Le Stade Malherbe a tout à gagner

Envoyer Imprimer PDF
Football. Caen – Dijon, 34ème journée de Ligue 2 (samedi, 14h). Le Stade Malherbe peut réaliser une excellente opération ce samedi devant Dijon. S'il parvient à s'imposer, il retrouvera la troisième place du podium grâce aux contre-performances réalisées vendredi soir par ses adversaires directs. Encore faudra-t-il mettre les mêmes ingrédients qu'à Angers, chose que Caen n'a pas réussi à faire depuis longtemps devant son public...


Ils ne pouvaient (presque) pas rêver mieux ! Les Caennais ont dû accueillir avec un grand sourire l'annonce des résultats de la 34ème journée de Ligue 2. Nantes a certes gagné à Niort (0-1), mais Guingamp a été battu à Istres (2-0) et Angers a coulé dans le dernier quart d'heure de jeu devant Nîmes (3-0). Tout bon pour Caen, qui reste à trois longueurs du podium avant la réception de Dijon. « Je préfère avoir notre calendrier que celui de nos adversaires directs, dont les matchs seront présentés comme une formalité », assurait Patrice Garande vendredi après-midi en conférence de presse. L'entraîneur caennais en a reçu une confirmation. Reste à ses hommes de prouver qu'ils peuvent faire mieux contre une équipe de haut de tableau.


Les Caennais auront tout à gagner face à Dijon. S'ils renouent avec les trois points, après quatre nuls consécutifs, ils retrouveront la troisième place du classement grâce à une meilleure différence de buts que Guingamp. S'ils n'y arrivent pas, « il y aura moins de possibilités mais [ils seront] toujours dans le coup », estime Patrice Garande. Pour lui, quatre victoires lors des cinq derniers matchs garantiront une montée à l'étage supérieur. « Trois victoires et deux matchs nuls peuvent le faire également, estime Jean-Jacques Pierre. On n'a pas grillé tous nos jokers. » En ne prenant que quatre points lors des quatre derniers rencontres, Caen n'a perdu qu'une longueur sur le podium. Il dispose pourtant d'un match en retard !


Deux leaders en moins


Les Malherbistes sont vernis et ont tout intérêt à en profiter. « On est obligé de gagner contre Dijon si on veut atteindre notre objectif », confiait Mathieu Duhamel avant de connaître les résultats favorables de ses concurrents. Le Stade Malherbe doit rester dans la lignée de sa dernière sortie angevine (1-1) tout en corrigeant quelques failles. « On a été beaucoup plus performants dans l'animation offensive qu'auparavant, souligne l'attaquant de pointe. On s'est lâché. Maintenant, il faut savoir garder le score, ce qui n'a pas été le cas au Havre et à Angers. » Meilleure défense du championnat (22 buts encaissés), Caen dispose de cette assise rassurante qu'il doit réussir à mieux exploiter. Face à Dijon, ce sera sans Jérémy Sorbon, absent pour la première fois de la saison en championnat. « Jean-Jacques Pierre pourra le remplacer parfaitement, avec d'autres qualités, estime Patrice Garande. Ce qui est plus embêtant, c'est qu'on perd notre capitaine. »


Caen sera privé d'un autre leader en la personne de Nicolas Seube, également suspendu. La bonne nouvelle est contenue dans le retour aux affaires de Laurent Agouazi. Malgré 45 minutes de jeu seulement dans les jambes, après trois mois d'absence, le milieu de terrain défensif sera apte à jouer contre Dijon. « C'est des éléments catalyseurs du groupe. Sa présence est hyper-importante. Il va apporter beaucoup d'expérience et d'envie. » En dehors des deux suspensions qu'il déplore, le Stade Malherbe dispose d'un effectif au complet au meilleur des moments. Seul Thibault Moulin, qui a repris l'entraînement jeudi, manque à l'appel pour des « raisons médicales » sur lesquelles Patrice Garande ne peut communiquer. Les retours de blessure progressifs de Grégory Leca, Neeskens Kebano, Laurent Agouazi et Livio Nabab « permettent de faire des choix et d'avoir un banc de touche capable de faire la différence », souligne de technicien caennais.


Caen dans le sprint avec ses forces vives


Quels choix effectuera Patrice Garande contre Dijon ? Cherchera-t-il avant toute chose la sécurité défensive, conscient que Dijon sera contraint de gagner, donc de se livrer, pour garder ses chances de montée ? Ou bien privilégiera-t-il la piste offensive à domicile, devant un public exigeant ? La qualité de la prestation réalisée devant Angers peut laisser envisager une équipe caennaise d'attaque. « Il faut garder les vertus qu'on a démontrées. On a fait des choses très intéressantes en se procurant des occasions autrement qu'en contre-attaque. Si on montre les mêmes qualités contre Dijon, on les mettra dedans. Je ne sens pas chez les joueurs une quelconque crainte. La pression, on l'avait déjà à Angers. Je n'ai pas de garanties, et aucun entraîneur n'en a, mais le groupe est en confiance. »


Voilà bien longtemps, néanmoins que Caen n'a plus brillé dans son antre. Les Caennais sont-ils tétanisés par un public distant, voire parfois frondeur ? À moins que ce soit l'obligation de faire le jeu qui leur pèse ?Toujours est-il que Patrice Garande chasse tout « syndrome d'Ornano » en se disant « pas du tout inquiet ». « Ce qui compte avant tout, c'est l'attitude et le comportement », précise-t-il. Les attentes des supporters divergent peu.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr