Gilles Auzou : « On vient de monter, on veut y rester ! »

Envoyer Imprimer PDF
L’équipe phare de l'ASPTT Volley fait partie du groupe restreint des formations qui ont grimpé d’une division à l’intersaison. Déjà très proches de la montée il y a deux ans, les volleyeuses caennaises sont parvenues, en réalisant un exercice 2011-2012 de très bonne facture, à se hisser au troisième rang national. D’abord annoncé comme stable, l’effectif a, en réalité, considérablement été chamboulé durant l’été. Le club a ainsi dû recruter un entraîneur et renouveler la moitié de ses joueuses. Alors que le championnat débute ce dimanche, où en est donc le collectif caennais ? C’est ce que nous avons demandé au nouveau coach, Gilles Auzou.

 

Gilles Auzou connaît bien le volley-ball féminin, même très bien : « j’ai fait l’essentiel de ma carrière avec des féminines », précise celui qui a débarqué à Caen après trois saisons passées à entraîner la N3 féminine de Malakoff. « J’ai arrêté parce qu’il n’y avait pas de jeunes. Alors que la formation m’intéresse beaucoup », précise le néo caennais qui, en plus de son rôle à l’ASPTT Caen, dirigera le Centre Régional d’Entraînement. Après une carrière de joueur arrêtée relativement tôt (problème au genou), Gilles Auzou s’est très jeune tourné vers l’entraînement (« depuis que j’ai 15 ans et demi ») et a connu de nombreuses expériences aux quatre coins de l’hexagone. Il a posé son sac en Normandie, accompagné de sa compagne également joueuse, avec une idée bien précise en tête : « le maintien. On joue le maintien à fond. On vient de monter, on veut y rester ! ».

 

Pour ce faire, le coach dispose d’une équipe rêvée selon ses critères : un collectif hétéroclyte composée de joueuses très jeunes, jeunes et un peu moins jeunes... « Je pars du principe que la diverssité fait la force ! C’est ce qui est sympa. Je ne voulais pas d’une équipe d’anciennes qui végètent mais d’une équipe de jeunes qui apportent leur fraîcheur, avec des anciennes qui sont là pour orienter le groupe », explique-t-il. Sur ce point, il est servi. La majorité des joueuses de l'ASPTT a moins de 24  ans, la plus jeunes étant une cadette première année de 15 ans et demi. Les deux « anciennes » sont trentenaires. Gilles Auzou a d’ailleurs nommé ces deux dernières co-capitaines. Ainsi Violaine Jessen, arrivée au club l’an dernier et Audrey Auzou, nouvelle recrue, ont l’expérience de ce niveau et auront pour rôle de cadrer, mener, autant que conseiller leurs jeunes coéquipières. 

 

Qui pour remplir la feuille de match donc ? Quatre joueuses de l’an dernier seulement sont restées : Violaine Jessen, donc mais aussi Wiem Abdelhamid, Julie ménager et Cécilia Martin (Caroline Martin sera également parfois de la partie). Côté arrivées, il y a les montées de Noémie Queguiner, jeune libéro d'à peine 16 ans et de Camille Mouilleau un peu plus âgée et qui évoluera à la passe. De l'extérieur, les Caennaises pourront compter sur Audrey Auzou, ancienne joueuse de Vincennes, sur Véronika Todorova qui évoluait en première division bulgare la saison passée et enfin sur Marwa Mallek, joueuse tunisienne, également titulaire en première division dans son pays. Deux autres étrangères étaient pressenties en plus mais les contacts n’ont pu aboutir pour le moment. « Il s’agissait de joueuses de grande taille. Mais c'est pour le moment au point mort et je perds beaucoup d’énergie là-dessus. Alors il n’y aura rien avant Noël. On verra ensuite si on fait l’effort d’aller en chercher une », explique le coach qui dispose ainsi d’un effectif de neuf joueuses pour la première partie de saison.

 

Les recrues et lui-même sont arrivés tard, le départ de Thibaut Gosselin étant une surprise. La préparation a donc également pris du retard. À quelques jours de l’entame de ce championnat, Gilles Auzou est conscient de cela : « Oui, on est en retard car on n’a pas fait de match amical ou de tournoi avec toutes les nouvelles. Marwa vient de faire son premier entraînement (l’interview a eu lieu mercredi 19 septembre, ndlr), elle est demandeuse d’avoir plus d’entraînements, plus de repères… ». Les deux recrues étrangères devront donc s’adapter rapidement au système de jeu caennais (ainsi qu'à la langue française pour Véronika). Mais l’adaptation comptera également pour les anciennes de l’ASPTT puisque le système de jeu prévu par l’ex-francilien semble bien différent de celui du précédent entraîneur. Les joueuses devront ainsi assimiler de nouveaux systèmes de jeu. Elles auront également plus de responsabilités dans un fonctionnement moins " fermé " que sous l'ère Thibaut Gosselin. Gilles Auzou veut ainsi développer un projet sur le moyen voire le long terme et cela passe évidemment par le maintien, toujours compliqué l'année d'une montée.

 

L’équipe a vécu beaucoup de chambardements, et avant tout celui de monter d’une division : « il y a une vraie marche entre la N3 et la N2 », souligne l’entraîneur qui connaît bien les deux niveaux, « il y a un cap à franchir, les filles doivent se le mettre dans la tête. Mais Audrey a déjà joué à ce niveau, Véronika jouait à un niveau supérieur, donc ça va aider ». Gilles Auzou se donne les trois premiers matchs pour se lancer dans ce championnat. Comme toute équipe qui joue le maintien, il s’attachera à gagner les parties disputées contre des adversaires directs. Neuville, Sens et Vincennes, les trois premiers adversaires des Caennaises font au contraire plutôt partie des gros poissons de cette poule et ne constituent pas une priorité absolue. « Je ne crains personnes en particulier, mais il y a des clubs plus ou moins assis dans cette division », explique l'entraîneur qui connait bien de nombreuses formations dans la poule de Caen. Le maintien passe par une place « dans les sept premiers », annonce-t-il (les deux derniers descendent mais le huitième peut également être sur la selette en fonction des résultats du pôle France). Leur préparation écourtée aura-t-elle beaucoup d'incidences sur la saison des Caennaises ? À voir...

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr