le Stade Malherbe veut repartir à l'attaque

Envoyer Imprimer PDF

Le Stade Malherbe n'a inscrit que deux buts en Ligue 1 depuis son retour d'Ajaccio, mi-novembre. Deux buts signés Benjamin Nivet sur pénalty. Au bord de la zone de relégation avant la réception d'Auxerre, il a décidé de « prendre les choses en main » (F. Dumas) en misant davantage sur le secteur offensif. Le nouveau schéma à deux attaquants mis en place à Toulouse, et amené à perdurer, va dans ce sens.


Parole de défenseur, le Stade Malherbe doit continuer de veiller en premier lieu sur sa défense. « Si on ne prend pas de but, on a déjà un point », rappelle Thomas Heurtaux. Sauvé par une solidité retrouvée la saison dernière, Caen s'était offert une toute bouffée d'oxygène fin-décembre à Lorient en préservant sa cage inviolée. Le match nul qui en avait découlé a des airs de petit îlot dans un océan de défaites au tableau des résultats : quatre avant, quatre après. Les Malherbistes ont encaissé dix buts en cinq matchs, durant le mois de janvier, et avançaient sur un rythme similaire en novembre et décembre. Sur les huit dernières journées de Ligue 1 (qui correspondent à la série de matchs sans victoire), seuls Evian et Auxerre ont concédé plus de buts. La grande différence, surtout pour les premiers cités, c'est qu'ils ont marqué dans cet intervalle. Caen, quasiment pas.


Un duo attendu comme jamais


Le constat est si frappant – deux pénaltys inscrits en sept matchs comme tout butin offensif – qu'il est pour beaucoup dans la réorganisation entreprise par Franck Dumas. L'entraîneur caennais avait innové à Toulouse en remplaçant son 4-5-1 par un 4-4-2 au milieu de terrain en losange. « Il faut marquer des buts, martèle-t-il. J'ai mis ce schéma dans cet esprit-là. Je vais le garder et on va s'évertuer à travailler dessus. Il y a besoin de changement. Peut-être y avait-il une lassitude du système, je ne sais pas. Il faut rebooster de l'intérieur. » Dans les Hautes-Pyrénées, Romain Hamouma avait servi de deuxième attaquant, faute d'autre choix pour Franck Dumas. Il retrouvera un positionnement plus "classique" contre Auxerre, puisque Caen bénéficiera du retour des attaquants M'Baye Niang et Pierre-Alain Frau.


« Enfin, s'exclame Franck Dumas. Ça devrait faire du bien. » Les deux pointes caennaises, qui ne totalisent que cinq buts depuis l'entame de la saison, vont offrir des solutions supplémentaires au coach caennais. Livio Nabab a apporté sa vitesse en leur absence, mais il ne s'est pas montré à son avantage pendant son intérim. Il n'est pas dit, pourtant, qu'il ne soit pas de nouveau sollicité contre l'AJA. Quant à Kandia Traoré, entré à cinq minutes de la fin à Toulouse, il n'a même pas été retenu parmi les 18 pour Auxerre. « Il fallait que je fasse des choix », justifie de manière minimaliste son entraîneur. Délaissé de ses ennuis physiques, Pierre-Alain Frau peut prétendre à un nouveau départ avec le Stade Malherbe. M'Baye Niang se sent pour sa part « en pleine bourre ». Frédéric Bulot partage le petit enthousiasme naissant. « Ça fait du bien de les retrouver. »


Un visage offensif contre Auxerre


Avec le retour de ces deux hommes, qui ne débuteront peut-être pas le match ensemble, Caen devrait proposer un visage offensif dimanche après-midi. « Oui, un peu », confirme Franck Dumas sur un ton qui veut en dire bien plus. « Aujourd'hui, il faut qu'on gagne des matchs et qu'on marque des buts, c'est pour cela que je mets un deuxième attaquant. » Le Stade Malherbe est susceptible d'aligner cinq joueurs à vocation offensive contre une équipe loin de donner toutes les garanties défensives. « On a les moyens de s'appuyer sur un système offensif dans ce match-là », estime Frédéric Bulot. Ce dernier reconnaît avoir été « un peu perdu en première mi-temps » à Toulouse, avant de trouver davantage ses marques. « On a eu un peu de mal en première mi-temps parce qu'on n'avait pas les automatismes, ajoute-t-il. [Ce schéma] est intéressant au niveau offensif, mais sur certains postes il est difficile défensivement. Il faut avoir les jambes pour repartir après. Ça demande beaucoup d'efforts. »


Franck Dumas ne cache pas qu'« il y a un risque » à changer de dispositif en plein coeur de saison, « mais on est quand même dans l'urgence », rappelle-t-il. Selon lui, les joueurs adhèrent à ce changement, et la deuxième mi-temps effectuée à Toulouse est porteuse de quelques espoirs. « C'est un schéma intéressant, avance également Thomas Heurtaux. Il demande un temps d'adaptation comme tout système, mais on le travaille à l'entraînement donc on est prêts à le faire en match. » Reste à voir si l'aménagement portera ses fruits contre Auxerre, dans un match extrêmement important.

Commentaires (2)
  • fantouze  - Il était temps...

    Il etait temps de mettre un deuxieme attaquant. 2 buts en presque dix matchs de suite, faut pas sortir de l'ENA pour se dire qu il y a un probleme offensif !!!! A la maison tu peux pas te permettre de mettre qu un seul attaquant alors qu a l exterieur tu peux. A D'Ornano les gens attendent un spectacle de qualité, dc minimum 2 attaquants, et la on leur montre un match de merde ou l on compte 2 attaquants sur le terrain : 1 dans chaque équipe !!! Ca fait peu et pauvre pour une équipe qui a besoin de pts. Apparemment ca devrait faire un bon match contre Auxerre si ces derniers ne jouent pas la carte défense a 11 contre nous. On vous soutiens quand meme peu importe le resultat mais du moment que l'on voit quelque chose de cohérent sur le terrain.
    Bonne chance pour dimanche.

  • philbx  - Erreur de Géographie

    malherbe n'a pas joué dans les hautes Pyrénées mais en Haute Garonne....

Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr