A cinq matchs du dénouement

Envoyer Imprimer PDF

Il reste cinq matchs aux Malherbistes pour aller décrocher leur maintien en Ligue 1. Demain, ils affronteront une équipe nancéenne quasiment sauvée, du haut de sa onzième place. Lorient, Sochaux et Valenciennes, autant d'équipes encore sous la menace de la relégation, suivront au calendrier. Dans l'intervalle, Caen sera également confronté à Lille. Les Caennais attaquent le sprint avec une petite longueur d'avance.


Petit à petit, les choses commencent à se décanter dans le bas du classement de Ligue 1. Evian n'a plus la moindre crainte à se faire, Nancy n'est pas soumis à beaucoup plus d'inquiétudes, Marseille mettra bien un jour un terme à sa série de défaites et Lorient a repris du poil de la bête. Avec 38 points à leur actif et une dynamique positive, les Merlus ont fait un grand pas vers l'objectif. Un point derrière, Nice reste sur trois victoires lors de ses quatre derniers matchs. Lui aussi est en ballotage favorable. Valenciennes a perdu ses deux derniers matchs mais affiche également 37 points au compteur.


Derrière, cinq équipes se tiennent en un point et luttent pour éviter les deux places de relégables situées au-dessus d'Auxerre, décroché. Caen, Dijon et Ajaccio ont, pour le moment, la tête hors de l'eau. Leur forme actuelle est mauvaise ou moyenne : Caen s'est lourdement incliné lors de sa dernière sortie (4-1 à domicile contre Saint-Etienne), Dijon a perdu ses trois derniers matchs sans inscrire le moindre but et Ajaccio n'a plus gagné depuis le 9 mars. Derrière eux, Brest a tenté le paris de l’électrochoc en limogeant Alex Dupont après six défaites en sept matchs. Sochaux, qui présente de bons résultats à domicile, va devoir se remettre du 6-1 encaissé à Paris le week-end dernier. Quant à l'AJ Auxerre, elle a six points de retard sur le premier non-relégable et se trouve dans une spirale toujours négative.


« L'expérience de cette situation sert »


Voilà pour l'état des lieux à cinq journées de la fin. Il promet, encore une fois, son lot de suspense en bas de tableau. « Moi j'aime bien, mais c'est sûr que ce n'est pas le top pour le club », avance Alexis Thébaux. Le gardien caennais, extrêmement compétiteur, parle de « matchs stressants », « au couteau », mais pas désagréables à jouer. « Ce sont des matchs à tension, où on est attendus au tournant, où il faut sortir des grosses performances. » Caen va jouer cinq finales d'ici la fin de la saison, dans un contexte qu'il connaît bien. La saison dernière, les Caennais avaient attendu la dernière journée pour valider leur maintien, malgré une série finale de sept matchs sans défaite. « On commence à avoir l'habitude, reconnaît Jérémy Sorbon. Les années précédentes, on a connu ce genre de matchs. Ils sont très difficiles à aborder. Cette expérience sert, surtout pour les cadres. On peut communiquer avec les jeunes qui n'ont pas forcément connu ces situations-là. On sait que c'est très difficile de se sortir de ces situations-là. Il faut avoir les tripes. »


Joueurs et entraîneur l'ont suffisamment répété : la différence, en fin de saison, est avant tout une question de mentalité. L'affirmation est sans doute d'autant plus vrai en ce qui concerne le calendrier du Stade Malherbe. Sur les cinq adversaires à venir, un seul est clairement plus fort. Il s'agit de Lille. « Ça va être mission kamikaze, prédit Alexis Thébaux. C'est le match sur lequel on ne mise pas beaucoup. » Contre Nancy, Lorient, Sochaux et Valenciennes (deux matchs à domicile, deux à l'extérieur), Caen n'a pas de complexe à faire. Le maintien se jouera face à ces formations. « Il ne faut surtout pas perdre à Nancy, indique le portier caennais. Derrière, il faudra bonifier contre Lorient. Sochaux va être le match où on basculera soit du bon côté, soit du mauvais. Ça va être un petit peu le jeu du chat et de la souris sur cette fin de saison. Il va falloir être malin. »


Deux matchs en quatre jours : décisifs ?


A ce stade de la compétition, « le calendrier ne veut rien dire », estime Alexis Thébaux. Il apparaît néanmoins plus difficile de jouer contre des équipes en lutte pour le maintien que devant des adversaires dépourvus de tout enjeu majeur. Valenciennes pourrait être maintenu quand le Stade Malherbe se rendra dans le Nord. Ce ne sera probablement pas le cas de Sochaux, à l'image de Lorient que Caen accueillera mercredi prochain. Quant à Lille, il joue une place en Ligue des Champions. « Il va falloir avoir la hargne, prévient Jérémy Sorbon. On va se battre jusqu'au bout. Avec beaucoup d'envie, on est capables de faire beaucoup de choses. On l'a démontré à plusieurs reprises. On a un groupe qui vit bien, qui s'entend bien, et c'est une chance. C'est ce qui doit nous aider et c'est ce qui va nous aider. » Le défenseur caennais ne montre pas de signe d'inquiétude. Les deux matchs qui arrivent (dimanche à Nancy et mercredi contre Lorient) montreront s'il a raison ou tort.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr