Le retour de Mazure, la revanche de Monard

Envoyer Imprimer PDF
Courseulles vit décidément une époque remarquable. Quelques mois après leur montée en Division d'Honneur, où ils sont déjà quasiment assurés du maintien, les Courseullais ont remporté la Coupe de Basse-Normandie, lundi soir. La finale a eu beau être outrageusement dominée par Alençon, bien supérieur par sa qualité de jeu, Courseulles a fait le dos rond pour s'imposer aux tirs au but (0-0, 3-1). Les deux héros de la soirée s'appellent Sébastien Mazure et Johan Monard.


Sébastien Mazure accueilli en héros

Il l'espérait, il s'en doutait : Sébastien Mazure n'a pas été oublié par le public caennais. L'ancien buteur local a eu droit à un retour triomphal en finale de la Coupe de Basse-Normandie. La remise du trophée à la mi-temps du match Caen - Nantes s'est accompagnée d'une acclamation soutenue. Maz', 43 buts sous le maillot caennais dont 13 en Ligue 1 durant la saison 2004-2005, a versé quelques larmes, submergé par l'émotion. Son équipe lui a offert le plus beau cadeau en remportant la Coupe de Basse-Normandie. Et qu'importe que ce fut contre le cours du jeu, puisqu'Alençon a largement dominé les débats. « Les joueurs n'ont rien lâché jusqu'au bout. Je suis plus que fier de ce qu'ils ont fait. Chacun tire le maximum de lui-même, il y a même un garçon qui a joué avec le bras cassé. Ce match, on l'a gagné avec nos valeurs, au courage. Ce n'est pas nous qui méritions de gagner sur le plan technique et tactique. Alençon nous a été supérieur. Mais j'ai un groupe uni parce qu'il y a des sentiments et des valeurs communes. On les montre sur le terrain et en-dehors. »


Courseulles, qui s'était déplacé avec plusieurs centaines de supporters, n'est pas loin de nager dans le bonheur. « C'est une première historique pour le club, souligne celui qui a pris la responsabilité de l'équipe fanion il y a deux ans. C'est énorme ce qui nous arrive. Pour un club comme le nôtre, cette finale est notre Ligue des Champions. Ce que les joueurs vivent est fantastique. Pour moi, ce ne sont que des émotions. » Sébastien Mazure en a partagées quelques unes avec Nicolas Seube en fin de rencontre, quand son équipe s'est procuré sa meilleure et quasiment seule occasion du match. Il a également discuté avec Jean-François Fortin et Steve Savidan avant la séance de tirs au but. L'homme était dans son jardin, même si le costume-cravate – très élégant – avait remplacé short et maillot. Victime d'une rupture partielle du tendon d'Achille, il était dans l'incapacité de tenir sa place. Déjà, contre Guingamp lors du septième tour de la Coupe de France, il était resté sur le banc pour ne pas priver un seul joueur du rendez-vous exceptionnel. Voir ses joueurs rendre une telle partition contre un possible promu en Ligue 1 avait amplement suffi à son bonheur. « Je m'épanouis pleinement avec ces gars... » En le voyant dans son rôle d'entraîneur, on ne saurait en douter.


Johan Monard a écœuré Alençon

Sa victoire, Courseulles la doit à son abnégation, à un poil de réussite mais aussi, ou surtout, à un homme : Johan Monard. L'expérimenté (34 ans) gardien des Maritimes a réalisé des prouesses dans le temps réglementaire comme lors des tirs au but. « Après les deux-trois premiers arrêts, je savais que j'étais dans mon match. Il ne pouvait rien m'arriver. Sur la séance des tirs au but, le coach m'avait conseillé d'attendre le dernier moment pour partir et ça s'est avéré payant. C'est une superbe revanche pour moi. » Contre Guingamp, Johan Monard s'était blessé après une minute de jeu seulement. Terrible en soi, d'autant que le verdict fut très lourd : rupture des ligaments de la cheville avec arrachement osseux. Le portier est resté sur la touche pendant quatre longs mois. « C'est une grande fierté de faire ce match après cette épreuve. J'ai été soutenu par mon entraîneur, mes parents et mes partenaires. Je les remercie. »


Johan Monard a bien fait de s'accrocher pour vivre l'aventure Coupe de Basse-Normandie, conclue sur un « hold up » retentissant. « On est des voleurs ! » s'esclaffait un de ses partenaires quelques minutes après le match. « Dame Coupe avait choisi son camp, sourit pour sa part le gardien. Alençon était un rouleau compresseur. Ils méritaient largement de l'emporter. Ils ont eu sept ou huit occasions franches, alors que nous en avons eu une seule. On s'est fait dérouler sur le plan physique, athlétique et technique. C'était David contre Goliath, mais on a eu du coeur, une solidarité énorme. » À entendre Johan Monard, les résultats obtenus depuis deux ans – montée en DH, 7ème tour de Coupe de France, victoire en Coupe de Basse-Normandie – doivent beaucoup à l'homme qui a pris en main les destinées de l'équipe. « C'est l'effet Mazure, tout simplement. Quand il est arrivé, il a exposé son projet de jeu et les gars ont adopté. Depuis, l'aventure continue... » Et elle est très belle.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr