Le Stade Malherbe veut aller de l'avant

Envoyer Imprimer PDF

Football. Lyon – Caen, 23ème journée de Ligue 1 (samedi, 15h). Deux semaines après son dernier match, quand son prochain adversaire a disputé trois rencontres dans l'intervalle, le Stade Malherbe reprend la compétition par un périlleux déplacement à Lyon, ce samedi. Sans victoire depuis plus de trois mois, les Caennais refusent de se présenter en victimes expiatoires. Ils semblent déterminés à présenter un visage offensif au stade Gerland.


Les velléités offensives du Stade Malherbe n'ont visiblement pas été refroidies par les températures glaciales qui se sont abattues sur la France. Ni par la qualité de l'adversaire qui attend le club bas-normand. Caen a testé sans succès la stratégie défensive, celle-là même qui lui avait permis de sortir la tête de l'eau la saison dernière. Il a changé son fusil d'épaule. Malgré un nombre d'occasions extrêmement faible, le match à Toulouse en était la première manifestation avec un schéma de jeu à deux attaquants. Il devait être reconduit contre Auxerre, il le sera probablement à Lyon. Qu'importe si ces deux équipes n'ont pas du tout la même valeur. « Il faut qu'on prenne des risques aujourd'hui pour pouvoir gagner des matchs, insiste Nicolas Seube. On ne peut pas rester constamment recroquevillés dans notre camp et ne rien proposer dans le jeu. Ça ne nous va pas et ça ne nous réussit pas depuis trois mois. »


Les Caennais, qui avaient dominé Lyon à l'aller en le faisant parfaitement déjouer, veulent profiter de leur statut d'outsider pour tenter des choses. Leur profond manque de confiance, rabâché par Nicolas Seube en conférence de presse, doit s'effacer devant un adversaire contre qui ils n'ont « rien à perdre ». Même dans une situation comptable plus qu'inconfortable, avec seulement un point d'avance sur la zone de relégation, entraîneur et capitaine considèrent le déplacement à Lyon comme « un match bonus ». Pour eux, il est clair que Caen n'ira pas chercher son maintien contre les grosses cylindrées de Ligue 1, quand bien même c'est face à elles que les Malherbistes ont le plus brillé la saison dernière. « Ce n'est pas franchement contre ces équipes-là qu'on va prendre le maximum de points mais on n'est pas à l'abri d'une performance, sourit Franck Dumas. Tout dépend de la manière dont un interprète un match bonus. On peut l'aborder avec de l'ambition. On peut retirer beaucoup de positif. Si c'est pour défendre 90 minutes et prendre un but à la 91ème, à l'arrivée on se dit m... on n'a rien foutu. Il faudra y aller avec nos armes et jouer, surtout jouer. »


Conditions physique et climatique s'en mêlent


A entendre les Caennais, cette rencontre n'aura donc rien à voir avec celle du match aller, particulièrement insipide. Mais de nouveaux facteurs entrent en jeu, en particulier la condition physique des différents acteurs et la météo. Lyon a joué trois matchs ces treize derniers jours. Caen, aucun. Les Malherbistes peuvent espérer avoir un avantage en terme de fraîcheur, tandis les Gones seront forcément plus en rythme. « Sur la fin du match, ce sera certainement bénéfique pour nous », avance Nicolas Seube. Le capitaine estime néanmoins que l'enchaînement des matchs est plus facile à gérer que l'inverse. « Les organismes s'habituent plus facilement à la compétition qu'à la non-compétition, donc je pense qu'il vaut mieux être à leur place qu'à la nôtre. » Lyon a disputé huit matchs en 2012 contre quatre seulement pour Caen. Cris et ses coéquipiers sont encore en lice sur quatre tableaux (championnat, Coupe de France, Coupe de la Ligue et Ligue des Champions). Caen n'a plus que la Ligue 1.


Les soucis d'ordre climatique touchent pour leur part les deux équipes. Il fera -5 degrés demain après-midi en Rhône-Alpe. Lyonnais et Caennais se sont entraînés dans des températures négatives toute la semaine. « Les conditions météorologiques font que les entraînements ne sont pas forcément comme ils pourraient être, mais c'est le cas de toutes les équipes », précise Nicolas Seube. Pour son entraîneur, la question ne revêt pas une importance majeure. « On a fait une bonne semaine. Qu'il fasse -2 ou -10, ça ne change pas le contenu des séances. Tout a été mis en œuvre pour travailler. Dimanche, il n'y avait aucun terrain praticable donc on ne pouvait rien faire. » Au stade Gerland, la qualité du terrain sera la même pour les deux équipes. Peut-être nivèlera-t-elle les valeurs, et sera-t-elle en ce sens favorable aux visiteurs. Caen ne s'en plaindrait pas tant la dynamique des deux adversaires est diamétralement opposée. Les Malherbistes, on ne le sait que trop, n'ont pas gagné un seul de leurs dix derniers matchs. À l'inverse, les Lyonnais viennent de se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe de France, en battant Bordeaux après prolongation mercredi, et restent sur un bon nul en championnat à Marseille (2-2). Quatrièmes de Ligue 1, ils n'ont pas le droit de laisser de nouveaux points en cours de route face à une formation du calibre de Caen. les Malherbistes se réjouiraient évidemment d'un match nul, mais ils veulent croire à l'exploit. « Il nous faut un déclic, confie Aurélien Montaroup. Je pense qu'on peut l'avoir à Lyon. »

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr