Une sixième défaite qui fait très mal

Envoyer Imprimer PDF

Football. Lens 2 – 1 Caen, 13ème journée de Ligue 2. Le Stade Malherbe a perdu gros, cet après-midi au stade Bollaert. Devant 31 293 spectateurs et dans une superbe ambiance, la partie s'est jouée dès le premier quart d'heure de jeu. Il n'a pas fallu plus aux Sang et Or pour inscrire leurs deux buts. Caen, qui a joué une heure en supériorité numérique, n'a jamais abdiqué et a particulièrement poussé en deuxième mi-temps. Sans réussite. Le podium est désormais à six points.


Cauchemardesque. Le début de match du Stade Malherbe n'est pas loin de se contenir dans ce seul mot. La première intervention ratée de Jean-Jacques Pierre, dans une tentative douteuse de jeu en finesse, donne le ton. Face au pressing lensois, Caen est vite déstabilisé. Deux minutes suffisent aux locaux pour ouvrir la marque par Wylan Cyprien. Le jeune attaquant lensois profite de la désorganisation défensive caennaise et exploite à merveille le boulevard laissé par son adversaire. À l'image d'un Jean-Jacques Pierre encore mal inspiré sur une tête en retrait interceptée par un adversaire, finalement sans conséquence (4'), Caen semble surpris du pressing imposé par les Lensois. Il faut quelques minutes aux Caennais pour reprendre leurs esprits. Thomas Lemar est le premier à se montrer dans la surface nordiste (6'), bientôt suivi par Mathieu Duhamel dont le contrôle parfait ne suffit pas à rétablir la trajectoire du ballon, filant devant le but (7'). Dans la foulée, Fodé Koita devance la sortie d'Alphonse Aréola sur coup-franc sans parvenir à cadrer sa tête (9'). Puis Fayçal Fajr frappe au-dessus de la barre (10').


Ce bon passage caennais, dépourvu cependant de la moindre tentative cadrée, est refroidi par une reprise puissante de Pierrick Valdivia sortie d'une claquette par Damien Perquis (11'). L'avertissement est suivi d'effets cinq minutes plus tard dans une défense caennaise toujours fébrile. Pierrick Valdivia, au départ de l'action côté gauche (comme sur le premier but), adresse un centre parfait à destination de Pablo Chavarria. Seul au deuxième poteau, Dennis Appiah s'étant fait lober devant le but, l'Argentin crucifie un Damien Perquis impuissant (2-0, 16'). Peu avant ce break, Caen s’était pourtant procuré une belle occasion par Mathieu Duhamel, gêné au moment de reprendre l'offrande de Jean Calvé (14').


Parti sur des bases ultra-rythmées, le match perd légèrement en intensité après la réalisation de Pablo Chavarria. Lens peut légitimement se permettre de reculer quelque peu, laissant la possession du ballon légèrement en faveur de ses visiteurs. Edgar Salli et Pierrick Valvidia n'en restent pas moins dangereux aux abords de la surface caennaise (22' et 28'). Les témoins sont clairement au vert pour des Sang et Or percutants. Une action peut-elle chambouler la donne ? Quand l'hyperactif Pierrick Valvidia laisse traîner ses crampons sur la cheville de Fayçal Fajr, M. Buquet voit rouge (31'). Caen se retrouve en supériorité numérique assez logiquement. Mais sur le terrain, cela n'est guère frappant, comme au panneau d'affichage. C'est même à Damien Perquis d'intervenir suite à une tête de Jérôme Lemoigne (37'). En fin de période, Caen accélère néanmoins et oblige Alphonse Aréola à deux jolies parades. Fodé Koita et N'Golo Kanté manquent tour à tour la réduction du score (43' et 44').


Caen pousse en vain


Tandis que Mathias Autret fait son entrée sur la pelouse, en remplacement d'un Thomas Lemar assez décevant, la deuxième mi-temps débute dans la continuité de la précédente. Si les Caennais sont plutôt maîtres du ballon, ils sont tenus à distance respectable de la cage lensoise. Même la détente d'Alphonse Aréola ressemble plus à un cadeau aux photographes qu'à une réelle nécessité, après la tête lointaine de Felipe Saad (49'). Serein, Lens gère avec intelligence son avantage. Caen ne parvient pas à l'inquiéter. Les solutions lui manquent face à une très belle formation. Pourtant, les corners s'enchaînent en faveur des Caennais, insistants sur les côtés. Le Racing Club de Lens est beaucoup moins présent dans le camp adverse... mais beaucoup plus tranchant. Adamo Coulibaly et Jérôme Lemoigne sont tout près du 3-0. Il faut que Jean Calvé et Damien Perquis s'interposent tour à tour pour éviter d'enterrer les derniers espoirs caennais (62' et 63'). Et Ludovic Baal s'approche du montant droit caennais sur coup-franc (69').


Néanmoins, la domination est clairement caennaise. Les Malherbistes payent leur inefficacité sur centre comme sur coup de pied arrêté. Il ne manque pas grand-chose pour faire craquer l'arrière-garde lensoise, bien regroupée devant son but mais de plus en plus acculée. La relance va venir d'Aurélien Montaroup. Auteur d'une très bonne entrée sur le côté gauche de la défense (Felipe Saad, touché au genou, est sorti sur blessure), l'ancien rennais adresse un caviar devant le but lensois. Mathias Autret rate la balle, pas Mathieu Duhamel au deuxième poteau (2-1, 85'). Caen peut de nouveau croire au nul. Arc-bouté, Lens tient bon, même si un énième corner caennais fait passer une grosse frayeur dans les rangs nordistes. Le cafouillage ne donne rien pour les Caennais. Au courage, toujours à dix contre onze, encouragé par 31 000 spectateurs, Lens s'accroche. Le Stade Malherbe doit s'avouer vaincu et perd au passage Laurent Agouazi, exclu au bout des arrêts de jeu après un tacle dangereux consécutif à une perte de balle. Le podium s'éloigne dangereusement pour les Caennais, huitièmes de Ligue 2 à six points de la troisième place.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr