Un « manque à gagner important » pour Caen

Envoyer Imprimer PDF
Au lendemain de l'article de L'Équipe annonçant que le Stade Malherbe réclamait neuf millions d'euros à la Ligue de football professionnel (lire ici), Jean-François Fortin a apporté au site du Monde des précisions quant à la démarche de son club. Pour lui, il s'agit surtout d'équité... et de défendre les intérêts du SM Caen.


Plus habitué à l'ombre qu'à la lumière sur la scène médiatique nationale, le Stade Malherbe s'est pourtant distingué cette semaine en faisant les gros titres (ou presque) du journal L'Équipe. Il était écrit que le club bas-normand avait engagé une procédure contre la Ligue de football professionnel pour contester le classement final de la Ligue 2 version 2012-2013. L'AS Monaco était directement visée puisqu'elle ne respectait pas le Code du sport, son siège n'étant pas sur le territoire français. Les dirigeants caennais réclamaient neuf millions d'euros au titre du préjudice subi. La LFP n'ayant pas donné suite au recours adressé par Caen début septembre, c'est le Conseil d'État qui statuera. La réponse sera connue au plus tard en janvier. « Si le Conseil d’État ne va pas dans mon sens et dans celui du Stade Malherbe de Caen j'en prendrai note, tout simplement, indique Jean-François Fortin sur lemonde.fr. Mais après, le légiste que je suis se posera des questions, et cela pourrait m'amener à une réflexion, qui serait de me dire que moi aussi je pourrais délocaliser mon siège social. Si c'est autorisé pour Monaco, pourquoi pas pour nous aussi. »


En attendant de voir le Stade Malherbe se délocaliser sur une île anglo-normande des environs, Jean-François Fortin aspire à ce que le « manque à gagner important » lié à la non-accession de son club en Ligue 1 la saison dernière soit comblé. « Le club que je préside a subi un préjudice, expose-t-il, toujours sur le site du Monde. Le préjudice est chiffré, dans le sens ou les droits télé sont différents de la Ligue 1 à la Ligue 2. Après c'est un simple calcul mathématique, entre le budget que j'aurais si j'étais ne serait-ce que 17e de Ligue1, et celui que j'ai en étant en Ligue 2. » Pour lui, il s'agit de faire respecter l'État de droit régnant en France. « La loi dit que pour évoluer en Ligue 1, un club doit avoir son siège social en France. L'année dernière, Caen a fini à la quatrième place. Or, si un club terminant devant moi n'a pas de siège social en France, je peux passer de la quatrième à la troisième place, et donc être promu en Ligue 1. Attention, il n'y a pas d'agressivité dans mes propos, je défends juste les intérêts de mon club. » Cela semble peu probable que le Stade Malherbe, actuellement huitième de Ligue 2 sans Monaco, obtienne gain de cause...


L'interview de Jean-François Fortin

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr