Hérouville s'apprête à refermer la parenthèse

Envoyer Imprimer PDF

Hérouville n'aura passé qu'un an en Pré-Nationale. Relégué administrativement de Nationale 3 la saison dernière, le club de la banlieue caennaise a fait un pas décisif vers le retour à ce niveau de compétition, dimanche dernier. Il s'est imposé 3-1 contre Coutances, dont la première place ne repose plus que sur un match d'avance. Les volleyeurs hérouvillais ont rempli l'objectif annoncé, mais leur saison n'a pas été un long fleuve tranquille...


L'anomalie a été réparée. Un an après sa rétrogradation sur tapis vert, conséquence d'un non-respect du règlement en terme de formation, Hérouville retrouvera bientôt un degré de compétition conforme à son niveau de jeu. Les Hérouvillais seront en Nationale 3 la saison prochaine et pourront reprendre le cours de leur progression, qui doit les amener plus haut encore. Ils devaient impérativement disposer de Coutances, dimanche dernier, pour y parvenir. Et ce sans laisser deux sets à leur adversaire. La mission a été accomplie sans vraiment trembler (3-1). « Cette rencontre, on y pensait depuis le match aller », confie Tarek Fathallah. Parti en effectif réduit, le VCH s'était fait surprendre dans la Manche, le 11 décembre. Depuis, il était cantonné à un rôle de poursuivant. Devant son public, venu nombreux, et dans une chaude ambiance, il a rattrapé le faux-pas. « On a fait deux très bons premiers sets (25-12, 25-17), analyse l'entraîneur Morgan Poutrain. Sur le troisième, on a baissé notre niveau de jeu alors que Coutances a augmenté le sien. La quatrième manche s'est beaucoup jouée sur le mental. » Hérouville, qui s'était incliné 25-20 dans le troisième set, a constamment fait la course en tête dans le suivant. Les Hérouvillais se sont imposés en patrons (25-19 dans le quatrième set).


« Des histoires pas belles... »


Au regard de la saison, la logique a été respectée. Hérouville n'avait perdu que trois sets avant d'accueillir Coutances, ceux de la défaite concédée chez ce même adversaire. La victoire accrochée contre la deuxième équipe d'Hérouville (3-2) a eu d'autant moins de conséquences que l'adversaire a déclaré un forfait général. La réserve hérouvillaise manquait de joueurs. « On a fait une erreur d'engager deux équipes au regard de nos effectifs, reconnaît Morgan Poutrain. On a choisi de se retirer pour ne pas fausser le championnat. » La décision a été un objet de discorde supplémentaire dans un contexte déjà tendu. Hérouville ne s'est pas fait que des amis en Pré-Nationale et a souffert d'une forte rivalité vis-à-vis de son seul véritable adversaire, Coutances. La réclamation déposée par les Manchois dimanche dernier au sujet de la qualification de Nicolas Godart, revenu en fin de saison renforcer le VCH, n'a constitué qu'un épisode de plus dans des relations souvent conflictuelles. « On joue à un petit niveau et on est arrivé sur des histoires pas belles, déplore Morgan Poutrain. Le regret est là. Mais sur le terrain, c'est nous qui avons mérité la montée. » A l'instar de Rony Thimalon, entraîneur-joueur la saison dernière, désormais en charge du secteur jeunesse, Hérouville refuse néanmoins de s'étendre sur le sujet. « On veut laisser ça derrière nous. On passe à autre chose. »


La formation comme priorité absolue


Le club garde pourtant un goût amer de tout cela et Morgan Poutrain parle d'une « saison difficile », malgré neuf victoires 3-0 (sur onze matchs joués). « On a eu beaucoup de soucis. On n'a pas eu la possibilité de s'entraîner souvent ensemble, ce qui explique la moindre progression de l'équipe. Le fait d'avoir perdu le match aller à Coutances a compliqué les choses. » Hérouville, dont la saison aura été animée par une remarquable confrontation face à Orange (Ligue B) en Coupe de France (défaite 3-1), a joué chaque match avec une épée de Damoclès au-dessus de sa tête. Cependant, l'écart était conséquent entre les deux leaders et tous le reste des concurrents. « Le niveau régional est très bas », ne cache pas l'attaquant-réceptionneur Tarek Fathallah. C'est pour cela que le dernier match contre Caen Volley-Ball sera normalement une formalité. Hérouville pourra ensuite se concentrer sur son retour en Nationale 3, où il prendra la place de Saint-Lô comme seul représentant bas-normand. « L'objectif sera d'abord de se maintenir mais on pourra viser le haut de tableau si on démarre bien », estime Tarek Fathallah. Hérouville, qui évolue cette année avec un effectif très proche de celui de la saison précédente, où il avait terminé huitième de N3, devrait recruter un central et un passeur. Sa priorité ne se concentre pas, néanmoins, sur l'équipe première. « On a un nouveau projet : mettre toute notre énergie dans la formation du jeune joueur, détaille Rony Thimalon. La Nationale 3, ou la Nationale 2 plus tard, doit être un outil pour cela. Avant, c'était l'inverse. L'idée est d'inscrire une équipe dans chaque championnat pour pouvoir auto-alimenter l'équipe séniors plus tard. On repart de zéro. » Pénalisé la saison dernière en raison de son manque de joueurs dans les catégories jeunes, Hérouville a retenu la leçon. Il espère qu'à terme, le virage entrepris portera des fruits en équipe première.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr