Le Stade Malherbe rechute contre Nancy

Envoyer Imprimer PDF

Football. Caen 1 – 2 Nancy, 12ème journée de Ligue 2. On les croyait rétablis, ce n'était visiblement que pour mieux rechuter. Les Malherbistes ont concédé ce samedi après-midi leur cinquième défaite de la saison (seuls les quatre derniers ont fait pire) face à des Nancéiens plus conquérants, mieux organisés et tout simplement meilleurs. L'ouverture du score d'Aurélien Montaroup de la tête n'a pas résisté aux erreurs locales ni à la faible animation offensive... Caen reste septième du classement à trois points du podium.

 

Pour un prétendant à la montée, ça fait tâche. Le Stade Malherbe ne déçoit pas seulement, il inquiète sérieusement. La qualité de jeu proposée ce samedi après-midi couplée à une irrégularité frappante (Caen n'a pas enchaîné deux victoires de suite depuis la troisième journée) sont aux antipodes d'une équipe bâtie pour l'accession en Ligue 1. Si convaincants contre Châteauroux, les Caennais ont fait presque tout l'inverse une semaine plus tard. Leur défense s'est avant tout illustrée par sa fébrilité. Leur attaque a cruellement manqué de liant, de mouvement, de solutions. En petite forme sur le plan physique – c'est en tout cas l'impression qui s'est dégagée du match – Caen n'a accéléré l'allure que dans le dernier quart d'heure. En réaction, toujours. Mais cette fois encore, cela n'a pas suffi.


Les choses avaient pourtant parfaitement débuté avec cette tête d'Aurélien Montaroup sur un centre millimétré de Jean Calvé (1-0, 8'). Certes, les premières minutes de jeu s'étaient révélées hésitantes de part et d'autres, assez brouillonnes, mais le public caennais pouvait espérer que ses protégés étaient bien lancés. Le stade d'Ornano, bien que bercé par un chaud soleil, allait vite deviner que les choses seraient plus compliquées. Vexé par cette ouverture du score, Nancy réagissait en privilégiant le jeu court, au sol. Le manque de sérénité défensive des Caennais était déjà visible, autant dans les interventions peu sûres de sa charnière centrale Appiah-Saad que dans ses relances. Le tacle de Felipe Saad devant le but de Damien Perquis se révélait néanmoins salvateur (19'). Mais Caen, dominé et comme paralysé offensivement, allait céder à l'approche de la demi-heure de jeu. Coulibaly profitait d'un mauvais dégagement du gardien caennais, et d'un replacement défensif très hasardeux, pour ouvrir la marque d'une frappe déviée (1-1, 26'). Il avait manqué d'un rien l'égalisation sur l'action précédente.


Un pénalty raté et une barre transversale


Sans doute le Stade Malherbe allait réagir, pensait-on alors. Il n'en fut rien. Jamais dans les bons timings, incapables de proposer des solutions au porteur de balle, imprécis, les Caennais restaient très décevants. Coulibaly passait même tout près du 2-1 sur un ballon en retrait (après une faute de son partenaire ?). Damien Perquis se rassurait en remportant le duel (29'). En fin de mi-temps, Nicolas Seube se procurait une occasion franche mais tirait sur le portier nancéien (44'). L'ensemble produit par les Bas-Normands restait très pauvre, malgré une petite embellie dans les dernières minutes. Les hommes de Patrice Garande avaient beau revenir sur la pelouse plusieurs minutes avant leurs adversaires, à l'entame de la deuxième mi-temps, le constat ne changeait guère. C'est assez logiquement que l'ASNL prenait l'avantage par Sami, laissé seul sur une action confuse au cœur de la surface caennaise (1-2, 52'). Les Caennais avaient beau hurler au hors jeu peut-être est-ce la raison ils ont semblé si passifs sur l'action), le but était validé par le corps arbitral.


Cette fois, Caen n'avait plus le choix. Il fallait montrer un tout autre visage pour espérer renverser la situation. Mais à l'image du jeu long trop souvent privilégié, symbole de l'impuissance caennaise dans la construction du jeu, le Stade Malherbe ne trouvait toujours pas la solution. Très appliqués défensivement, très compacts aussi, les Lorrains se faisaient un plaisir d'appliquer leur devise : "qui s'y frotte s'y pique". Fayçal Fajr (56') et Fodé Koita (62') avaient pourtant la balle d'égalisation au bout du pied puis de la tête, sans réussir à cadrer leur tentative. Le jeu caennais restait trop brouillon pour solliciter davantage Nardi. Le chrono défilait sans que le jeu n'évolue réellement... jusqu'à ce que Fodé Koita se fasse accrocher dans la surface de réparation. Pour la troisième fois cette saison, l'attaquant caennais procurait un pénalty à son équipe. Fayçal Fajr prenait ses responsabilités (à défaut de prendre de l'élan) mais frappait sur la transversale. Nancy préservait son avantage. Alors qu'Alexandre Cuvillier quittait la pelouse sous les applaudissements chaleureux de ses anciens supporters, Caen insistait. Fodé Koita, passé en pointe aux côtés de Mathieu Duhamel, butait sur la transversale après une frappe sans angle (90'). Nancy, plutôt séduisant, n'a pas volé les trois points. Pour Caen, le ciel se gâte et les interrogations sont nombreuses..

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr