Un 33ème Tour de Normandie à l'heure suisse

Envoyer Imprimer PDF
La 33ème édition du Tour de Normandie cycliste (course labellisée "UCI Europe Tour 2.2) a pris fin ce dimanche à Caen, à l'issue d'une semaine de course qui a vu 24 équipes et 144 coureurs provenant d'horizons variés, en découdre sur les routes des cinq départements normands. Entre étapes de plaine, routes aux profils accidentés propices aux échappées, chaque équipe avait la possibilité de faire la différence à chaque moment. Après un prologue et cinq étapes en ligne, qui aurait l'honneur de succéder à Jérôme Cousin, le coureur de la formation Europcar, absent cette année ?


 

Une semaine à multiples rebondissements


Le comité d'organisation du Tour de Normandie ayant fait le choix de renouveler le même prologue que celui de l'édition 2012, c'est dans les rues de Saint Lô qu'ont été donnés les premiers coups de pédales lundi, autour d'un circuit de 3,4 kms mêlant relances, montées et descentes. Et au terme de ce bref effort, c'est le néo-zélandais Thomas Scully de la Team Raleigh qui tirait les marrons du feu (ou plutôt du froid !) pour s'imposer et endosser le premier maillot de leader.

Rien de tel que la plus longue étape du tour pour se mettre en appétit version peloton. Le parcours concocté pour cette journée de mardi allait emmener les coureurs sur des routes bien connues des habitués de l'épreuve normande, entre Colombelles et Forges-les-Eaux. Au terme d'un final haletant Fabio Silvestre, le portuguais de Leopard Trek s'imposait et ravissait la tunique de leader au vainqueur de la veille.

Jour de printemps et journée danoise pour la deuxième étape entre Forges-les-Eaux et Elbeuf puisque Martin Mortensen (Concordia Forsikring-Riwal ) a devancé son compatriote Jesper Hansen (Team Cult Energy). Fabio Silvestre a passé une journée confortable dans le peloton et reste leader au général.

Rebondissements lors de cette troisième étape très attendue qui reliait Thuit-Signol à Argentan. Courue sur un parcours jamais emprunté et dans des conditions météo très difficiles, la Team Raleigh a fait la grosse opération du jour en plaçant deux coureurs aux deux premières places, Alexandre Blain devançant Eric Berthou, le premier prenant par la même occasion les commandes de l'épreuve.

Il était dit que conserver le maillot de leader était un exercice périlleux : la quatrième étape entre Domfront et Villers Bocage le confirmait puisque, en même temps que l'ancien vainqueur du maillot à pois du Tour de France 2010 Anthony Charteau (Europcar) s'adjugeait l'étape, le jeune suisse de la BMC Development Team Silvan Dillier récupérait la tunique d'Alexandre Blain.

L'étape de vendredi n'allait pas pas remettre en cause la suprématie suisse instaurée la veille puisque, outre la victoire au sprint à Bagnoles-de-l’Orne de Rick Zabel (Rabobank Development Team) devant le lexovien Tony Hurel (Europcar), Silvan Dillier allait pouvoir aborder la dernière journée fort de ses 5" d'avance sur Alexandre Blain, avance qui s'avère cependant extrêmement fragile.


Une dernière étape au suspense haletant


Une fois de plus, la ligne d'arrivée de l'ultime étape située cours Général de Gaulle à Caen allait servir de point d'orgue de cette 33ème édition, une édition bien loin d'avoir livré son vainqueur au moment du départ ce dimanche midi de Bagnoles de l'Orne, En effet, le suisse Silvan Dillier (BMC Development Team) ne comptait que 5 minuscules secondes d'avance sur Alexandre Blain et guère plus (9") sur le néerlandais Dylan Van Baarle (Rabobank Development Team). Rien que par le jeu des bonifications sur les sprints intermédiaires ainsi que sur la ligne d'arrivée, la donne pouvait être modifiée de manière substantielle.

Mais résumer le dénouement de l'épreuve à un combat entre ces trois hommes pourrait s'avérer cavalier, quand on connaît la forme montrée cette semaine par un Tony Hurel souvent placé, jamais gagnant, qui se verrait bien faire la nique à ses adversaires de la semaine, surtout sur des routes que le lexovien de chez Europcar doit connaître jusqu'au moindre centimètre, Et après tout, un retard de 41" ne doit pas être si insurmontable pour un coureur qui aura toute l'équipe Europcar à son service...

L'interrogation majeure du jour était surtout de savoir si Alexandre Blain (Team Raleigh) réussirait à remporter les deux sprints bonifications de manière à faire fondre (vu le froid, pas facile !!) les 5" qu'il doit récupérer au maillot jaune. Si son équipe a parfaitement maitrisé toutes les tentatives d’échappée pour que leur leader remporte le premier sprint bonification, il ne leur sera pas possible de contrôler le peloton pendant toute la course. En effet un groupe de dix prend la clé des champs après 60 kms, groupe qui comptera jusqu'à 2'30" d'avance. C'est à ce moment que le peloton va s'organiser et faire chuter l'écart.

Sous l'impulsion d'un Anthony Charteau très en verve et fort de sa victoire de vendredi, un groupe de cinq va prendre la fuite. Ce groupe, composé de Charteau, Michael Valgren (Team Cult Energy), Josh Atkins (EFC Omega Pharma Quick Step), Mickael Olejnik (USSAPB) et Maxim Pokidov (Itera Katusha) va conserver un avantage conséquent jusqu'à l'entrée sur le circuit final à parcourir trois fois autour de La Prairie où l'avantage de 50" va fondre comme neige au soleil (pourtant absent cet après-midi !) et malgrè l'ultime tentative de Michael Valgren de tenter un dernier baroud, celui-ci est "absorbé" à 300 mètres de l'arrivée. Un sprint massif s'engage et Tino Thomel (Team NSP-Ghost) est le prompt pour couper la ligne en vainqueur.

La tunique de leader reste donc sur les épaules du jeune suisse de 22 ans Silvan Dillier (BMC Development Team). Un nom sans aucun doute à retenir.

 

Le bilan de la semaine


Cette dédition peut en quelque sorte s'apparenter à un scénario connu en 2003 où un certain Samuel Dumoulin, alors sous le maillot de l'équipe Jean Delatour, s'était adjugé le tour au profit des bonifications obtenues grâce à sa troisième place à Caen. Et même si ce ne fut pas le cas cette année, une chose est certaine, c'est que la composition du podium final aurait tout à fait pu se voir modifiée jusque dans les derniers mètres.

Autre fait marquant de l'épreuve : à aucun moment aucune équipe, et notamment celles s'étant présentées dès lundi à Saint Lô avec l'étiquette légitime d'équipes en mesure de prendre les choses en main, n'a été capable d'animer les débats et d'asseoir une domination lui permettant de prétendre à une victoire finale maîtrisée. On pense notamment à Europcar qui s'est contenté de "coups" par le biais d'un Tony Hurel en jambes et remarquablement placé à Bagnoles de l'Orne (2ème) ainsi qu'à Elbeuf et Villers Bocage (4ème). Anthony Charteau aura réussi à tirer son épingle du jeu en s'imposant avec brio à Villers Bocage tandis que l'expérimenté Christophe Kern, hors de forme, aura déçu et sera vite contraint à l'abandon.

Quoi qu'il en soit, en terme de "dramaturgie", l'épreuve aura été des plus intéressante pour les spectateurs. La course a donné lieu à une multitude de rebondissements, des changments de maillot jaune réguliers, et rien que pour ça, le public ne s'est pas ennuyé et en redemande.

 


Réaction de Cédric Delaplace (Sojasun Espoirs), vainqueur du classement des points chauds :

"L'équipe était venue pour progresser. Personnellement j'avais ciblé la première étape au cours de laquelle j'ai fait partie de l'échappée avant de me faire reprendre à quelques kilomètres de l'arrivée et de chuter lourdement. La semaine a été pour moi compliquée suite à cette chute. Le tour en lui-même ? Je l'ai trouvé très nerveux et bizarre dans le sens où l'on s'attendait à une prise en charge de la course par Europcar, mais au final aucune équipe n'a assis sa domination. En ce qui me concerne, je remporte le classement final des points chauds et, en tant que caennais, je suis ravi. Mon avenir ? J'espère bien sûr passer pro ..... pour retrouver mon frère Anthony."



Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr