Ifs, nouveau-né du foot féminin local

Envoyer Imprimer PDF
Dans un paysage plutôt morose, à l'exception notoire de la dynamique entretenue par Condé/Noireau, le football féminin bas-normand s'est enrichi dernièrement d'un nouvel arrivant. Ifs dispose désormais de sa section féminine, contrainte cependant d'évoluer dans le championnat de Calvados à huit. L'AS Ifs, qui jouera son premier match officiel dimanche à Condé, entend bien rejoindre la Division d'Honneur dès la saison prochaine.


Olivier Cahoreau a tenu sa parole. Le conflit ouvert et violent qui l'a opposé à Cormelles en fin de saison dernière a débouché sur la création d'une nouvelle structure féminine au sud de Caen. L'ancien président cormellois, qui avait été poussé à la démission quelques jours avant une assemblée générale boudée par la section féminine de l'ESC, a rebondi à quelques kilomètres, du côté d'Ifs. « Pourquoi Ifs ? Parce que j'habite à cent mètres du stade. J'ai proposé mon projet au président, qui l'a accepté. Nous avons été accueillis à bras ouverts. » Ifs, qui pensait au foot féminin depuis deux ans sans oser franchir le pas, a probablement vu comme une aubaine l'arrivée d'un package complet : un dirigeant expérimenté en la personne d'Olivier Cahoreau, un entraîneur ayant déjà coaché en D2 avec Vincent Lehay et, surtout, des joueuses !


Du foot à huit à défaut de DH...


Comme prévu, presque tout ce beau monde arrive d'une même provenance : l'ES Cormelles. Ifs dans sa version féminine est la conséquence de la scission provoquée par la tempête traversée il y a trois mois. Les trois-quarts de l'équipe ifoise sont d'anciennes joueuses de l'équipe réserve de Cormelles. Quelques unes évoluaient en U19 national. « Les autres sont de nouvelles joueuses, expose Olivier Cahoreau, officiellement entraîneur adjoint. Il n'y a pas de joueuse de D2 sauf Stéphanie Marie, qui avait arrêté l'hiver dernier. On a même poussé des joueuses à rester à Cormelles malgré leurs réticences. Ça ne leur aurait servi à rien de venir en foot à huit. » Ifs n'avait pas non plus besoin de leur apport puisque son effectif est déjà riche de plus de quinze éléments. Tous, cependant, n'ont pas encore leur licence en bonne et due forme. Leur départ n'ayant pas eu lieu durant la période des mutations, Cormelles fait blocage.


Même si l'AS Ifs se garde bien d'insister sur le sujet, les différends restent profonds entre les deux voisins. Cormelles accuse son nouveau rival d'avoir essayé de le couler tandis qu'Ifs lui reproche de lui mettre des bâtons dans les roues. Cormelles aurait influencé la Ligue de Basse-Normandie pour interdire à Ifs l'inscription en Division d'Honneur. « Ils se sont réunis pour en parler », affirme Olivier Cahoreau. De fait, si Ifs se retrouve à huit, c'est bien contre sa volonté. À l'origine, c'est en foot à onze que l'équipe voulait s'engager. Avec quasiment que des joueuses mutées dans ses rangs, cela s'est révélé impossible. « On voulait être en DH dès cette saison, simplement pour jouer et étoffer le championnat. On était prêt à perdre tous nos matchs 3-0 sans payer les frais liés aux forfaits. Réglementairement, nous ne pouvions pas. » Ifs devait commencer, en toute logique, au plus bas niveau du foot à 11 : la Promotion d'Honneur. Sauf que la PH n'a pas vu le jour cette saison, les quelques survivants de ce niveau dépossédé des équipes de la Manche (qui a créé son propre championnat district) ayant été reversées en DH. Une aubaine pour Ifs ? Il s'est avéré que non. « La commission de gestion des compétitions nous a déboutés car nous ne nous étions pas engagés dans les temps et nos licences n'étaient pas prêtes. Mais comment pouvions-nous nous engager dans les temps sans savoir si notre première demande était acceptée et s'il allait y avoir un championnat en PH ? »


« Un travail de longue haleine »


Ifs a pourtant dû se résoudre à démarrer tout en bas de l'échelle du foot féminin, au niveau district et à huit. Au moins le club parrainé parrainé par l'internationale Julie Morel peut y nourrir des ambitions. Il a dominé le tournoi de pré-rentrée disputé à Houlgate il y a deux semaines et compte bien poursuivre sur sa lancée. « On était prêts à faire une saison blanche mais là nous allons pouvoir avoir des ambitions sportives, expose Olivier Cahoreau, qui entraîne aussi une équipe de U6-U9 à Ifs. Les filles sont motivées. Normalement, la PH débutera en février. Je suis sceptique, j'ai peur qu'il manque des équipes. Si en tout cas la compétition a bien lieu, nous l’intégrerons pour pouvoir monter ensuite en DH. L'objectif est d'y être la saison prochaine. » Ifs se retrouvera alors à son réel niveau et la DH en sera renforcée. La suite ? Ifs assure ne pas y penser encore. « On est des passionnés de foot féminin et des compétiteurs, mais on sait qu'il est très compliqué de sortir de la DH. Pour l'instant, on ne se projette pas. Par contre, on prépare les choses. C'est un travail de longue haleine. La structure étant là à Ifs, ça me paraît néanmoins moins difficile. On y va doucement. Je suis fatigué d'avoir été considéré comme le responsable du mal-être du foot féminin à Cormelles. J'aspire simplement à ce qu'on nous laisse travailler tranquillement. » 


En parallèle au championnat à huit, qui débutera par un choc au sommet contre la réserve de Condé dimanche, Ifs multiplie les matchs amicaux à onze. Mardi soir, les Ifoises ont ainsi tenu tête aux joueuses de l'Avant Garde Caennaise, pensionnaire de DH (défaite 1-0). « Le but est d'être opérationnel le plus vite possible à onze », annonce Olivier Cahoreau. Avec un groupe dans l'ensemble expérimenté, où beaucoup de joueuses comptent de nombreuses années de DH derrière elles, Ifs est bien parti dans cette quête...

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr