Auxerre élimine sèchement le Stade Malherbe

Envoyer Imprimer PDF

Football. Caen 0 – 3 Auxerre, 2ème tour de la Coupe de la Ligue. Le Stade Malherbe a concédé sa deuxième défaite en quatre jours, ce mardi soir devant Auxerre. Les Caennais n’ont jamais su imprimer un rythme soutenu à la partie et ont été éliminés logiquement de la Coupe de la Ligue. Auxerre a ouvert la marque à la demi-heure de jeu sur une frappe splendide de Paul-Georges Ntep, doublé la mise à l’amorce du dernier quart d’heure et enfoncé le clou en contre dans les arrêts de jeu. Les Caennais sont restés impuissants.

 

Le Stade Malherbe s’était fixé un objectif clair en Coupe de la Ligue : franchir les deux premiers tours. En perdant ce mardi soir face à Auxerre, il a donc subi son premier échec de la saison. La domination d’ensemble des Caennais est restée stérile, à l’inverse du réalisme dont ont fait preuve leurs adversaires. Sans Dennis Appiah, Molla Wagué, N’Golo Kanté et Mathieu Duhamel, tous préservés car légèrement touchés physiquement, Caen est néanmoins apparu très loin de son rendement habituel. Auxerre s’est parfaitement saisi de l’aubaine.

 

Du retard à l’allumage

 

Le coup-franc de Jérôme Rothen dévié au ras de son but par un défenseur adversaire (1’) laissait pourtant présager un meilleur scénario pour Caen. Très vite, cependant, les Auxerrois allaient mettre le pied sur le ballon et endormir quelque peu leurs concurrents. Damien Perquis était d’ailleurs le premier des deux gardiens à intervenir sur une frappe de Prince Segbefia (10’). Les Caennais peinaient à se trouver et perdaient trop de ballons dans la construction, à l’image d’un Jérôme Rothen inhabituellement brouillon. À mesure que les minutes défilaient, Caen se montrait néanmoins plus insistant. L’intensité s’élevait, les centres se faisaient plus précis, mais les occasions réelles manquaient toujours à l’appel. Jonathan Kodjia ne parvenait pas à concrétiser la première situation caennaise dans le jeu, sa tête passant au-dessus de la barre (24’). Mathias Autret n’était pas plus heureux dans sa tentative de lob sur Donovan Léon, alors que ce dernier avait manqué sa sortie à l’entrée de la surface (27’).

 

En dépit d’une prestation assez terne, Caen semblait avoir pris le dessus quand Paul-Georges Ntep fit son petit festival. Peu attaqué par les quatre ou cinq Caennais l’encadrant, le jeune auxerrois décochait une frappe exceptionnelle dans la lucarne de Damien Perquis (0-1, 30’). Laurent Agouazi tentait de sortir ses partenaires de l’apathie en appuyant un tacle dans la foulée (ce qui lui valut un carton jaune), mais c’est Auxerre qui frôlait le deuxième but par Prince Sagbefia (33’). Caen poussait avant de rejoindre le vestiaire mais Fayçal Fajr (38’), Livio Nabab (44’) et Laurent Agouazi (but refusé sur hors-jeu, 45’+2) manquaient successivement l’égalisation. Ce n’était pas faute d’avoir essayé, après une première demi-heure de jeu plus insipide. Mais les Caennais n’étaient pas assez tueurs…

 

Cher payé quand même…

 

Caen conservait sa mainmise sur la rencontre en début de deuxième période et semblait passer la vitesse supérieure avec Jonathan Kodjia (50’), Laurent Agouazi d’une retournée acrobatique inattendue mais claquée en corner par le gardien (53’) et Jérôme Rothen d’un coup-franc non cadré (55’). Jonathan Kodjia, toujours très actif, s’écroulant dans la surface après s’être ouvert le chemin du but d’un remarquable contrôle orienté. Il n’y avait visiblement pas pénalty. Fayçal Fajr, peu vu à son avantage, apportait sa pierre à l’édifice d’un centre vicieux (68’). Sans produire son meilleur football, loin de là, Caen dominait les débats. Auxerre allait attendre l’amorce du dernier quart d’heure pour pointer de nouveau son nez devant le but de Damien Perquis. Mais de quelle manière… Adama Coulibaly coupait de la tête un corner bien frappé et offrait le break à sa formation (0-2, 75’).

 

Le retard semblait impossible à rattraper pour des Caennais accusant clairement le coup. Malgré les entrées en jeu de Lenny Nangis, Thomas Lemar et Jonathan Beaulieu, le jeu malherbiste manquait de folie pour déstabiliser la solide arrière-garde bourguignonne. Alors que la tentative de Lenny Nangis passait de peu à côté du cadre auxerrois, Frédéric Sammaritano ne ratait pas le coche en contre-attaque (0-3, 90’+2). Le 3-0 est cher payé pour Caen, mais la défaite n’est pas illogique.

 

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr