L'ASPTT et Hérouville veulent lancer leur saison

Envoyer Imprimer PDF
Les deux équipes locales de volley-ball qui évoluent en division nationale cette saison ont un peu le même profil : Les filles de l’ASPTT, en N2, et les garçons d’Hérouville, en N3, sont tous deux promus et vont tenter, malgré la forte concurrence, de se maintenir. Le statut de promu leur réserve automatiquement une entame de saison compliquée, face aux plus grosses équipes de leur poule. Difficile alors de se jauger et d'entrer correctement dans la compétition. Après trois matchs, donc, où en sont les volleyeuses et volleyeurs normands ? Petit bilan.

 

 

L’ASPTT Volley doit persévérer. Gilles Auzou savait, début septembre, que l’entame de la saison serait compliquée. Elle le fut. Avec un collectif renouvelé en grande partie, avec un nouvel entraîneur, et donc avec un nouveau projet de jeu, les volleyeuses caennaises ne pouvaient pas faire d’exploit. D’autant plus qu’à l’échauffement du premier match de la saison, elles ont perdu l’une de leurs joueuses-clé, Violaine Jessen. La réceptionneuse et co-capitaine, touchée au ligament du genou, sera indisponible pour la saison entière et manquera donc autant dans le jeu que pour le rôle qu’elle tenait auprès de ses coéquipières. L’ASPTT Volley a logiquement perdu ses trois premières rencontres, face à trois grosses équipes de N2. Mais, au terme de chacune des trois prestations, Gilles Auzou pouvait ressortir du positif comme après la dernière rencontre perdue 3 sets à 1 à Vincennes : « On continue de progresser. On jouait contre une équipe invaincue, ce n’était pas simple. Mais les filles ont gagné de belle manière ce premier set. Les adversaires ont dû serrer le jeu, elles ont été obligées de forcer et n’ont pas pu faire tourner car elles avaient en face une équipe suffisamment intéressante. C’est positif ! ». Après deux matchs vierges au niveau du score, les Postières sont parvenues à arracher un set, donc. « Maintenant, cela ne suffit pas, car nous n’avons toujours pas de points. Là, on arrive dans une série de trois matchs qu’il faut gagner, qui sont importants pour le maintien », explique l’entraîneur qui est satisfait des progrès de ses joueuses : « le plan de jeu est de mieux en mieux réalisé et respecté, c’est bien aussi dans les zones de service et dans l’impact, l’attaque est plus propre ». Si l’ASPTT souffre régulièrement d’un déficit de hauteur, c’est également dans la profondeur de banc que le bât blesse. Gilles Auzou a peu de solutions et ne peut pas faire tourner. La venue de renforts extérieurs est envisagée mais assurément compliquée. « On accélère la formation sur les jeunes de Prénat, on va plus vite que prévu. Je n’ai pas le choix si je veux arriver à faire souffler les filles… », annonce le coach. Face au CPB Rennes, dans deux semaines à domicile, Gilles Auzou pourra savoir avec plus de certitudes où se situe son équipe dans ce championnat relevé, mais annoncé à deux vitesses. Les Rennaises n’ont encore remporté aucune rencontre, elles non plus. Un beau défi pour une équipe en progrès, mais qui doit gagner en confiance.

 

 

 

Volley Hérouville. Un départ encourageant. Les volleyeurs d’Hérouville ont vécu un début de saison à peine plus facile, handicapés également par plusieures blessures. Face à des équipes qui visent le haut de tableau voire la montée, il n’est pas toujours aisé de trouver des solutions, d’autant plus quand on n’est pas au complet. Néanmoins, face à Chantepie, à domicile, les Hérouvillais ont réussi un réel exploit en arrachant la victoire 3 sets à 2. « Le premier match n’était pas significatif, il fallait qu’on retrouve les repères de N3, nous n’étions pas dans le rythme. Le deuxième, on fait un petit exploit ! Mais, chez nous, on est plus solides, même si on n’était pas au complet. Et le dernier, c’était chez une grosse équipe, on les a trop regardé jouer dans le premier set alors qu’à partir de la fin du deuxième, on a réussi à faire jeu égal », résume Rony Thimalon, redevenu « simple » joueur pour son plus grand bonheur. Sans trois de leurs ailiers, les Normands ont réussi à engranger deux points et peuvent en être satisfaits. Car, sans pouvoir faire tourner comme désiré et face à des anciens joueurs de Pro A ou B, il est toujours compliqué de s’en sortir. « C’est difficile de dire s’il y a eu progression tant les trois premiers matchs étaient différents. Mais oui, l’équipe progresse, ça se voit à l’entraînement. Il faut qu’on gagne en agressivité cependant. On sait qu’on peut bien jouer, on a l’équipe pour faire des bonnes perfs’, mais on est aussi capables de déjouer… », souligne le joueur qui sait que, pour les trois prochaines confrontations en championnat, il faudra prendre des points : « on doit mettre des équipes dernière nous…. ». Car après les ogres de la poule, place aux concurrents directs face auxquels il faudra assurer. Le collectif se retrouvera d’ailleurs au complet (si tout se passe bien), dans deux semaines, pour la réception de Quimper. Rony Thimalon reste méfiant à l'évocation de cette rencontre : « ils ont fait un gros recrutement, ce sera compliqué. On sera plus confiant mais on sait qu’ils ont besoin de points aussi. Nous, on a besoin de ce match pour lancer vraiment notre saison ! ». Avant cela, les volleyeurs d’Hérouville auront un match de Coupe de France à disputer : idéal pour faire entrer les joueurs revenant de blessure, pour faire tourner un peu l’effectif et arriver à se mettre en confiance.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr