Hérouville, une défaite pour apprendre

Envoyer Imprimer PDF
Football. Laval (B) 2 – 0 Hérouville, 1ère journée de CFA 2. Hérouville a manqué ses débuts en CFA 2. A en croire Éric Fouda (photo), c’est même peu de le dire tant les Calvadosiens ont subi la très forte domination lavalloise, dimanche après-midi. Le SCH a pris conscience du chemin qui lui restait à parcourir au niveau fédéral, tant sur le terrain qu’en-dehors. « Il y a une grosse remise en question à faire de la part de tout le monde », estime son entraîneur.

 

« Le score est très flatteur. » Rares sont les entraîneurs vaincus à tenir ce genre de discours. Éric Fouda, pourtant, ne cache pas que son équipe aurait pu s’incliner bien plus largement dimanche dernier face à Laval (2-0). « Ils ont eu huit occasions très franches dans le match, reconnaît le technicien hérouvillais. Nous, deux. Ce n’est pas énorme... » Les Mayennais auraient pu payer en début de deuxième période l’inefficacité flagrante dont ils avaient fait preuve auparavant. Hérouville a connu son seul temps fort de la rencontre au retour des vestiaires, sans néanmoins inquiéter réellement les Tango. Mais alors qu’ils avaient manqué des situations beaucoup plus faciles auparavant, ces derniers ont trouvé la faille dans une position délicate par Militosyan (52’). « Le match est alors devenu débridé mais Laval est resté beaucoup plus dangereux que nous », reconnaît Éric Fouda. Les locaux, promus comme Hérouville en CFA 2, ont tué la rencontre sur penalty (86’).

 

Pour Éric Fouda, cette première défaite trouve de multiples explications. « La première d’entre elles est que nous sommes tombés sur plus forts que nous. Notre entame de match a été catastrophique en raison d’erreurs individuelles anormales à ce niveau de compétition. Ces défaillances individuelles me font poser beaucoup de questions. Certains joueurs qui étaient au-dessus en Division d’Honneur ont beaucoup souffert. Je pensais que certains tireraient le groupe vers le haut, or je m’aperçois qu’ils n’arrivent pas à hisser leur niveau de jeu. S’ils n’arrivent pas à corriger cela, ce sera très problématique. Je m’attendais au déficit physique. Ce qui est plus inquiétant, ce sont les prises de risque près de notre but, les erreurs techniques… On n’a pas, non plus, réussi à nous appuyer sur notre organisation tactique. » Éric Fouda lui-même ne s’exonère pas de tout reproche dans sa composition d’équipe, lui qui a opté pour deux changements dès la demi-heure de jeu (Pierre Sorin, de retour de blessure, a été remplacé par Régis Étari tandis que Uriel Étari a dû céder sa place à Ramzi Tarchoun).

 

« On est en plein amateurisme »

 

Au-delà de l’aspect sportif, l’ancien technicien pointe du doigt d’autres défaillances. « Le déplacement a été catastrophique. On est en plein amateurisme dans notre fonctionnement. Il faut qu’on grandisse. Si on veut se maintenir, on doit faire preuve de plus de professionnalisme. Il y a une grosse remise en question à faire de la part de tout le monde. » Et pour cause ! Les Hérouvillais ont dû aller récupérer une licence oubliée à la dernière minute, sont partis avec une heure de retard, ont mangé une demi-heure plus tard que l’horaire prévu (si bien que les trois heures nécessaires à la digestion n’étaient pas écoulées au coup d’envoi)… « Tout cela n’est pas tolérable, constate froidement Éric Fouda. On ne se déplace plus à Bayeux ou Ifs. La défaite à Laval résume beaucoup d’erreurs au niveau de l’organisation, du coach et des joueurs. Ces derniers doivent aussi faire plus attention à leur hygiène de vie la veille du match… » Hérouville, ou du moins certains de ses joueurs, découvre sur le tas les exigences du CFA 2.

 

Les Hérouvillais ont tout intérêt à apprendre vite puisqu’une autre réserve professionnelle les attend. Lorient, qui a dû se contenter d’un nul le week-end dernier contre Saint-Lô, aura certainement quelques atouts de plus que Laval. « On va gagner dix minutes sur le plan physique, estime Éric Fouda. Ce qu’on doit impérativement améliorer, c’est notre rigueur. On ne peut plus partir sur des chevauchées quand on est défenseur central… Il faudra montrer plus d’intelligence dans notre jeu et restreindre les erreurs individuelles. Je ne devrai pas non plus me tromper sur le onze de départ… » En somme, le Sporting Club Hérouvillais a une marge de progression aussi vaste que variée. Son effectif, privé pour deux matchs encore du maître à jouer Samir Alla, reste de très bonne qualité. Une fois le rodage effectué, Hérouville aura son mot à dire.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr