Dives n'est pas passé loin...

Envoyer Imprimer PDF

Football. Dives 0 – 1 Plabennec (a.p.), 8ème tour de la Coupe de France. C'est un match qui devait se jouer sur un coup de dés, quelques détails, trois fois rien. Le scénario de la rencontre n'a pas fait mentir les prévisions. Au jeu du chat et de la souris, Plabennec a fait triompher son plus grand réalisme. Les Bretons n'ont pourtant pas eu plus d'occasions que leurs adversaires dans des débats serrés et fermés.


Des regards perdus, quelques larmes échappées, une désillusion et beaucoup de frustration. Quand en arrière-plan Plabennec célébrait une victoire d'autant plus savoureuse qu'elle fut longue à se dessiner, Dives ressassait sa peine sans vouloir quitter ce terrain qui aurait dû le combler de bonheur. « Ce groupe méritait mieux, il ne méritait pas de finir comme ça, constatait un entraîneur aussi éructant pendant la rencontre que calme une fois les trois coups de sifflet retentis. C'est vraiment dommage qu'il soit éliminé de la sorte. » Difficile de contredire Philippe Clément tant ses joueurs ont fait mieux que rivaliser avec une formation hiérarchiquement supérieure de deux divisions. Plabennec, encore pensionnaire de National il y a deux ans, désormais installé en CFA, n'a pas dominé les débats devant les 1 500 à 2 000 spectateurs du stade Heurtematte. Dans l'ensemble, ce sont même les locaux qui se sont montrés le plus à leur avantage. La rencontre, néanmoins, est restée très pauvre en occasions franches. « Les deux blocs étaient bien en place, commente Guillaume Ravenel. Ils n'ont pas eu beaucoup de situations. Nous, on n'en a pas eu énormément non plus mais on en a eues quelques unes. »


Âpre et équilibré


Les Divais ont peut-être laissé passer leur chance dans un début de rencontre bien maîtrisé. L'enchaînement poitrine-volée d'Antoine Prével a contraint Loïc Mottier à une belle détente (8'). Guillaume Ravenel et Jonathan Fériaud ont également rappelé le portier adverse à la plus grande vigilance. Derrière, le SUD a davantage peiné à s'approcher de la cage plabennecoise. « Plabennec est un bloc équipe très équilibré, souligne Philippe Clément. On savait que c'est une équipe qui jouait parfaitement le contre, qui sort très peu, et ça a été le cas ce soir. » Plabennec, seulement treizième du groupe D de CFA, ne s'est jamais livré, optant pour une stratégie plutôt attentiste. Ses minces temps forts, guère transcendants, n'ont pas inquiété Anthony Isabel, à l'image de la frappe non cadrée de Fabien Saive (29'). Les visiteurs ont fait circuler un frisson plus marqué en début de deuxième mi-temps, révélant une certaine fébrilité dans la défense locale, mais Dives s'est empressé de remettre les pendules à l'heure. Teddy Gaudiche a tenté un lob astucieux, finalement capté par Loïc Mottier, et Guillaume Ravenel n'a pas davantage trompé le gardien breton.


Aucune équipe, cependant, n'est véritablement parvenue à prendre l'ascendant sur son adversaire. Dives a bien tenté d'accélérer la cadence avant les prolongations, délivrant quelques centres dangereux mais pas concluants, le temps additionnel avait tout d'une issue (possible) aux 90 minutes âprement disputées. Car si les deux attaques ont eu du mal à se défaire de la surveillance adverse, la rencontre a surtout été diablement engagée. Le combat, propre à la Coupe de France et auquel ne rechignent jamais les Sudistes, a pris tout son sens. Rugueux, certes, mais toujours correct. L'intensité imposée a laissé des traces sur le plan physique à en croire les crampes dont ont souffert quelques acteurs du match. Comme Guillaume Esneu, carbonisé, nul n'a lâché dans la demi-heure supplémentaire destinée à départager les deux équipes. Il a pourtant suffi d'un ballon perdu au milieu de terrain, converti en centre décisif à destination de Boris Lennon pour que la rencontre bascule en faveur de Plabennec (115'). « C'est cruel de prendre un but à ce moment-là », soupire Guillaume Ravenel. Les derniers raids normands, concrétisés notamment par une tête d'Antoine Prével devenu l'espace de quelques minutes avant-centre, n'ont rien changé à la donne.


Quelques regrets quand même...


Déception, fierté, regrets... Les sentiments se mêlaient avant de rejoindre le vestiaire. « Leur marque de fabrique, c'est gagner 1-0, indique Philippe Clément. C'est ce qui me désole le plus car ils n'ont pas réellement d'occasions. Je n'ai pas l'impression qu'on ait pris une leçon de football, mais le foot c'est ça. Le match méritait au moins de se terminer aux penaltys. On a eu plus de corners, de coup-francs, de situations, malheureusement on n'a pas été efficaces dans ce domaine-là. On savait que ça basculerait sur pas grand-chose, ça a été le cas. » Le SUD n'a pas été loin de faire le match qu'il fallait. Ce qui lui a fait défaut ? Quelques ballons perdus trop vite, par peur d'être puni immédiatement derrière, et des coups de pied arrêtés infructueux. Dives n'a jamais réussi à inquiéter son adversaire sur les corners et coup-francs qu'il s'est procurés. À l'image de Jonathan Fériaud, dont on connaît bien la qualité de tireur, il avait pourtant les armes pour faire la différence en la matière. « Il y a forcément des regrets sur le résultat, conclut Guillaume Ravenel. Avec tout l'engouement qu'il a pu y avoir autour de la ville, autour de nous, il y a forcément de la déception. C'est le football. Des fois, ça nous sourit. Ce soir, c'est en notre défaveur. J'espère qu'on va bien le digérer. »


Huitième de Division d'Honneur avec deux matchs en retard sur Granville et surtout dix-sept points en moins, Dives aura bien du mal à combler le fossé qui le sépare du leader invaincu. Les points perdus en début d'exercice vont certainement lui coûter cher. Les partenaires d'Antoine Prével espèrent néanmoins évacuer la déception en championnat. « Il faut rebondir en championnat et essayer de remonter, oublier ces moments intenses, avance Philippe Clément. On a vécu une aventure fabuleuse avec trois mises au vert et des images très fortes qui j'espère vont nous servir pour la suite. On est obligé d'accepter la sentence parce que c'est une compétition où il n'y a pas de rattrapage. Notre rattrapage sera le championnat où il faudra être à bloc tous les week-ends. Il va falloir se ressourcer physiquement et mentalement parce que c'est une haute intensité sur le plan athlétique, mais sur le plan mental aussi. On y laisse des plumes. » Samedi prochain, Dives aura droit à un court déplacement du côté de Ouistreham. Les autres maritimes viennent d'accrocher Granville (défaite 2-1) et auront certainement à cœur de rappeler à leurs adversaires la dure réalité de la Division d'Honneur. Le pain quotidien du SUD ne s'accompagne désormais plus du sel de la Coupe de France.

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Aidez-nous !

Vous souhaitez contribuer à la pérennité et au développement de Sport à Caen ? Aidez-nous !

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr