Le projet des PTT a franchi une étape supplémentaire

Envoyer Imprimer PDF
L'ASPTT Caen bouclera dimanche à Quimper une saison 2011-2012 amplement réussie. Leaders de Nationale 3 et assurées de conserver cette place quel que soit le résultat de leur dernier match, les volleyeuses caennaises ont atteint leur objectif en rejoignant la Nationale 2. Elles ont franchi une étape dans le vaste projet qui anime le club : accéder au plus haut niveau français.


La position du chasseur est souvent la plus confortable. Pendant six mois, l'ASPTT Caen a traqué sans relâche le Sporting Club Coutançais, guettant le moindre faux pas pour lui ravir sa première place. En perdant deux fois contre les Manchoises, avec qui les relations sont loin d'être au beau fixe, les Caennaises s'étaient mises en difficulté. Elles se sont joliment rattrapées. « Il y avait beaucoup de pression contre Coutances, reconnaît Sandra Piquot, joueuse "en dépannage" et vice-présidente du club. On n'a pas tenu cette pression, mais on a tenu notre ligne de conduite toute la saison. On a été régulière. » En-dehors de ces derbys sous tension, Caen n'a perdu qu'un autre match. C'était en début de saison face à Rouen (3-2). Après six journées, les Calvadosiennes étaient troisièmes, six points déjà derrière Coutances. Les quelques mouvements importants de l'intersaison se faisaient ressentir dans une équipe encore en quête d'automatismes.


L'ASPTT Caen a rapidement peaufiné les réglages et entrepris sa remontée. Mais les Postières avaient beau enchaîner les victoires (sept de suite entre novembre et fin-janvier), elles ne parvenaient pas à combler leur retard sur Coutances. Les deux défaites consécutives concédées par le leader en novembre et décembre restèrent finalement isolées puisque huit victoires leur succédèrent. Les promues n'étaient pas attendues à pareille fête, elles-mêmes étant sans doute les premières surprises par de telles performances. À l'orée du printemps, Caen était encore deuxième malgré des résultats quasiment irréprochables : une seule défaite sur les douze dernières journées. Ce n'est qu'à l'occasion de leur 16ème victoire en 19 matchs que les Caennaises prirent l'avantage, profitant de l'effondrement coutançais.


Deux arrivées attendues


Caen avait besoin d'une victoire contre Vitry dimanche dernier pour acter définitivement le spectaculaire retournement de situation. Face à la lanterne rouge du classement, les PTT ont survolé les débats sans que l'enjeu (valider mathématiquement la montée) ne vienne les perturber : 25-8, 25-9, 25-10. « On est restée sur notre lignée, sérieuses », apprécie Sandra Piquot. Cinquièmes lors de leur retour en Nationale 3 il y a deux ans, deuxièmes l'année dernière derrière d'intouchables calaisiennes (actuellement en tête de la poule B de N2), les Caennaises ont rempli leur mission cette saison. Les résultats (dix victoires 3-0, trois défaites seulement) confortent cette suprématie, puisée dans le collectif. « C'est ce qui a fait notre force, soutient la jeune Chloé Leterme. Il n'y a pas eu de problèmes d'entente contrairement aux autres années. On est restées soudées. » Sandra Piquot souligne également la « grosse envie de bosser » attachée à ce groupe et la « rigueur » l'ayant accompagnée.


Les volleyeuses caennaises sont au diapason d'un vaste projet, dont l'issue se veut rien moins que la montée en Ligue A, la première division. Depuis qu'il a été élaboré, deux échelons ont été gravis. Celui de la Pré-Nationale à la N3 était une formalité, le deuxième était déjà moins évident. « Sportivement, la marche est plus haute de la Nationale 3 à la Nationale 2 que de la Nationale 2 à la Nationale 1 », croit savoir Sandra Piquot. Caen se donne deux à trois ans pour rejoindre l'antichambre de l'élite. Deux joueuses majeures – et sans doute payées – devraient rejoindre le club à l'intersaison. « Le recrutement dépendra aussi des moyens dont nous disposerons, précise néanmoins la vice-présidente. Il faut que notre budget augmente. » En l'état actuel des choses, Caen est déjà bien armé pour, au minimum, se maintenir. « Si on garde cette équipe, on peut faire un bon truc l'année prochaine, estime Chloé Leterme, un temps contactée par quelques clubs professionnels. On joue contre Le Havre (leader de la poule A de N2, ndlr) en amical parfois et cela se passe bien. » Une nouvelle aventure débutera en septembre 2012. En attendant, un dernier match de Nationale 3 reste à disputer, dimanche à Quimper.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr