Qui pour accompagner Auxerre ?

Envoyer Imprimer PDF
La dernière journée de Ligue 1 ne livrera pas seulement son verdict pour le titre, elle déterminera les deux formations qui accompagneront Auxerre en Ligue 2. Huit équipes sont encore en lutte pour le maintien. Certaines, comme Valenciennes et Nice, n'ont plus grand-chose à craindre. D'autres, comme Dijon ou Caen, sont sous la menace directe. Tour d'horizon de ce bas de tableau serré.


12ème : Valenciennes, 40 points (GA : -12). Relégué s'il perd contre Caen, que Nice et Lorient ne perdent pas (contre Lyon et Paris), et que Sochaux, Brest et Ajaccio remportent leur match.

En théorie, Valenciennes n'est pas encore sauvé avec ses deux points d'avance sur la zone de relégation. En pratique, le doute n'est pas permis. Les Nordistes abordent néanmoins la réception du Stade Malherbe avec beaucoup de détermination. « Je n'envisage pas une seconde qu'on soit moins motivés que Caen, affirme Daniel Sanchez dans La Voix du Nord. Nous avons, nous aussi, besoin de points. Bien sûr, il faudrait un concours de circonstances pour qu'on ne se maintienne pas. Mais dans le foot, j'ai appris qu'il ne fallait dépendre que de soi-même. Nous devons défendre à tout prix cette douzième place. Elle est trop importante pour le club sur le plan financier. » VA aurait pu éviter ce scénario s'il n'avait pas perdu ses trois dernières rencontres de championnat.


13ème : Nice, 39 points (GA : -8). Relégué s'il perd à Lyon, que Lorient et Sochaux ne perdent pas et que Brest, Caen et Ajaccio remportent leur match. Relégué s'il fait match nul et que ses cinq poursuivants directs gagnent.

Nice a beau n'avoir qu'un point d'avance sur la zone de relégation, il faudrait un improbable scénario pour qu'il ne se maintienne pas en Ligue 1. Positionnés dans le bas de tableau pendant toute la saison, les Azuréens ne sont plus relégables depuis fin mars mais ils n'ont pas réussi à assurer leur survie dimanche dernier à domicile contre Evian. Une déception, malgré le nul. « Savoir qu'on va devoir attendre encore une semaine, regarder les résultats des autres etc, ça va être pénible, confiait René Marsiglia à l'issue de cette dernière rencontre. On se rappelle du stress en fin de saison dernière lors de la dernière journée à Valenciennes. De plus, nous aurions bien aimé savourer le maintien avec notre public, après toutes les mésaventures que l'on a connu cette saison. »


14ème : Lorient, 39 points (GA : -13). Relégué s'il perd contre Paris, que Sochaux et Brest ne perdent pas, et que Caen et Ajaccio gagnent. Relégué s'il fait match nul et que ses quatre poursuivants directs gagnent.

Cela faisait bien longtemps que Lorient n'avait plus vécu saison aussi compliquée. Neuvièmes à la trêve, les Merlus étaient relégables après la 31ème journée. Ils ont redressé la barre depuis, mais leurs trois derniers matchs sans victoire les maintient sous la menace, bien que diffuse. Il faudra gagner contre Paris pour assurer le maintien. « On s’était mis dans la tête que tout se jouerait lors de la dernière journée, expose Christian Gourcuff sur le site officiel du club. C’est effectivement le cas. Si on a des regrets, c’est sur les derniers résultats. Ils nous auraient permis d’éviter cela mais c’était un scénario auquel on était préparé. Évidemment, ce n’est pas le plus facile de recevoir le Paris SG lors de la dernière journée qui a encore une chance pour le titre. Mais la prestation collective à Bordeaux a remis un peu de baume au cœur. On est prêt à se battre pour assurer le maintien dimanche soir. »


15ème : Sochaux, 39 points (GA : -21). Relégué s'il perd contre Marseille, que Brest et Caen ne perdent pas et qu'Ajaccio ou Dijon gagne (ou qu'Ajaccio fasse match nul et que Sochaux perde de plus de deux buts). Relégué s'il fait match nul et que Brest, Caen et Ajaccio gagnent.

Les calculs se complexifient quelque peu, mais Sochaux aurait signé des deux mains pour cette situation il y a deux semaines. Les Montbéliards étaient condamnés de toute part au début du mois après leur défaite à Ajaccio. Ils avaient séjourné pendant 17 journées dans la zone de relégation. Il a suffi de deux victoires contre Nancy et Caen pour les relancer totalement. « Aujourd'hui le classement n'a aucune valeur, même si on respire mieux, assurait Eric Hély dimanche dernier. Il ne faudra pas tomber dans le piège, aux joueurs expérimentés de calmer tout le monde pour qu'on reste bien concentrés. » Marseille n'a plus rien à jouer mais reste sur trois matchs sans défaite, dont deux victoires.


16ème : Brest, 38 points (GA : -8). Relégué s'il perd à Evian et que Caen et Ajaccio ne perdent pas, ou que l'un des deux s'incline mais que Dijon gagne. Relégué s'il fait un nul et que Caen et Ajaccio gagnent.

La place de relégables occupés par les Brestois courant avril a eu raison d'Alex Dupont, limogé au profit de Corentin Martins. Brest, qui avait attendu la 12ème journée de Ligue 1 pour remporter son premier match, ne s'est pas réveillé sur le coup (défaite 4-0 à Auxerre lors du premier match de Martins comme entraîneur) mais a ensuite sorti la tête de l'eau. Sa dernière victoire contre Valenciennes lui a fait un bien fou. « C'était une demi-finale, que les joueurs ont su aborder comme les deux précédentes rencontres, avec beaucoup de rigueur, de générosité, de solidarité. Je suis content parce que les joueurs ont enfin été récompensés des efforts fournis. » Reste à gagner à Evian, libéré de toute pression, pour se maintenir.


17ème : Caen, 38 points (GA : -18). Relégué s'il perd à Valenciennes et qu'Ajaccio ne perd pas ou que Dijon gagne. Relégué s'il fait match nul et qu'Ajaccio ou Dijon (avec plus de deux buts d'écart) gagne.

Caen est la dernière équipe du bas de classement encore maître de son destin, mais les Malherbistes ont pris un coup sur la tête en perdant logiquement devant Sochaux, dimanche dernier. Ils devront sortir le bleu de chauffe à Valenciennes, toujours très solide à domicile, pour se maintenir. « C'est répétitif, c'est même lassant, confiait Romain Hamouma au soir de Caen – Sochaux. Il n'y avait rien de pire que d'aller gagner le match du maintien à Valenciennes. On est passés à côté de beaucoup de matchs. On a souvent déjoué contre les concurrents directs, on n'a pas réussi à développer notre football. Cette saison a été loin d'être correcte pour nous. Je suis triste et j'espère qu'on aura une belle réaction dimanche prochain. La peur n'évite pas le danger. Il faut arrêter de jouer avec le frein à main. Ce sera difficile, c'est sûr. »


18ème : Ajaccio, 38 points (GA : -23). Relégué s'il perd à Toulouse. Relégué s'il fait match nul et que Caen et Brest ne perdent pas ou que Sochaux perd de plus de deux buts. Relégué s'il gagne et que Caen, Brest, Sochaux, Nice gagnent et que Valenciennes ne perd pas.

Mathématiquement, Ajaccio n'a plus les cartes en main. S'il gagne, il a néanmoins de bonnes chances de se maintenir. Les Corses ont passé le plus clair de leur saison au sein de la zone de relégation, mais on connaît leur détermination dans les moments-clés. Jouer le dernier match à l'extérieur constitue cependant un réel handicap, d'autant que Toulouse peut encore croire à l'Europe. « Ce ne va pas être facile, prévient Olivier Pantaloni sur RMC. C’est le match pour rester en L1. Les gars ont conscience de l’enjeu. On va y aller pour gagner. Si on gagne, on est sûr de rester en L1. Le match de Lyon nous a fait mal dans les tronches, on remonte la pente petit à petit. Nous avons retrouvé un peu de fraicheur. On a les ressources pour aller s’imposer. Toulouse intrinsèquement est meilleur que nous, mais sur un match on peut faire la différence. »


19ème : Dijon, 36 points (GA : -20). Relégué s'il perd ou fait match nul à Rennes. En cas de victoire, les hypothèses sont nombreuses. Pour se maintenir, Dijon doit surtout compter sur une non-victoire de Caen et Ajaccio.

Dijon, qui n'a plus gagné depuis la réception du Stade Malherbe le 25 mars, a un pied et quelques orteils en Ligue 2. Le promu a sombré dans la période la plus importante : les deux derniers mois de compétition. Patrice Carteron, son entraîneur, a d'ores et déjà annoncé son départ à l'issue de la saison en cours. « Il est clair qu'il faut tirer les leçons de ce que nous avons vécu dernièrement. En ce qui me concerne, je ne vois pas comment je pourrais continuer à collaborer pour la suite et pour le bien du DFCO. Je pense que le président est suffisamment intelligent pour bien gérer la situation, mais cela ne m'empêchera pas toute la semaine de donner le meilleur de moi-même pour aller chercher un exploit historique face à un candidat pour l'Europe (Rennes, ndlr). Nous nous sommes mis dans une situation critique parce que le coach était moins bien et les joueurs ont du coup été moins bien. »


20ème : Auxerre, condamné à la relégation avec 34 points.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr