À Hérouville, l'image et le maintien vont de pair

Envoyer Imprimer PDF

Les éléments eux-mêmes seraient-ils contre Hérouville ? Initialement prévue lundi, la reprise de l'entraînement du Sporting Club Hérouvillais a dû être décalée d'une journée en raison des violents orages ayant frappé Caen et son agglomération proche. C'est un promu renforcé qui a donc débuté la préparation physique hier. Les arrivées de Ramzi Tarcoun, Charles Masiala et Pierre Sorin ne seront pas de trop pour se maintenir en CFA 2.


Transferts : trois gros coups et quatre paris.

Éric Fouda voulait s'attacher les services de quatre joueurs confirmés pour affronter le CFA 2. Il n'en a recruté que trois, mais pas des moindres. Avec Ramzi Tarchoun, Charles Masiala et Pierre Sorin, Hérouville s'est clairement renforcé sur les trois lignes. Ramzi Tarchoun, « homme de caractère », parfois à l'excès puisqu'il a été suspendu dix matchs la saison dernière, arrive tout droit de Saint-Lô (CFA 2). « C'est le buteur par excellence, avance Éric Fouda. Il marque en moyenne un but tous les deux matchs depuis dix ans. C'est une force de la nature. » Intronisé capitaine la saison dernière dans la Manche, Ramzi Tarchoun apportera son expérience en plus de ses qualités sportives. Et puis, à 30 ans, il n'a jamais connu de descente, dit-il. Ça peut toujours aider... Charles Masiala, 1m88 pour 86 kg, a lui aussi un joli vécu, essentiellement en CFA. Cet enfant du pays, formé au SCH et au Stade Malherbe, était un élément majeur d'Avranches la saison dernière. En proie à des difficultés financières, son ancien club a dû le laisser filer et Hérouville a récolté la mise. « Son retour ne me surprend pas, commente Éric Fouda. C'est un garçon que j'ai vu grandir. J'ai toujours voulu avoir Ramzi et Charles dans mon équipe. J'avais essayé de les recruter à Quevilly mais ça n'avait pas pu se faire. Il a fallu que j'attende d'être à Hérouville et qu'on joue le maintien en CFA 2 pour que ça se concrétise. » Éric Fouda peut sourire. À l'époque, il coachait pourtant un club de CFA. La plus grande satisfaction du technicien semble pourtant résider dans une autre arrivée, celle de Pierre Sorin. Alors qu'une vague de départs a frappé Mondeville suite à la descente en Division d'Honneur, le latéral droit est le seul à avoir parcouru les quelques kilomètres qui séparent les deux villes de l'agglomération caennaise. « Son recrutement montre qu'on est capable d'aller chercher le meilleur défenseur actuellement sur le marché. C'est une petite fierté. »

Hérouville a recruté « deux autres types de joueurs ». L'attaquant Thibault Moualek et le défenseur Thomas Vancaeyezeele, qui prendront bientôt 19 ans, appartiennent à la catégorie des « paris ». La saison dernière, ils évoluaient en U19 au Stade Malherbe. Nairi Ramdhane et Yacin Zeroual arrivent pour leur part de DH. Le premier était à la MOS la saison dernière, le second à Dives. Si Nairi Ramdhane séduit essentiellement pour sa qualité de frappe, Yacin Zeroual est apprécié pour ses qualités techniques hors du commun. « Pour moi, c'est le plus grand talent potentiel que j'ai vu à Hérouville, soutient Éric Fouda. Il peut être la très bonne surprise de l'année s'il arrive à prendre de la maturité. » Avec ces sept mutés, Hérouville semble en mesure d'atteindre ses objectifs.


Le maintien comme objectif.

Comme tout bon promu qui se respecte, Hérouville luttera avant tout pour le maintien cette saison. Pour ce faire, il lui faudra éviter une des trois dernières places de sa poule H, celle de la Bretagne et de Saint-Lô, où figurent cinq équipes réserves. « On est prêts à ne pas vouloir descendre et à assumer le regard des autres, indique Éric Fouda. On va être attendu. » Persuadé que sa montée en CFA 2 était loin d'être désirée dans le football bas-normand, Hérouville est impatient de montrer ce dont il est capable à l'échelon national. « Tout le monde attendait qu'Alençon nous passe devant la saison dernière », soutient l'entraîneur hérouvillais. Néanmoins, ce n'est pas l'esprit de revanche qui anime l'ancien technicien de Quevilly. « Le plus important pour nous, c'est l'image qu'on va devoir dégager. En DH, on a fini deuxième ou troisième du classement du fair-play. L'idée est de continuer de redorer le blason, de reconstruire le club en profondeur. On a déjà restructuré pas mal de choses avant les vacances. On ne peut plus laisser passer certaines choses aujourd'hui. Notre stratégie est à la fois sportive et éducative. Il y a un gros chantier et je tiens à montrer l'exemple en équipe première. » Le changement préconisé par Éric Fouda concerne notamment la « mixité sociale et ethnique ». C'est aussi à ce titre qu'il se réjouit de l'arrivée de Pierre Sorin, « un joueur qui représente le sens qu'on veut donner à notre recrutement ». Hérouville ne peut plus être un club de quartier extrêmement communautaire en CFA 2.

L'ouverture préconisée sur le plan social s'accompagne d'un mouvement similaire mais imposé d'un point de vue géographique. Hérouville jouera à Venoix la saison prochaine, son stade à Prestavoine n'étant pas homologué. Les Hérouvillais vont perdre un atout majeur : leur synthétique. « Nos demandes en-dehors de Caen ont été refusées, précise Éric Fouda un brin dépité. Les terrains de la MOS et des PTT n'étaient pas non plus homologués. Il ne restait plus que Venoix. On a eu chaud. »

En stage à Nantes du 28 au 31 juillet, Hérouville jouera son premier match amical contre Saint-Lô le 31. Il enchaînera ensuite au rythme d'une rencontre tous les trois jours. Quevilly (réserve), Bayeux, Alençon Evreux et la réserve de Malherbe sont au programme. Le championnat débutera le samedi 24 août par un déplacement à Laval.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr