Les Dragon Ladies vont ramer contre le cancer

Envoyer Imprimer PDF
Le Hérouville Caen Canoë-Kayak organisera à partir de la mi-septembre des sessions hebdomadaires de dragon boat à destination des femmes luttant ou ayant lutté contre le cancer. L’activité, en plein développement, ne manque pas d’atouts…

 

Ramer ensemble contre la maladie, c'est ce que proposera bientôt le club d'Hérouville Caen Canoë-Kayak. À partir du mois prochain, les femmes luttant ou ayant lutté contre le cancer auront la possibilité de faire équipe sur un dragon boat. « On n'a rien inventé, précise Jean-Luc Mottais, président du HCCK. La première équipe a vu le jour à Reims. D'autres ont été créées ensuite, notamment à Nantes. C'est le sport au service de la santé. L'idée est de permettre à des femmes de se retrouver entre elles autour d'une activité ludique et sportive et, par la suite, d'aller rencontrer d'autres équipes. » Voilà plus d’un an que le club caennais travaille en collaboration avec l’espace de rencontres et d’information (ERI) du centre François Baclesse et la Ligue contre le cancer. Les prémices du projet remontent même au mois d’octobre 2011 dans le cadre du Ruban de l’espoir. Le 3 octobre, en cette journée de sensibilisation contre le cancer du sein, un dragon boat avait été mis à l’eau dans le port de Caen. « Ça avait beaucoup plu, se souvient Yoann Deschemaeker, directeur sportif du HCKK à l’initiative du projet. On a eu envie de lancer une activité autour de ça. La mise en place a été assez longue car il fallait s’assurer de pas mal de choses d’un point de vue médical. »

 

Pour Madame Dubois, membre de la Ligue contre le cancer, « la pratique d’une activité physique donne plus de chances physiquement et moralement pour lutter contre la maladie ». L’idée de constituer des équipes de femmes luttant ou ayant lutté contre le cancer a vu le jour dans l’université de Vancouver il y a près d’un demi-siècle. Aujourd’hui, plus de 150 équipes sont répertoriées de par le monde. Embarcation ancestrale arrivée tout droit de Chine, le dragon boat avance à la force des bras et accueille généralement vingt rameurs ou rameuses. C’est une pirogue de douze mètres de long surmontée d’une tête de dragon. Si la pratique n'est pas un traitement contre le cancer, elle permet de mieux vivre avec et offre des atouts supplémentaires dans le combat pour la guérison. « Les médecins nous ont appuyés, précise Yoann Deschemaeker. Ils s'y intéressent de plus en plus. » Les bienfaits du dragon boat sont visibles d'un point de vue biologique, psychologique et social.

 

Financé par le Conseil général à hauteur de 12 000 euros, le bateau sera de sortie tous les samedis matins à partir du 14 septembre. « Dans un premier temps, les femmes qui nous rejoindront seront amenées à découvrir le bateau et l'élément aquatique. Ensuite, elles apprendront à faire le bon geste et à bien se positionner. » Peut-être participeront-elles plus tard à la Vogalonda, une grande manifestation organisée au travers des canaux vénitiens, lors de laquelle se réunissent chaque année plusieurs équipages de Dragon Ladies.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr