Volley : Hérouville sourit, l'ASPTT grimace

Envoyer Imprimer PDF

Les deux clubs de volley locaux évoluant en National n’ont pas du tout vécu le même week-end ! Tous deux opposés à un concurrent direct dans la lutte pour le maintien, les uns ont assuré et pris les points à domicile quand les autres ont échoué en cinq sets. L’ASPTT Caen Volley a pris son premier point mais va devoir cravacher encore pour décrocher une première victoire en N2. De leur côté, les volleyeurs d’Hérouville, pensionnaires de N3, ont signé leur deuxième succès (2 sur 2 à domicile) et pointent ainsi en milieu de tableau.

 

L’ASPTT doit réagir. Caen 2-3 Rennes, 4ème journée de N2 féminine. Quelques minutes après avoir inscrit ses dernières notes sur le cahier où il écrit tout sur les détails du match, Gilles Auzou, l’entraîneur des Postières, était pour le moins déçu voire énervé. La réception de cette équipe de Rennes, également promue, devait constituer le point de départ d’une saison où chaque point est précieux pour le maintien. Gagner contre les concurrents directs, voilà l’objectif majeur du coach qui comptait bien sur ce match à domicile pour inscrire ses premiers points. Alors, Caen a bien ouvert son compteur puisqu’une partie en cinq sets rapporte un point au vaincu. Mais Caen a laissé le CPB Rennes prendre son envol au terme d’un match haché.

Après un très mauvais départ (1 à 8), les locales se reprennent bien dans le premier set mais le perdent tout de même (26-28). «  On ne peut pas perdre le premier set.. on perd des points sur des positions identifiées. Ca fait deux semaines que je le leur dis et on fait les mêmes erreurs… », lance un Gilles Auzou très déçu. Si ses joueuses se sont bien reprises dans les deux sets suivants (25-23 ; 25-20), faisant moins d’erreurs et étant plus appliquées, elles se sont effondrées ensuite (17-25 ; 10-15). Incapables de réagir assez vite aux services adverses, très variés ; pas assez agressives dans les phases offensives, il aura manqué de la combativité aux locales.

Gilles Auzou ne décolère pas : « nos deux marqueuses habituelles ont été plus que faibles, en dessous de ce qu’elles doivent apporter au groupe. Alors qu’elles font un bon début de saison face à des équipes bien meilleures… là, elles n’ont aucune excuse ».

La victoire en Coupe de France de la semaine passée, au Plessis-Robinson, aurait-elle était piégeuse ? « Cette victoire nous a desservi, finalement. On a aucun intérêt à poursuivre dans cette compétition compte tenu de notre effectif », estime l’entraîneur qui pense que ses joueuses se sont trop relâchées après le succès en Coupe, « les filles ne sont pas assez responsables, elles n’ont pas la culture du haut niveau », ajoute-t-il.

 

Si les cadres, selon lui, n’ont pas été à la hauteur sur ce match, il tempère en estimant que le collectif fait néanmoins des progrès. Mais avec un effectif si restreint, toutes les joueuses se doivent d’être à leur meilleur niveau pour espérer gagner. Faut-il songer à faire venir une attaquante de plus, qui ajouterait de la taille ? L’entraîneur le souhaiterait, le club est hésitant…Face à la deuxième équipe de Rennes, dimanche prochain, les Postières devront être combattantes, soudées et au meilleur de leur niveau pour l'emporter. Le maintien passe par là…

 

 

 

Hérouville est solide à domicile. Hérouville 3-1 Quimper, 4ème journée de N3. Sixièmes avec cinq points au compteur. Les volleyeurs d’Hérouville sont dans leurs clous après quatre matchs en championnat. Mieux, après un premier set raté, les locaux sont parvenus à serrer le jeu et remporter les trois suivants pour ne pas laisser de point à leurs adversaires, rivaux dans la lutte pour le maintien. « Le premier set n’a pas été bon, mais il n’est pas à oublier non plus. Il y a des choses à retenir pour savoir ce qui est à ne pas reproduire. On n’a pas d’excuse à chercher, les joueurs n’y étaient pas », explique Morgan Poutrain, entraîneur des Bleus d’Hérouville. Une première manche à mettre de côté, donc (18-25). Un premier set pour se mettre dedans, pour gommer le déchet au service, et prendre le pli du style de jeu des Bretons. « Dans les autres sets, il y a de bons passages. On ne les gagne pas avec une grosse marge mais on est meilleurs dans certains secteurs, notamment le bloc. Et surtout, on fait beaucoup moins d’erreurs quand eux commencent à en faire plus (25-21; 27-25; 25-21) », lance le coach qui sait que ses joueurs sont plus à l’aise à domicile : « je suis là, ils ont moins de choses à regarder peut-être, moins de pression »...  Morgan Poutrain ne fait pas les déplacements lors desquels l’expérimenté Rony Thimalon assure le coaching. Alors s'il sera moins aisé de glaner des points à l’extérieur cette saison, les Normands devront tout de même parvenir à gagner loin de leur base…au moins contre des concurrents directs. Saint-Barthélémy, par exemple, dès la semaine prochaine, serait la cible idéale aux yeux de l’entraîneur : « la première victoire à l’extérieur servira de déclic. Il faut qu’on aille gagner à Saint-Barthélémy pour les laisser derrière nous. Ils n’ont pas encore gagné ».

 

Mais soyons tatillons ! Si les joueurs d’Hérouville peuvent être satisfaits de cette performance, il faudra réussir à serrer les vis dès l’entame et ne pas laisser filer le premier set trop souvent. Morgan Poutrain va certainement revenir sur ce point avec ses joueurs, de même que sur les contre-performances au service : « Il faut peut-être revoir l’approche du match… Et puis on a du déchet au service à des moments importants. Le service, on en fait à l’entraînement.. à ce niveau, les joueurs savent tous servir. En match, c’est dans la tête, c’est savoir se concentrer… »

 

 

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr