Karim Bouaziz : « Redevenir plus humble et conquérant »

Envoyer Imprimer PDF
L'USON Mondeville évoluera en Division d'Honneur la saison prochaine après plus de dix années passées dans le giron fédéral. Un match nul contre La Chapelle des Marais samedi dernier a scellé le sort du club présidé par Karim Bouaziz. Ce dernier reconnaît que la descente en championnat régional est un petit choc, mais qui mérite d'être relativisé.


Interview réalisée samedi dernier à l'issue du match contre La Chapelle.

On vous imagine sous le choc après la relégation de Mondeville en Division d'Honneur. On avait du mal à concevoir une telle issue...

Nous les premiers ! Le club n'avait pas, ou très peu, pensé à cela. Ça fait drôle. C'est un aléas dans la vie d'un club. Cela fait partie du sport. C'est difficile à encaisser, mais quand vous faites match nul contre le dernier, est-ce que votre place n'est pas méritée ? C'est la question qu'on se pose. Il faut redevenir conquérant et un peu plus humble. Peut-être a-t-on manqué d'humilité sur certains matchs. Il n'y a pas plus d'aigreur que ça. Dans la vie d'un président, il y a des choses très intéressantes. Cette saison, on a eu la victoire à Vitré ou le très bon match contre Châteauroux en coupe. C'est un club de 490 licenciés, il y a des bases, on saura largement s'en remettre.


Comment expliquez-vous l'irrégularité de votre équipe cette saison ?

À chaud, je ne vois pas d'explication. J'en subodore quelques unes mais je vais prendre du recul. C'est justement le paradoxe de cette équipe, et de ce club sans doute. On est capable de faire des choses extraordinaires et d'aller au trou, comme aujourd'hui. Après, il y a des choses beaucoup plus graves dans la vie. Ce qui nous arrive va peut-être nous permettre de travailler différemment, de repartir sur un nouveau projet. Le comité directeur va travailler dessus. On va repartir avec nos jeunes et essayer de garder les cadres. La déception de ne pas s'être maintenu est grandes. Mais mes pensées vont aussi vers l'équipe B, qui était en tête de son championnat de DSR et qui ne pourra pas monter.


Vous pouviez prétendre à un bon milieu de tableau avec l'effectif que vous aviez cette saison...

Tout à fait. Il est vrai qu'on pouvait prétendre à jouer le haut du milieu de tableau. Peut-être que la mayonnaise n'a pas pris entre les gens. Il y a eu un départ pour raison professionnelle (Benjamin Mathan), des blessures... Tous les clubs sont sujets à cela. Avec notre effectif un peu plus serré, on en a peut-être pâti un peu plus.


Peut-on s'attendre à ce que vous survoliez la saison en Division d'Honneur ?

Pas du tout ! Il faut raison garder. On va repartir sur d'autres bases, mais ça c'est de la cuisine interne. On va rapidement voir tout le monde, les joueurs et le staff. Il faudra faire attention à notre budget. Cela va avoir des incidences. On va retravailler un projet en insistant sur la formation, que nous avons déjà. Quand votre équipe est première de DSR, vos U19 dans les trois premiers de DH et les U17 ont joué en National cette année, ça veut dire quelque chose. Le club est sain. Je suis très confiant.


Jean-François Péron a un CDI ici. Cela veut-il dire qu'il va rester ?

On va se voir et on va décider de la marche à suivre, de son côté comme du nôtre. Ce sera une concertation. Il faut que les uns et les autres soient le plus clair possible, qu'il n'y ait pas d’ambiguïté. Il va falloir réfléchir très vite pour préparer la saison prochaine. C'est une remise en cause à tous les niveaux. On se laisse dix jours. (Jean-François Péron a été confirmé dans ses fonctions entre temps, ndlr)

 

Au niveau des joueurs, peut-on s'attendre à ce qu'il y ait beaucoup de départs ?

Je ne suis pas dans la tête des joueurs. Je vais les rencontrer sous quinze jours. Ils décideront. Peut-être qu'il y en a qui ne supporteront pas le fait que le club devra faire des économies. Notre principal sponsor est la commune. On va rencontrer la mairie pour voir ce qui va se passer. Nous quittons le giron fédéral pour la première fois depuis longtemps. Je suis un peu amer là-dessus. Le reste... On a inauguré l'espace Quentin-Margueritte avant le match contre La Chapelle des Marais. Ça, c'est beaucoup plus important que le reste.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr