Pour guérir, Caen doit enchaîner

Envoyer Imprimer PDF
Football. Clermont – Caen, 8ème journée de Ligue 2 (ce soir, 20h55). Le Stade Malherbe saura ce soir si sa guérison est en bonne voie ou non. Si les Caennais parviennent à s'imposer contre Clermont, septième du classement mais sans victoire depuis la mi-août, ils seront bel et bien sortis de la mauvaise passe qu'ils ont traversée pendant quelques semaines. En cas de défaite, les doutes réapparaîtront.


« Si c'est juste une réaction parce qu'on a été piqué dans notre orgueil et qu'on s'arrête ensuite, on n'a rien compris. On a retrouvé un peu de sérénité mais tout reste à faire. Quand on aura enchaîné trois-quatre résultats de suite, on pourra dire qu'on est guéris. » Le message de Patrice Garande est aussi clair que prudent. Vainqueur de Niort vendredi dernier après quatre défaites consécutives, le Stade Malherbe est à mille lieues de s'enflammer. Le déplacement à Clermont, sans victoire depuis son excellent début de saison (neuf points sur neuf) ressemble plus à un piège qu'à une partie de plaisir. Caen en a parfaitement conscience. « Le match contre Niort a été réconfortant. Maintenant, il faut confirmer. C'est une bonne chose d'enchaîner tout de suite, même si cette semaine à trois matchs pose un problème de gestion. On se retrouve contre une autre équipe, avec un autre style de jeu, dans un autre contexte. Clermont est une équipe très bien organisée sur le plan défensif. Elle a un jeu plus direct que Niort. C'est une formation capable de poser des problèmes à tout le monde, avec des individualités qui peuvent faire la différence. Il faudra être présent si in ne veut pas avoir de mauvaise surprise. J'attends encore quelque chose en plus par rapport au match de Niort. »


Toujours privé de Mathias Autret, Patrice Garande pourrait être tenté de réutiliser le schéma en 4-3-2-1 efficace contre Niort. « Mon souci est toujours d'avoir une équipe équilibrée et que les joueurs soient dans le meilleur état d'esprit possible, expose le coach caennais. Je vais prendre le temps de la réflexion. » Une chose est sûre : Jean-Jacques Pierre remplacera Felipe Saad, suspendu, en défense centrale. Pour le reste, le staff caennais a plusieurs cartouches, notamment chez les jeunes. Thomas Lemar a fait belle impression lors de son entrée en jeu contre Niort. Lenny Nangis ronge son frein sur le banc. Et Fodé Koïta revient de suspension. Au-delà des choix d'individus, Caen doit s'inscrire dans la continuité de Niort en corrigeant certains défauts. « On a retrouvé de la solidarité, même si tout n'a pas été parfait, indique Jonathan Kodjia. On manque encore de justesse technique et d'application dans le dernier geste. Mais il faut garder cette solidarité et cette envie. On sait ce que notre mauvaise passe a pu créer au sein du groupe. On est reparti à zéro. Il ne faut pas revivre ça. » La convalescence caennaise est encore fragile, mais une victoire ramènerait les Malherbistes sur la deuxième marche du podium.


Le classement est encore loin de s'être décanté. Dijon, douzième n'est qu'à trois longueurs de Caen, quatrième. « Il y a une petite éclaircie mais la saison est un marathon », prévient Damien Perquis. Le championnat, actuellement dominé par Angers, promet d'être très longtemps indécis. « Je pense qu'il n'y a pas d'équipe au-dessus, avance Patrice Garande. Ça se tient. Il y a même des équipes en difficulté qui proposent des choses intéressantes, comme Laval et Bastia (les deux derniers, ndlr). Ce ne sera une partie de plaisir contre personne. Et ça va être compliqué pour tout le monde. On le voit avec Lens. » Pour l'heure, alors que le premier quart de saison approche doucement, la priorité est d'enchaîner à Clermont.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr