DH : une tendance se dégage

Envoyer Imprimer PDF

Beaucoup de buts inscrits lors de cette 7ème journée (24 au total), peu de surprises sur les différents panneaux d'affichage, et une tendance qui commence assez nettement à se dégager. Granville toujours aussi dominateur, parvient à maintenir à distance un mini-groupe composé de Alençon, Bayeux, Ducey et Trouville-Deauville (tous vainqueurs ce week-end). Dans le bas de tableau, le chemin du maintien apparaît d'ores et déjà tortueux pour Courseulles, Cherbourg, Avranches et Ifs.


 

 

FC BAYEUX - FC FLERS 3 - 1

Match de haut de tableau au stade Henry Jeanne entre deux équipes qui restaient sur deux victoires sans appel lors de la journée précédente puisque les joueurs de Christophe Vingtrois s'étaient largement imposés à Coutances (5-0) pendant que les ornais avaient fait exploser la réserve cherbourgeoise sur le score de 6 à 1.

L'entame de match était clairement à l'avantage des locaux qui affichaient un certain mordant dans leurs intentions offensives, conjugué à un bloc flérien très rapidement sur le reculoir. Et dès la 7ème minute, les hostilités étaient déclenchées par un Florian Lair bien lancé sur le côté droit, qui prenait les défenseurs flériens de vitesse et rentrait dans la surface pour ajuster d'une magnifique demi-volée un Monzon par forcément bien placé sur ce coup là. La partie était lancée et les bayeusains étaient à deux doigts de faire le break lorsque Ballard percutait dans l'axe, éliminait plusieurs adversaires avant de venir buter sur le gardien visiteur (16ème). Les ornais se procuraient tout de même quelques occasions mais le manque de justesse technique dans le dernier geste, l'excès de précipitation ou le talent de Bazire rendaient la révolte stérile. Ce sont même les coéquipiers de Cointre qui allaient breaker par Hatchi (particulièrement en vue samedi) bien décalé par Ballard (2-0, 27ème). Mickaël Derouet, le coach ornais, affichait son mécontentement à ses troupes en procédant à trois changements simultanés à la 34ème. Les derniers instants de la première période étaient cependant à l'avantage des Flériens qui rataient le coche par un Mendy aussi maladroit que nonchalant (44ème) tandis que la tentative de Bisson à bout portant était sortie du cadre par un Bazire impeccable dans ses cages.

Visiblement recadrés par Mickaël Derouet entre les quatre murs de leur vestiaire, le retour sur le terrain montre aussitôt une nouvelle dynamique côté flérien alors que les Bayeusains affichaient rapidement un manque flagrant de rigueur défensive, tant et si bien que Ba (49ème) et Pallard (50ème) étaient à deux doigts de relancer le match, sans toutefois concrétiser. Histoire de leur mettre la tête sous l'eau une bonne fois pour toute, c'est Merlino, fraîchement rentré, qui héritait de son premier ballon pour amorcer une contre-attaque et lancer Hatchi qui fixait Monzon et délivrait une véritable offrande à Ballard qui terminait le travail (3-0, 65ème). La messe semblait dite pour les joueurs ornais, même s'ils auraient encore pu y croire et envisager une fin de match haletante (c'est la tendance à Henry Jeanne en ce moment !) si Ba n'avait pas vendangé son pénalty en tentant une « panenka » lamentablement ratée, et stoppée en deux temps par Bazire, à la 80ème. La défaite sera cependant moins amère grâce à Bopu (une des satisfactions flériennes de la soirée) qui réduira la marque à la 92ème. 3-1 score final, Bayeux affiche sa bonne santé au terme d'une prestation accomplie qui leur permet de coller aux basques du leader granvillais. Flers de son côté a montré certaines limites face à une équipe telle que celle de Bayeux, et marque le pas.


Réaction de Christophe Vingtrois (entraîneur FC Bayeux) :

« Cette victoire fait vraiment du bien dans le sens où c'est notre première depuis le mois de mars à Henry Jeanne. Je suis content pour les garçons qui ont réalisé un match sérieux et abouti en faisant preuve notamment en 1ère mi-temps d'une belle maturité collective. Déjà depuis le match de Coutances j'avais demandé aux joueurs que l'on soit plus efficaces que beaux, et à l'arrivée ça fait deux belles victoires. Ce qui est intéressant aussi c'est que les jeunes savent répondre présents lorsqu'il y a des blessés comme ce soir, et ça montre la richesse de notre effectif. Au final, on est dans les temps, on reste accroché à Granville et on essaiera de les embêter le plus longtemps possible. »



US GRANVILLE - US AVRANCHES MSM (B) 4 - 0

Rencontre à priori des plus disproportionnées à l'occasion de ce derby du sud Manche entre le leader granvillais, toujours invaincu et qui n'a toujours pas pris de but en cinq journées, qui recevait une réserve avranchinaise mal embarquée dans ce championnat et toujours à la recherche d'une première victoire. Pour ne rien arranger, les joueurs de Frantz Caro perdent rapidement leur gardien Briand (2ème minute) suite à un choc au visage avec un attaquant local, qui le contraint à quitter ses partenaires et laisser ses gants à un joueur de champ. Face à la domination des maritimes, celui-ci retardera longtemps l'échéance avant de céder dans les arrêts de jeu suite à une action conclue par Untereiner, particulièrement prolifique ces dernières semaines. La seconde période était certes à l'avantage des troupes de Gallon mais Avranches faisait mieux que se défendre et il fallait attendre la 78ème minute pour que Morel ne double la mise, avant que Coutant (86ème) et Seydou (90ème) ne fassent définitivement craquer les Avranchinais pour qui la galère continue. Quant aux Granvillais leur petit bonhomme de chemin continue, toujours invaincus, sans avoir encaissé le moindre but.



AS TROUVILLE DEAUVILLE - ES COUTANCES 3 - 2

Victimes de la force de frappe bayeusaine une semaine plus tôt (défaite 5-0), les protégés de Michael Barré se devaient de réagir sous peine de voir les zones de turbulence de ce championnat approcher à grands pas. Pour cela le déplacement en terre deauvillaise ne laissait rien augurer de rassurant, tant la formation d'Antoine Husson semble être confortablement installée dans ce championnat. Reste cependant à attendre leur réaction après leur match nul rocambolesque à Bayeux, après avoir mené 3-0 à la 87ème minute, et jusqu'à ce qu'ils s'écroulent en encaissant trois buts dans les cinq dernières minutes.

La première période s'est rapidement caractérisée par une domination locale qu'ils allaient concrétiser au tableau d'affichage par le biais de deux réalisations signées Tessier (33ème) et Trégoat (44ème). Le plus dur semblait fait à la pause pour les maritimes, d'autant plus que le début de seconde mi-temps allait leur donner la possibilité de vivre une fin de match confortable, suite à l'expulsion sévère du coutançais Mayeur (53ème). C'est pourtant à partir de ce coup du sort que les manchots sont réellement rentrés dans le match et ont réduit le score grâce à Danlos (72ème) avant que Milon ne refasse le break dans la minute suivante. Les coutançais, loin de se décourager, revenaient à une unité à la 81ème par Guilbert et auraient même pu égaliser sans deux arrêts de Chotin dans les dernières minutes. Les deauvillais prennent le fauteuil de potentiel dauphin de Granville puisqu'ils ont un match de moins que Bayeux. Quant à Coutances, l'apprentissage de la DH continue, dans la difficulté certes, mais en démontrant de nombreuses qualités.


 

US ALENCON - USON MONDEVILLE 2 - 1

Lourdement défaits chez le promu ducéen lors de la 6ème journée, les Alençonnais avaient à coeur de relancer la machine en recevant les mondevillais de Laurent Lesgent, solides dauphins des granvillais et qui semblent monter en puissance après un début de saison où le nouveau coach (et ex-alençonnais) a dû recomposer avec une refonte d'un effectif dilapidé suite à la descente de CFA2 du club du président Bouaziz.

Les Mondevillais pourront se mordre les doigts de ne pas avoir su fairele break en première période après que Audra ait ouvert le score dès la 9ème minute. L'occasion leur en a portant été donnée mais sans concrétiser. Au final ce sont les ornais, pourtant maladroits pendant tout le premier acte qui se trouvaient récompensés à la 45ème en égalisant de la tête par Ateba. La reprise des débats s'est également avérée compliquée pour les coéquipiers de Bokuma qui encaissaient le but qui allait sceller leur sort à la 57ème puisque Bedard détournait dans son propre but une frappe de Boussaud. Malgré des tentatives mondevillaises en fin de match, le score en restera là. Alençon rattrape son faux pas de la semaine dernière, quant à Mondeville, c'est un coup d'arrêt qui vient interrompre leur montée en puissance de ces dernières semaines.



AS IFS - US DUCEY 1 - 2

Les dimanches se suivent et se ressemblent pour les joueurs de Hervé Savaroc. Outre leurs résultats qui ne parviennent pas à décoller, les ifois ont pris la désormais (trop) mauvaise habitude de se tirer une balle dans le pied dès l'entame de leurs matchs. S'il y avait possibilité de parier sur les rencontres des verts, c'est malheureusement sans trop de risque que l'on pourrait miser sur un but encaissé dans le premier quart d'heure. Cette fois ce sont les ducéens qui en ont profité, tout d'abord Breillet qui ouvrait le score dès la 9ème minute avant que Picot ne trompe Godefroy (14ème) pour le break. Même si les locaux ont eu le mérite de ne rien lâcher, ils ont même proposé de belles choses et ont été récompensés par une réduction du score de Nouet à la 53ème. Le mal était cependanr fait et les promus manchois en profitent pour s'emparer des quatre points de la victoire qui les installent confortablement en haut de tableau. Pour Ifs, toujours sans victoire, la situation s'aggrave de semaine en semaine.


Réaction de Hervé Savaroc (entraîneur AS Ifs) :

« J'ai l'impression de me répéter toutes les semaines avec ces erreurs individuelles en début de match qui nous rendent la suite compliquée. Pourtant ce ne sont jamais les mêmes joueurs et il n'y a pas de raisons rationnelles à apporter pour expliquer cela. En plus un de mes joueurs s'est blessé à l'échauffement et un autre au bout de dix minutes de jeu, ce qui m' a enlevé de la profondeur de banc. Tous ces faits additionnés n'arrangent rien. Malgré tout cela, le match nul était accessible et on a fait une bonne seconde mi-temps même si ça n'a pas été suffisant. Il ne faut pas verser dans le catastrophisme même si on doit vite gagner un premier match. Je suis dans la même situation que les joueurs, à moi de trouver les solutions et à eux de s'impliquer encore davantage. »

 

 

AS CHERBOURG (B) - AJS OUISTREHAM 0 - 4

Les temps sont durs côté cherbourgeois, que ce soit en terme de résultats récents (17 buts encaissés sur les trois derniers matchs) ou bien au niveau d'un effectif dilapidé (ils se sont déplacés à Flers dimanche dernier à douze, avec le coach Sauvey comme unique remplaçant). Il est donc grand temps de stopper l'hémoragie à l'heure de recevoir une équipe de Ouistreham actuellement dans une spirale plutôt positive.

Quelle surprise au moment de prendre connaissance de la feuille de match ! Florent Sauvey, entraîneur des Cherbourgeois, ancien joueur de champ, 41 ans, titularisé dans les buts. Mais que se passe-t-il à l'ASC ? Des absences certes, mais de là à envisager des solutions aussi extrêmes, c'est bien la preuve que l'équipe du Nord Cotentin navigue en zone de turbulence. Pour autant la première période aura été globalement à leur avantage sans pour autant pouvoir mener au score. Les 45 dernières ont par contre été dominées par les ouistrehamais et l'heure de jeu allait sonner le glas des locaux qui encaissaient deux buts coup sur coup par Lereteux (62ème) et Atabey (65ème). Ce même Atabey y allait de son doublé à la 76ème (son septième but de la saison) pour mettre la tête des cherbourgeois sous l'eau, avant que Bisson n'en rajoute un quatrième à la 81ème. 4-0 score final. Ouistreham entretient sa bonne dynamique au contraire des troupes de Florent Sauvey qui poursuivent leur descente aux enfers, en espérant des jours meilleurs.


Réaction de Florent Sauvey (entraîneur AS Cherbourg) :

« Une première mi-temps cohérente où on doit mener au score. Mais pas d'efficacité offensive. Et ensuite la 2ème fut moins bonne et nos fautes de concentration nous ont coûté cher. Ouistreham a été plus pressant sur cette 2ème mi-temps sans doute à cause du fait que j'étais dans le but, et a ouvert logiquement le score. Ensuite en essayant de réagir on a ouvert les espaces et Ouistreham en a intelligemment profité pour doubler la mise. A partir de là c'était fini et malheureusement on a encore laissé filer le match et pris deux buts de plus... Il y aura des jours meilleurs......espérons. »


Réaction de Olivier Joba (entraîneur AJS Ouistreham) :

« C'est une belle victoire au terme d'un match au contenu vivant et rythmé. Autant je n'avais pas forcément apprécié la prestation de mon équipe lors du dernier match, autant le match à Cherbourg m'a fait plaisir avec des joueurs qui ont évolué avec enthousiasme. J'ai pourtant toujours des absences dans la zone offensive, notamment Thomas Renaux et Maxime Lelièvre, mais cette période est plutôt bien traversée grâce à la réussite de Atabey. Sans vouloir tirer de plan sur la comète et préférant prendre match après match et m’intéresser au contenu plus qu'au résultat, une victoire à Courseulles nous permettrait tout de même de prendre la troisième place. »



RSG COURSEULLES - SU DIVES 0 - 1

Sébastien Mazure le dit lui-même, il est inquiet des résultats et du niveau affiché par son équipe depuis le début de saison. Rien de bien rassurant au moment d'accueillir une formation divaise au potentiel évident et qui semble monter en puissance. La première mi-temps allait montrer une domination cuisante des joueurs divais, alliée à une prestation très moyenne des Courseullais qui n'ont jamais su concrétiser le peu d'occasions qu'ils se sont procuré, au contraire des Divais qui parvenaient à trouver le chemin des filets par l'éternel Lapisse à la 37ème. Courseulles parviendra à montrer un tout autre visage après la pause, tout en restant malheureusement stériles. Dives aurait pu rendre la note plus salée sans les montants de Monard mais ils s'imposent logiquement par le plus petit des écarts. Philippe Clément et ses troupes vont désormais pouvoir commencer à regarder vers le haut du classement à la différence des coéquipiers de Moreau pour qui la saison se complique inexorablement.

 

Réaction de Sébastien Mazure (entraîneur RSG Courseulles) :

« Des regrets ? Oui et non. Oui parce qu'on complètement raté notre première mi-temps. Dans notre situation, jouer une seule mi-temps ne suffit pas. On a été copieusement dominés pendant les 45 premières minutes et on a raté le peu d'occasions en notre faveur, dont une inmanquable. On n'a marqué que 4 buts en 6 matchs et ce manque cruel d'efficacité nous fait mal. C'est dommage parce qu'on a fait une bonne deuxième période en faisant jeu égal avec une équipe beaucoup mieux armé que nous. Il faut cependant noter que j'avais onze absents ce week-end et pas des moindres avec des joueurs cadres comme Saint Clair, Mimoun ou Lefranc. Verdier est venu jouer alors que son dernier match remontait à six mois. Il va falloir travailler et préparer consciencieusement le déplacement à Ouistreham. »


Réaction de Philippe Clément (entraîneur SU Dives) :

« On a plutôt bien maîtrisé notre première période avec la chance de mener au score à la pause, même si on aurait pu doubler la mise. Par la suite Courseulles nous a posé davantage de problèmes et de notre côté j'ai eu l'impression que l'on avait moins de jambes. Le terrain était d'ailleurs lourd et n'a rien arrangé. On a été plus poussif et on ne savait pas trop s'il fallait tout donner pour marquer un second but ou au contraire gérer pour conserver cet avantage. Quoi qu'il en soit il fallait gagner pour rester au contact et c'est toujours bon d’emmagasiner de la confiance avant un match de Coupe de France. »

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr