Hérouville n’était pas assez armé pour la Fédérale 3

Envoyer Imprimer PDF

Le Rugby Club Hérouvillais, battu 25-3 par Versailles dimanche, est définitivement condamné à la descente en Honneur Régionale. Les joueurs entraînés par Stéphane Guillous et Cyrille Bitter avaient pourtant repris un peu d’espoir en empochant leur deuxième victoire de la saison il y a dix jours contre Sarcelles (12-5), mais avec deux victoires et un nul en quinze matchs, les Hérouvillais ont dorénavant pris trop de retard. Stéphane Guillous co-entraîneur de l'équipe, explique les raisons de cet échec.


Un dernier match révélateur : « Ce dernier match est un peu à l’image de notre saison, on le perd sur des petites erreurs qu’on paye à chaque fois cash. En deuxième mi-temps on prend deux essais à cause d'une minute trente d’inattention. Sur le premier, on s'arrête parce qu'on pense que l'arbitre va siffler un en-avant. Sur le coup d'envoi on récupère la balle, mais un adversaire l'intercepte et file dans l'en-but. Ce n'est pas franchement le fait de perdre qui est décevant, c'est de voir tous les efforts qui ont été fournis pour en arriver là. Globalement, nous avons manqué d’expérience dans la gestion des matchs, à chaque fois on a eu tendance à trop se précipiter dès qu’on était mené. »


Le choix de la montée en Fédérale 3 (le club qui est monté trois fois en quatre ans, avait hésité à accepter cette accession) : « On n’a pas de regret par rapport à ce choix, c’était l’histoire d’un groupe, il fallait aller au bout, sauf que cette saison, il a atteint sa limite. En face, on est tombé contre des équipes qui jouaient parfois avec des semi-pros, qui touchaient des primes, y compris d’assiduité aux entraînements. Nous, on est totalement amateur, on n’avait pas forcément tout le monde à chaque séance, dans ces conditions c’est difficile de travailler les automatismes. »


Des infrastructures trop limitées : « À un moment, on a eu six fois accès au terrain en un mois et demi à cause des intempéries (le RCH demande la construction d’un second terrain depuis plusieurs années N.D.L.R.), alors que beaucoup d’équipes de notre poule pouvaient jouer sur des synthétiques. Mais c'est un problème que d'autres rencontrent dans la région, au Stade Caennais ils demandent depuis plusieurs années la construction d'une tribune. On verra si le rugby deviendra un sport phare dans la région un jour... »


Un groupe à garder : « J'espère qu'on va arriver à conserver la même équipe. On travaille avec des joueurs talentueux et attachants. Je pense qu’avec le petit coup de pouce du destin on aurait peut-être pu aller chercher ce maintien. Sur la seconde partie de saison, on a quand même accroché beaucoup d’équipes pendant plus d’une mi-temps, avant de lâcher en fin de match. On a un peu changé la base collective qui était allé chercher la montée l'année dernière. On était peut-être plus accrocheurs la saison précédente, même si c'est le niveau des équipes d'en face qui voulait ça. Il faudra essayer de retrouver cette force morale. »


Les trois derniers matchs à disputer : « On va tester de nouvelles choses au cours des prochains matchs, de toute façon on est des compétiteurs, on veut sortir la tête haute et pourquoi pas éviter la dernière place (Hérouville est à 6 points de Sarcelles, l'avant-dernier). »

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr