Les Malherbistes vont pourtant devoir s'y faire

Envoyer Imprimer PDF

Le match du Stade Malherbe vendredi dernier a ressemblé à s'y méprendre à beaucoup de ceux qui se sont déroulés au stade d'Ornano cette saison. Les Caennais sont toujours confrontés au même souci de taille : un adversaire qui joue très bas et ne leur laisse aucun espace. Même s'ils ont fourni une toute prestation que celle réalisée à Ajaccio, les Malherbistes n'ont pas mis tous les atouts de leur côté pour venir à bout de Strasbourg.

 

 


À quelques rares exceptions près, les matchs du Stade Malherbe à domicile ont des allures de copiers/collers. Les Caennais ont le ballon, dans des proportions très larges, et doivent faire face à un bloc défensif regroupé devant son but. La tendance, déjà réelle en début de saison, s'est renforcée progressivement – et logiquement puisqu'il semble que ce soit le seul moyen d'éviter la défaite au stade d'Ornano quand on s'y déplace.


Strasbourg n'a pas dérogé à la règle vendredi soir. Laissant leurs velléités au vestiaire en même temps que leurs leaders offensifs à l'infirmerie, les Alsaciens, sixième attaque de Ligue 2, ont joué à dix derrière. Comme (presque) tous les autres avant eux. « Strasbourg a très bien joué le coup en jouant très bas, en laissant peu d'espace entre les lignes et en profondeur, reconnaît Benjamin Nivet. C'est très difficile pour mettre notre jeu en place. » Surtout quand la fatigue s'en mêle, sur des terrains gras dans cette période de l'année. Pourtant, les solutions existent. Pas seulement par les coups de pied arrêtés, un domaine dans lequel Caen n'est pas assez performant, ou les erreurs de l'adversaire. « Quand on a très peu d'espaces, il faut jouer de manière plus directe, mettre plus de pression sur le deuxième ballon, tenter les frappes de plus loin, liste Franck Dumas. On a tendance à vouloir trop souvent entrer dans la surface voire dans le but pour marquer. Il faudrait mettre un petit peu plus de folie aussi. »


« Il y a eu une réaction »


Autant de choses que Caen n'a pas réussi à faire contre Strasbourg, ou ne l'a esquissé que par moments. « On a accéléré de temps en temps mais il manquait un peu d'allant pour gagner, estime l'entraîneur caennais. C'était un match bizarre. Le nul est logique. »


Les Caennais ont toutefois fourni une prestation d'une autre teneur que celle réalisée à Ajaccio. Les intentions étaient là, même s'il a manqué de la vitesse et de la précision dans la réalisation. « Dans le comportement, dans l'état d'esprit, dans la volonté de bien faire, il y a eu une réaction, assure Benjamin Nivet, moins souvent à son avantage qu'à l'accoutumée vendredi soir. Je pense qu'on ne peut rien nous reprocher. On était présents dans l'agressivité également. Mais notre jeu a manqué de fluidité. » « Il y a eu une réaction des joueurs, complète Franck Dumas. En deuxième mi-temps, il y a eu plus de percussion et de choses simples dans le jeu. On se complique parfois un petit peu la vie. »


Ce point permet à Caen de garder sa première place devant une équipe brestoise qui semble marquer le pas après une série exceptionnelle. « On se relance dans la course à la montée, c'est génial, puisque apparemment il suffit d'une défaite pour mettre le feu aux poudres », ironise Franck Dumas. Il n'en demeure pas moins que ce match nul à domicile confirme la passe un peu plus difficile que traverse le Stade Malherbe, sorti vainqueur d'un seul de ses cinq derniers matchs. « Il faudra aller chercher à Sedan les points perdus contre Strasbourg », indique Benjamin Nivet.

 

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr