Caen s'accroche à son « infime chance »

Envoyer Imprimer PDF

Football. Châteauroux – Caen, 37ème journée de Ligue 2 (ce soir, 20h30). Si Caen avait battu Nantes lundi dernier, son déplacement à Châteauroux aurait passionné des dizaines de milliers de supporters. Depuis son revers face au deuxième de Ligue 2, l'affiche ne fait plus rêver grand-monde. Les Caennais, pourtant, assurent qu'ils se battront jusqu'au bout. Un infime espoir de montée perdure...


« Moi, je dis qu'il faut y croire ! » Romain Poyet n'a pas perdu tout espoir. Si les Caennais n'ont plus qu'une « infime chance » de monter en Ligue 1 depuis leur défaite contre Nantes, ils veulent au moins l'exploiter à fond. « Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir, rappelle l'ancien attaquant brestois. Même si beaucoup de personnes pensent que c'est terminé, un concours de circonstances reste possible. Quoi qu'il arrive, il faut aller à Châteauroux pour gagner par respect pour les autres équipes qui jouent le maintien. On est des compétiteurs. Même si on a pris un gros coup sur la tête après le match de Nantes, on va jouer à fond. » Avec cinq points de retard sur Guingamp, troisième, et un sur Angers, quatrième, le Stade Malherbe est loin d'avoir son destin en main. Pour qu'un espoir d'accession perdure à l'issue de l'avant-dernière journée de Ligue 2, il faudrait que Guingamp et Angers ne gagnent pas, respectivement contre Ajaccio (sur terrain neutre, à Gueugnon) et Tours. Les Corses et les Tourangeaux n'ont plus rien à jouer, les premiers étant d'ores et déjà relégués tandis que les seconds sont solidement positionnés en milieu de tableau. On imagine mal ce scénario, d'autant qu'en parallèle Caen doit surtout battre Châteauroux.


Sur le papier, cela n'a rien d'une mission impossible. Les Berrichons ne pointent qu'au treizième rang du classement et ne sont pas encore mathématiquement sauvés. « Ils jouent sur un terrain synthétique, indique Patrice Garande. Seules deux équipes ont gagné là-bas cette saison (Angers et Nantes, ndlr). Il leur manquera un point pour s'assurer du maintien au moment de débuter le match. Ce sera difficile, comme tous les matchs de Ligue 2. Les deux équipes ont encore quelque chose à jouer. Il existe encore des possibilités pour nous. » Les Caennais le martèlent : ils ne vont pas à Châteauroux « pour [se] promener ». Reste que la remobilisation sera difficile après l'immense déception subie lundi dernier. « On n'a pas eu le temps de bien digérer, reconnaît Romain Poyet. Ça a été très dur le soir, le lendemain. On n'a pas tous bien dormis. On essaie de faire des choses plus ludiques à l'entraînement, pas mal de jeu. » Patrice Garande affirme avoir retrouvé « beaucoup d'envie et de qualité », hier en séance. Il a d'ailleurs fait le choix de reconduire le même groupe que celui sélectionné face à Nantes, puisque le seul changement est dû à une blessure (Kim remplace Mathieu Duhamel, touché à la cheville). L'entraîneur caennais a-t-il songé à faire appel aux jeunes ? « Ils sont carbos », estime-t-il en évoquant notamment Thomas Lemar.


Le Stade Malherbe terminera la saison avec « les gens qui sont dans l'esprit » et la contre-performance réalisée contre Nantes n'y change rien. « Ils vont jouer le coup à fond. Je suis persuadé qu'ils vont aller à Châteauroux pour gagner. » Entre les intentions et les actes, dans ce genre de situation, le fossé peut être conséquent. La réponse sera connue ce soir pour Caen.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr