Molla Wagué de retour aux affaires courantes

Envoyer Imprimer PDF

Il est né à Vernon, dans l'Eure, et a porté une fois le maillot de l'équipe de France espoirs. C'est pourtant avec le Mali, pays de ses parents, que Molla Wagué a connu sa première compétition internationale. Le défenseur central du Stade Malherbe est rentré de la Coupe d'Afrique des Nations il y a une semaine, une médaille de bronze autour du cou. À 22 ans, il a vécu une expérience hors du commun. Ce soir, il retournera aux affaires courantes dans la charnière centrale de Caen.


Voilà quatre mois et demi que Molla Wagué n'a plus revêtu le maillot du Stade Malherbe. Blessé à Istres, le défenseur central s'était fait opérer du genou quelques jours plus tard. Il en avait résulté deux mois d'indisponibilité. Sitôt remis sur pied, le jeune joueur formé à Caen a eu la bonne surprise de recevoir un appel de Patrice Carteron, sélectionneur du Mali. L'ancien entraîneur dijonnais avait repéré ce solide gabarit dès son premier match de Ligue 1. Il faut dire que c'était contre Dijon, en novembre 2011. « Je le trouve très prometteur, affirme Patrice Carteron. Il a tout pour réussir : il va vite, il est bon de la tête, il a une très bonne relance. C’est quelqu’un d’intelligent. Je pense qu’il va devenir un grand défenseur central dans les années à venir. » Convaincu, le Français a aligné le Caennais dès le premier match de la Coupe d'Afrique des Nations, contre le Niger. Il s'agissait tout simplement de sa première sélection chez les séniors. « Je ne pensais pas être convoqué (pour la CAN) vu que j'étais blessé, rappelle Molla Wagué. Le coach m'a fait comprendre qu'il comptait sur moi. Quand je lui ai donné ma réponse, je lui ai dit que si c'était pour être sur le banc, je préférais rester à Caen pour aider mon équipe. » Patrice Carteron avait d'autres projets en tête.


Molla Wagué a disputé quatre matchs sur six, tous comme titulaire. Il n'a manqué que le deuxième match de poule, perdu 1-0 contre le Ghana, et la petite finale face à ce même Ghana, gagnée cette fois-ci 2-0. Le Mali a terminé troisième, comme lors de la précédente édition, éliminé de la compétition en demi-finale par le Nigeria. « On voulait aller jusqu'en finale car on veut toujours faire mieux, indique Molla Wagué. Cependant, on n'était pas trop déçus de cette troisième place parce que le Nigeria était supérieur à nous en demi-finale. » Dans un contexte national plus que mouvementé, les Aigles du Mali se sont consolés en « ramenant du bonheur au pays et en faisant oublier tous les problèmes pendant 90 minutes ». Molla Wagué, de son côté, revient enrichi d'une expérience incomparable. « C'est un autre football, dit-il. Au niveau de la confiance, on se sent plus fort. Le plus grand souvenir a été contre l'Afrique du Sud (quart de finale) devant 70 000 spectateurs. C'était vraiment un moment incroyable. » L'appétit vient en mangeant et le défenseur caennais ne cache pas son ambition. « Maintenant que j'ai joué cette compétition, j'espère être appelé à toutes les sélections. » Les matchs de qualification pour la Coupe du Monde, qui reprendront en juin, sont déjà en tête. « Le Mondial, c'est un rêve. » Le Mali n'y a encore jamais goûté.


Avant d'enfiler de nouveau le maillot national, Molla Wagué retrouvera la Ligue 2 et le Stade Malherbe dès ce soir. Sans appréhension, assure-t-il. « Avec les blessés et un suspendu, je reviens au bon moment, remarque-t-il. Mes collègues m'ont manqué. On a bien travaillé avec Jérémy pour remettre les automatismes en place. Au fur et à mesure des matchs on va reprendre nos habitudes. » Malgré une bonne condition physique, le défenseur central pourrait-il subir le contrecoup de cette CAN ? Patrice Garande ne le pense pas. « Il est en pleine forme, affirme l'entraîneur caennais. Le seul problème, c'est que les principes défensifs du Mali ne sont pas les mêmes que les nôtres. Il faut très vite retrouver nos principes et la complémentarité avec Jérémy. On a vu sur certaines actions à l'entraînement que Patrice Carteron et moi ne demandons pas la même chose. Mais son retour est un plus pour nous. » Il l'est d'autant plus en raison des absences de Jean-Jacques Pierre, suspendu, et Yrondu Musavu-King, blessé. Molla Wagué a une voie royale devant lui pour reprendre ses galons de titulaires.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr